Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, SGRI 15 - Subvention à l'association "Médecins du Monde" pour son programme d'amélioration de la santé des enfants des rues, de lutte contre les IST et le VIH 62, rue Marcadet (18e). - Montant : 225.000 euros.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2009


 

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du projet de délibération SGRI 15 relatif à l'attribution d'une subvention de 225.000 euros à l'association "Médecins du Monde" pour son programme d'amélioration de la santé des enfants des rues, de lutte contre les IST et le VIH 62, rue Marcadet (18e).

Je donne la parole à M. Gauthier CARON-THIBAULT.

M. Gauthier CARON-THIBAULT. - Monsieur le Maire, mes chers collègues, j'interviendrai sur les quelques délibérations qui concernent les projets de financement des associations de lutte internationale contre le Sida.

Le Conseil de Paris de décembre 2008 avait été l'occasion pour nous de mettre en avant les innovations des projets soutenus par la Ville de Paris à l'international, en matière de lutte contre le V.I.H. et surtout la diversité des pays aidés face aux évolutions géographiques de la pandémie.

Aujourd'hui, cinq nouvelles délibérations de financement nous sont proposées.

Si c'est bien sûr l'occasion de mettre en avant d'une part nos priorités d'action, la prévention, la prise en charge thérapeutique, la prise en charge psychosociale et la protection de l'enfance face au Sida, c'est également l'occasion de mettre en avant les chiffres qui donnent corps à notre action.

En effet, cette année, ce sont 2,5 millions d'euros de subventions versées, une subvention stabilisée qui, au cours de sept ans, s'est élevée à dix millions d'euros, 50 programmes aidés, 40 sites aidés également.

Ces cinq nouvelles délibérations sont surtout l'occasion de souligner que nos programmes s'appuient de plus en plus sur ce que l'on appelle dans l'action internationale la coréalisation.

En effet, d'envergure nationale ou régionale, les projets de la Ville se font en consultation avec les autorités locales sur place, la société civile en l'occurrence et sont conçus en lien avec les services des États et en accord avec les orientations définies par les institutions internationales.

L'implication des différents acteurs au niveau local, national et international est très importante en effet pour assurer l'efficacité du projet et son appropriation au niveau le plus local.

La Ville de Paris s'engage donc de plus en plus dans un travail de mise en réseau des acteurs de santé en finançant comme aujourd'hui des associations comme "la Croix-Rouge française", "Médecins du Monde" ou encore "Clowns Sans Frontières".

C'est ainsi, Monsieur le Maire, mes chers collègues, que nous entendons tenir notre rôle de capitale en prenant part activement à la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Monsieur GAREL, vous vouliez également intervenir ?

M. Sylvain GAREL. - Voulant intervenir sur le même sujet, je pense que c'est mieux que je le fasse maintenant et que M. le Maire réponde d'une façon commune puisque je suis complètement d'accord avec ce que vient de dire M. CARON-THIBAULT.

Je voulais ajouter un point pour dire qu'il est vraiment important que l'on continue, et même malgré la situation difficile de la Ville, que nous amplifiions notre aide à la lutte contre le Sida et en particulier en Afrique.

On le savait, mais cela vient d'être rendu public. Les trithérapies empêchent non seulement beaucoup des malades du Sida de mourir et leur permettent de gagner énormément d'années d'espérance de vie mais on sait aussi maintenant que c'est un des moyens assez sûrs d'empêcher la transmission de cette maladie, ce qui est nouveau.

Avant, le seul moyen, malgré ce que dit le Pape, c?était le préservatif. Aujourd'hui, on sait qu'il y a le préservatif mais aussi les trithérapies, qui fait que quelqu?un qui suit son traitement d'une façon correcte a quasiment toutes les chances de ne pas pouvoir contaminer un éventuel partenaire.

Donc, la trithérapie en plus d'être un moyen curatif, est un moyen préventif extrêmement important. On sait qu?en Afrique, la trithérapie n'est pas accessible à tous les malades. Il nous faut donc encore aider d'avantage les associations qui se battent pour permettre au plus possible d'Africains contaminés d?avoir accès à ces trithérapies. C?est pour cela que nous ne devons pas relâcher notre effort mais au contraire l'amplifier.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Monsieur SCHAPIRA, vous avez la parole.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, au nom de la 9e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.

Écoutez, je n'ai pas-grand-chose à ajouter après toutes ces louanges, car effectivement, nous avons décidé depuis longtemps, depuis le début de notre mandature, d'aider et d'agir auprès des populations d'Afrique dans la lutte contre le Sida par l'intermédiaire des O.N.G.

M. CARON-THIBAULT, mon collègue, a bien déterminé que nous étions dans les objectifs du millénaire et qu'effectivement, la Ville de Paris a une position exemplaire en la matière. Très peu de villes font cela. En plus de travailler avec des O.N.G., nous travaillons avec les autorités locales sur place. Tout a été dit.

Je rajoute quand même que nous faisons extrêmement attention à la façon dont nous distribuons cet argent et nous évaluons les projets. Quelques projets ne méritent pas que l'on continue à les soutenir. Nous faisons donc très attention. En ce moment, des évaluateurs sont partis en Afrique dans certaines villes, pour voir comment les choses se passent et c'est vrai que nous allons être obligés d'en arrêter certains.

Mais nous continuerons, avec l'aide du Conseil de Paris, d'une certaine manière dans l'unanimité du Conseil de Paris, à faire en sorte que nous contribuions grandement à la lutte contre le Sida.

Je vous remercie.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci, Monsieur SCHAPIRA.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération SGRI 15.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2009, SGRI 15).