Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, SG 75 - Signature d'une convention avec la S.A.S. Cinéma Mac-Mahon pour l'attribution d'une subvention de fonctionnement. - Montant : 10.000 euros.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2009


 

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du projet de délibération SG 75 relatif à la signature d'une convention avec la S.A.S. Cinéma Mac-Mahon pour l'attribution d'une subvention de fonctionnement de 10.000 euros.

Je donne la parole à M. Sylvain GAREL.

M. Sylvain GAREL. - C'est très bien que ce projet de délibération arrive juste après, car c'est de nouveau l'affaire des critères. Mais c'est à l'envers. Nous pensons que ce cinéma n'a pas besoin d'être aidé. On est dans le cas contraire : c'est un cinéma qui touche de l'argent de la Ville, même si ce n'est que 10.000 euros, alors que ce n'est pas nécessaire, pour deux raisons, une principale et une secondaire.

La raison principale, c'est que les recettes de cinéma, en termes de projection de films, sont maintenant en dessous de 20 % et que cette salle de cinéma gagne surtout de l'argent en louant cette salle à des partenaires privés, qui louent cette salle, soit pour faire des projections, soit pour faire des réceptions.

Si vous regardez le dossier, vous vous apercevrez que plus de 80 % des recettes de ce cinéma sont aujourd'hui des recettes de location. On n'est plus du tout dans une salle qui a une fonction essentielle de cinéma. On est dans une salle qui est une salle de location.

En ce qui concerne les créneaux horaires, 65 % du temps d'ouverture de ce cinéma, c'est pour la location et seulement 35 % pour des activités de cinéma. Même si le "Mac-Mahon" est un grand cinéma, qui a une histoire importante. Historiquement, il a été l'un des berceaux de la cinématographie française, puisque c'est des Mac-mahoniens qu'est née la Nouvelle vague, une des branches de la Nouvelle vague des "Cahiers du Cinéma". Mais aujourd'hui, c'est un cinéma qui malheureusement n'a pratiquement plus de fonction de cinéma.

La deuxième raison, même si c'est vrai qu'il ne faut pas forcément se focaliser sur le nom du propriétaire, mais c'est une propriété du groupe Bolloré. Je ne suis pas tellement certain que Bolloré ait besoin de 10.000 euros pour garder ouverte une salle de cinéma.

Pour ces deux raisons, nous pensons que cette subvention est inutile. Pour cette année, nous allons nous abstenir, mais nous demandons vraiment, à partir de l'année prochaine, que les critères soient revus et que l'on soutienne des cinémas qui ont vraiment besoin d'être soutenus, comme les 5 Caumartin et d'autres, et qu'au contraire, certains cinémas comme celui-là je ne suis pas sûr qu'il y en ait d'ailleurs beaucoup d'autres comme celui-là - ne soient plus aidés par la Ville car ce n'est pas nécessaire.

Je vous remercie.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Monsieur GIRARD, vous avez la parole.

M. Christophe GIRARD, adjoint, au nom de la 9e Commission. - Je ne vous cache que, comme cinéphile, j'ai un attachement au "Mac-Mahon" comme beaucoup d'entre nous. Je me souviens de la projection d' "America, America" d'Elia Kazan, de "Banana split" avec Carmen Miranda ou "Women" de Cukor, films incroyables, et ce cinéma était un des rares cinéma où on pouvait voir à la fois un beau film et faire une rencontre.

Je trouve que dans ces salles mystérieuses, on arrive seul et on repart accompagné. Le "Mac-Mahon" est une salle de cinéma?

Le "Mac-Mahon", c'est vrai, Sylvain GAREL l'a dit, c'est une salle de cinéma hystérique?

(Rires).

? historique, qui est mono écran et classée art et essai, mais également répertoire, car elle programme des films du patrimoine, notamment les grands classiques du cinéma américain, j'en ai cité quelques-uns et nous y sommes tous très attachés.

Dirigée par Axel BRUCKER, elle joue pleinement son rôle de salle de quartier. A ce titre, et dans le cadre de notre convention avec le C.N.C., le Centre national de la cinématographie, elle mérite d'être soutenue.

Cette salle propose, en effet, des prestations diverses : tournage d'émissions de télévision, location certains jours de la semaine - c'est certain -, mais le soutien de la Ville de Paris ne porte que sur l'activité cinématographique. Si la subvention est inférieure à celle des autres salles de cinéma parisiennes (10.000 euros seulement), c'est justement pour tenir compte du fait qu'elle n'est pas ouverte tous les jours de la semaine, et donc sous-entendre qu'elle est soutenue par un groupe qui a les moyens de l'entretenir.

Oui, mais faisons attention à ne pas décourager? Vous savez que les grands groupes ont aussi l'amour des belles choses. Tant mieux que Bolloré ait sauvé cette salle. Tant mieux. Cette salle aurait fermé. Je crois qu'il ne faut pas être dans la caricature, et vous n'effacerez jamais mes plus beaux souvenirs du Mac-Mahon, lorsqu'il y avait des pannes d'écran.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Fred Astair, très bien, les claquettes.

J'étais au Mac-Mahon, moi aussi !

(Rires).

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération SG 75.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2009, SG 75).