Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, DVD 106 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer avec la société Vinci Park France la convention de concession pour la modernisation et l'exploitation du parc de stationnement "Bac Montalembert" (7e) pour une durée de 12 ans. Vœu déposé par Mme Rachida DATI, M. Yves POZZO di BORGO et les élus des groupes U.M.P.P.A. et C.I. relatif à la localisation de l'édicule de l'ascenseur du parc public de stationnement "Bac - Montalembert" afin de préserver la perspective architecturale sur l'immeuble des douanes. Vœu déposé par Mme Rachida DATI, M. Yves POZZO di BORGO et les élus des groupes U.M.P.P.A. et C.I. relatif à l'extension du parc public de stationnement "Bac Montalembert".

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2009


 

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du projet de délibération DVD 106 concernant une autorisation à M. le Maire de signer avec la société Vinci Park France la convention de concession pour la modernisation et l'exploitation du parc de stationnement "Bac Montalembert" (7e) pour une durée de 12 ans, sur lequel les groupes U.M.P.P.A et Centre et Indépendants ont déposé l?amendement n° 51 et les v?ux référencés n° 52 et n° 53 dans le fascicule.

La parole est à Mme Rachida DATI.

Mme Rachida DATI, maire du 7e arrondissement. - Je vous remercie, Monsieur le Maire.

Mes chers collègues, je propose conjointement de présenter les deux v?ux et l'amendement déposés avec Yves POZZO di BORGO et les élus de nos groupes respectifs.

Le premier v?u porte sur la mise en valeur du paysage urbain et d'abord du parking puisque c'est au mobilier urbain de s'harmoniser avec les façades et non pas l'inverse. Les façades parisiennes ne sont pas faites pour mettre en valeur le mobilier urbain et encore moins pour être masquées par lui, ce qui risque d'être le cas.

En l'occurrence, il est possible de déplacer un mât porte-affiches devant la façade de l'immeuble des Douanes, mais il n'en sera pas de même pour l'édicule prévu pour abriter le futur ascenseur du parking. C'est la raison pour laquelle, à l'unanimité, y compris de la part de l'élue socialiste, le Conseil du 7e arrondissement a manifesté son souhait que ce futur édicule ne s'interpose pas devant la vue de la magnifique façade posthaussmannienne de l'immeuble des Douanes. Nous souhaitons que notre collectivité mette en ?uvre les efforts qui s'imposent pour trouver une autre solution, et ce v?u suggère d'ailleurs cette autre solution puisque ce serait à l'autre extrémité du parking.

Le second v?u porte sur l'extension du parking dans un secteur particulièrement saturé en automobiles. Il nous semble que nous sommes tous d'accord pour que les voitures soient garées de préférence en souterrain, plutôt que d'encombrer la voirie. Les contacts que nous avons eus avec les opérateurs nous ont confirmé la rentabilité exceptionnelle de ce parking et l'intérêt, évidemment, qu'ils peuvent avoir pour la construction d'une telle extension en faveur du stationnement résidentiel.

Enfin, nous avons déposé un amendement portant sur la tarification de l'ouvrage puisqu'en 2009, les systèmes de paiement sont parfaitement en mesure de facturer la clientèle des parkings au temps passé. Il nous semble totalement abusif de facturer par tranche d'une demi-heure, d'autant que, déjà, la facturation du stationnement en surface s'effectue par tranche d'un quart d'heure qui est plus avantageuse que par tranche d'une demi-heure.

Cette facturation est contradictoire avec l'objectif d'inciter les automobilistes à préférer stationner en souterrain plutôt qu'en surface, d'où l'amendement que nous proposons. Ce mode de facturation ne sera d'ailleurs peut-être pas moins rentable pour l'opérateur, s'il rend l'usage du parking plus attractif.

Notre objectif est aussi que les consommateurs ne soient pas lésés par une facturation de temps qui est un temps non consommé. Nous espérons que ces deux v?ux et cet amendement rencontreront, auprès de notre Assemblée, le même succès qu'en Conseil du 7e arrondissement.

Je vous remercie.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci beaucoup, Madame DATI.

La parole est à M. POZZO di BORGO.

M. Yves POZZO di BORGO. - Rapidement, pour aller dans le même sens que Mme le Maire - puisque nous avons également signé le même v?u -, il y a un problème sur les prix essentiellement à Paris. J'aurais aimé que M. GAUDILLÈRE soit présent. Quand on voit le prix des parkings à Paris, ce n'est plus accessible, ce n'est plus possible. Je parle du 7e, on a fait allusion, nous avons un v?u dans ce sens, mais regardez ce qui se passe dans certains parkings.

La dernière fois, je suis allé au cinéma - je suis un Parisien, je vais à Paris -, sur les Champs-Elysées. J'ai pris ma voiture, je n'ai pas de vélo, et je l'ai déposée dans un parking des Champs-Elysées. Franchement, les prix des parkings ne sont plus acceptables. Il faut que l'on revoie un peu cela.

Je comprends très bien qu'il est nécessaire que les sociétés qui investissent aient un retour sur investissement, mais je peux vous dire que les prix actuels sont dissuasifs. Je dis cela devant le Maire du 8e, mais cela est valable dans beaucoup d'endroits. Il y a un véritable problème et c'est nous qui donnons les autorisations. Il faudrait peut-être qu'avec un commissaire des finances - je regrette que M. GAUDILLÈRE ne soit pas là -, nous revoyons tout cela.

Deuxième point sur les v?ux qui nous concernent, que j'ai signés avec Mme DATI, il y a des préoccupations esthétiques sur, je crois que cela a été indiqué dans le v?u, il est vrai que l'emplacement prévu pour l'ascenseur masque une partie de l'ancien immeuble des Douanes qui est actuellement en cours de réhabilitation. Il serait dommage que cet ensemble architectural de qualité situé en face de restaurants et d'hôtels de standing - c'est comme cela, c'est le quartier - fréquentés par nombre de touristes étrangers, soit défiguré par une implantation qui peut être aisément déplacée quelques mètres au Nord. C'est un problème de détail mais qui est important dans la vie d'un quartier.

J'espère vivement avec Mme le Maire que notre Assemblée apportera en votant ces v?ux des réponses claires à ces attentes concernant un équipement dont l'utilité sera d'autant plus grande que ces modifications seront retenues par le Conseil de Paris.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Je pense à la chanson de POLNAREFF : "Pour mieux circuler à Paris, je te donnerai tous les bateaux, tous les oiseaux".

Madame DOUVIN, vous avez la parole.

Mme Laurence DOUVIN. - Monsieur le Maire, je suis désolée, je ne vais pas être aussi poétique que vous, mais je le regrette très vivement.

Je souscris sans réserve aux propos et aux v?ux de la Maire du 7e, ainsi qu'à ceux de l'élu du 7e qui vient de s'exprimer. Je voudrais avoir quelques précisions supplémentaires parce qu'en lisant le projet de concession, de délégation, je vois que le concessionnaire ne pourra pas s'opposer à l'implantation d'un local logistique d'environ 100 mètres carrés. A quoi doit servir ce local logistique ?

Concernant l'affectation des places, celles-ci sont elles prévues par niveau selon leur catégorie ? Leur nombre est-il désormais fixé entre la location libre-service, l'auto-partage ou Autolib éventuellement, pour les véhicules non polluants, ceux de petit gabarit, les motos et les vélos ? Que veut dire le fait de ne pouvoir s'imposer à l'implantation de sociétés visant à développer un mode de déplacement dit propre ?

Ces questions viennent du fait que ce parc est régulièrement complet et qu'il est donc particulièrement important d'affecter les places selon les besoins réels. On a l'impression en lisant ce projet de délibération, celui-ci comme le suivant, que l'affectation des places offertes dans les parcs souterrains va désormais suivre une politique de choix des utilisateurs et non viser de répondre à la demande de tous.

Or, il y a un équilibre subtil à réaliser et très important. Si l'espace des parcs et en particulier de celui-ci était extensible, cela n'aurait que peu d'importance mais, comme vient de le dire Yves POZZO di BORGO, tel n'est vraiment pas le cas.

Nous manquons cruellement de parcs souterrains dans Paris en raison du refus du Maire de Paris de vouloir prendre en considération les besoins des résidents. Cela risque d'être encore pire avec des places réservées aux bons utilisateurs et le reste aux mauvais utilisateurs. Qu'en est-il exactement ?

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Pour répondre aux trois intervenants, la parole est à Mme LEPETIT.

Mme Annick LEPETIT, adjointe, au nom de la 3e Commission. - Je vais commencer par répondre aux v?ux et amendements qui ont été proposés par les élus du 7e arrondissement et du groupe U.M.P.P.A. Concernant la perspective architecturale sur l'immeuble des Douanes, je suis d'accord avec ce v?u, même si je souhaiterais vous dire que les services de la DVD ont examiné cet emplacement, et qu'il a été vu avec le futur concessionnaire. Cependant, on peut aujourd'hui encore se rapprocher du futur délégataire pour voir s'il est possible d'implanter un autre lieu pour l'ascenseur. Je n'ai pas de problème avec ce v?u et j'émets un avis favorable.

En revanche, pour l'autre v?u, je ne peux qu'émettre un avis défavorable pour une raison principale, on peut ensuite discuter du fond, d'ailleurs j'ai entendu les critiques des uns et des autres, mais il n'est plus possible aujourd'hui de modifier le cahier des charges. Ce dernier a été approuvé par le Conseil de Paris en décembre 2007 et adopté après un avis favorable du Conseil du 7e arrondissement.

Il est vrai que vous n'étiez pas à la place qui est la vôtre aujourd'hui, moi non plus d'ailleurs, mais il faut tenir compte de ces votes. De la même façon, la manière dont a été élaboré ce cahier des charges date de cette époque.

Je souhaite bien évidemment apporter des explications, mais je préfère expliquer à l'ensemble des élus de ce Conseil qu'ils ont déjà eu l'occasion de se prononcer sur une délibération qui portait sur la rénovation de ce parking. Bien évidemment, je ne peux donc pas émettre un avis favorable à votre deuxième v?u, Madame DATI.

Concernant l'amendement sur la tarification du parc, je vous fais la même réponse, puisque les tarifications font l'objet d'un écrit dans le cahier des charges et ont aussi une conséquence sur la réponse aux consultations lancées pour l'attribution des délégations de service public.

Par conséquent, là encore, on ne peut pas accepter l'amendement que vous nous proposez dans ce projet de délibération.

Je veux terminer sur un point positif, parce qu'à chaque fois que nous présentons, dans le cadre d'un Conseil de Paris, ce n'est pas la première fois, notamment depuis un an, la modernisation et la rénovation d'un parking, systématiquement, un élu de l'opposition nous explique qu'on ne fait rien pour les parkings à Paris.

Or, c'est assez contradictoire puisque nous sommes amenés, notamment aujourd'hui, à nous prononcer sur deux projets de délibération portant sur la modernisation de parkings.

Optimisons ceux qui existent déjà et ensuite, pourquoi pas, c'est le cas d'ailleurs, contrairement à ce que disait Mme DOUVIN, nous en créons, notamment un dans le 17e arrondissement.

Ne nous accusez pas de ne pas créer de parkings, voir de les délaisser, parce que, bien au contraire, nous souhaiterions, et pourquoi pas par le biais aussi d'une politique tarifaire qui pourrait s'améliorer pour les usagers, que les parkings soient davantage remplis qu'il ne le sont aujourd'hui.

A l'occasion de mes rencontres avec les maires d'arrondissement, beaucoup d'entre eux, quelle que soit leur étiquette politique, regrettent que les parkings souterrains ne soient pas suffisamment remplis. Il faut que nous progressions en la matière, mais je souhaite préciser que depuis trois ans, nous appliquons dans les parkings une tarification à la demi-heure au fur et à mesure du renouvellement des concessions. Par conséquent, je voulais apporter un élément de réponse sur les tarifications. Nous pouvons évoluer et nous ferons mieux dans les années à venir.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci.

Avant de passer au vote, Mme DATI a demandé la parole.

Mme Rachida DATI, maire du 7e arrondissement. - Merci, Madame LEPETIT, pour votre réponse. J'adhère totalement à ce que vous dites. C?est vrai qu?il y a un problème de cahier des charges déjà rédigé.

Le sujet de l'extension est un projet à part sur lequel nous souhaitions une extension. Il n'est pas compris dans la D.S.P. que vous indiquez. Le v?u qui porte sur l'extension du parking est un projet totalement indépendant.

Sur la tarification, je suis d'accord avec vous, à ceci près que l'on pourrait faire un avenant à la D.S.P. C'est pour cette raison que ce v?u a obtenu l'unanimité au Conseil, c'est parce que les opérateurs peuvent évoluer dans leur tarification, notamment en termes de quarts d?heure, plutôt que d?avoir une demi-heure. Ils sont d'accord pour évoluer en termes de tarification.

C'est donc dans l'intérêt de tout le monde de faire un avenant à cette D.S.P., dans l'intérêt des consommateurs et des élus que nous sommes.

Sur le premier v?u, cela ne porte pas sur la D.S.P. qui est déjà lancée puisque c'est un projet à part.

Sur la deuxième partie, je suis d'accord avec vous, à condition d'un avenant, sur la première partie, c'est à part.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Madame LEPETIT, j?ai une idée. Après la gratuité de musées, que penseriez-vous de la gratuité des parkings à Paris ? Cela ferait plaisir à M. POZZO di BORGO !

L'amendement n° 51 est-il maintenu ? Oui.

Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition d'amendement n° 51 déposée par les groupes U.M.P.P.A. et Centre et Indépendants, assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition d'amendement n° 51 est repoussée.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u référencée n° 52 déposée par les groupes U.M.P.P.A. et Centre et Indépendants, assortie d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2009, V. 156).

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u référencée n° 53 déposée par les groupes U.M.P.P.A. et Centre et Indépendants, assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.

Je mets à présent aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 106.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2009, DVD 106).