Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, Vœu déposé par le groupe "Les Verts" relatif au collectif Candy Box.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2009


 

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du v?u référencé n° 16 dans le fascicule, déposé par le groupe "Les Verts", relatif au collectif Candy Box.

La parole est à Mme Danielle FOURNIER.

Mme Danielle FOURNIER. - C'est un voeu relatif au collectif Candy Box, collectif de jeunes artistes et d'associations qui s'était installée rue de Candie, dans le 11e arrondissement, dans un ancien garage que la Ville a acheté pour y créer des logements sociaux. Ils y menaient diverses activités, comme l?association "vélorution", qui donnait des conseils en réparation de vélo.

Ce collectif s?y était installé sans l'accord de la Ville mais a été expulsé le 5 mai au petit matin à la demande de la Préfecture de police, et ce, avec une grande violence, les ?uvres des artistes étant pour la plupart tout bonnement jetées, et les personnes présentes évacuées sans aucun ménagement. Nous tenons à nous élever contre de tels agissements et nous sommes inquiets parce que d'autres collectifs sont sous le coup d?une demande de référé, je pense par exemple au 40, rue de la Chapelle, dans le 18e.

Notre v?u est retiré parce que l'expulsion a devancé la discussion à laquelle nous appelions, mais cette situation ne fait que renforcer notre détermination à demander que soient signées des conventions temporaires comme nous l?avons demandé dans le v?u précédent, et nous espérons que dans le cas précis, le collectif pourra réintégrer le lieu en accord avec la mairie du 11e.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Avant de donner la parole à Jean-Yves MANO, Monsieur le Préfet de police souhaitait préciser quelques points sur les conditions de l'opération.

M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - Il y a plusieurs squats dans cet arrondissement, notamment un qui s?appelle la Petite roquette. La Préfecture de police a fait preuve dans le passé de sa capacité à avoir un comportement souple et modéré.

Dans l'espèce, un architecte de sécurité a constaté un grave danger de stabilité du bâtiment avec un risque d?effondrement d'une structure porteuse. Il était donc impératif de faire rapidement l'évacuation. Je n'ose imaginer la mise en cause de la responsabilité de la Préfecture de police qui serait intervenue en cas d?accident si nous n'avions pas procédé à cette évacuation.

Je récuse formellement qu?il y ait eu de quelconques violences en la matière. Les ?uvres ont été emballées avec ménagement et sont à la disposition des anciens squatteurs lorsqu?ils pourront venir les récupérer sous contrôle d?huissier.

Enfin, je précise que l'arrêté d'évacuation de l'immeuble pour raisons de sécurité avait été affiché six jours avant que l'opération n'intervienne.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - La parole est à M. Jean-Yves MANO.

M. Jean-Yves MANO, adjoint. - Je note à la fois le retrait du voeu puisque les personnes ont été évacuées, ainsi que la déclaration de M. le représentant du Préfet de police sur le caractère dangereux de cet immeuble.

À partir du moment où il est avéré que les occupants prennent des risques, vous imaginez bien que la Ville ne va pas permettre le retour des occupants dans des locaux présentant des conditions de sécurité relativement dangereuses.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Explication du groupe socialiste, du maire du 11e, M. Patrick BLOCHE.

M. Patrick BLOCHE, maire du 11e arrondissement. - Je profite de la disposition de notre règlement intérieur qui permet aux maires d?arrondissement d?intervenir sur des sujets intéressants leur arrondissement. Effectivement, j'ai été averti par M. VEDEL du fait qu'il y avait péril et nécessité d'évacuer ce lieu.

La mairie du 11e arrondissement a pris acte de l'arrêté d'évacuation. Nous avons été avertis la veille de l'évacuation.

A partir de là, nous avons organisé une réunion mercredi après-midi avec les personnes concernées en mairie du 11e arrondissement pour voir avec elles comment assurer un suivi de ce dossier.

Chacun a joué son rôle dans cette affaire par rapport aux responsabilités qui sont les siennes. La mairie du 11e arrondissement a le souci de voir où pourront aller ces artistes de manière durable qui pour certains, sinon pour la plupart, se retrouvent à la Petite Rockette, 6 rue Saint-Maur.

Nous gardons un contact permanent dans une affaire qui a été gérée dans des conditions honorables.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci, Monsieur le Maire. Je prends acte du retrait de ce v?u.