Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, Vœu déposé par Mmes Odette CHRISTIENNE, Marinette BACHE et les élus du groupe du Mouvement républicain et citoyen relatif à l'attribution du nom de Marie-Hélène Lefaucheux à un lieu de Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2009


 

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du v?u référencé n° 34 dans le fascicule, déposé par le groupe du Mouvement républicain et citoyen, relatif à l'attribution du nom de Marie-Hélène Lefaucheux à un lieu de Paris.

C?est la présidente, Mme Marinette BACHE, qui présente ce v?u, et Mme VIEU-CHARIER qui y répond.

Mme Marinette BACHE. - En effet, le Comité parisien de Libération, créé en 1943, a été récemment réactivé en cet Hôtel de Ville et constituera le thème de la prochaine commémoration du 25 août.

La Ville de Paris peut s'enorgueillir d'avoir attribué les noms des membres de ce comité à plusieurs lieux, contribuant ainsi à inscrire dans la mémoire collective l'action de la résistance contre l'occupant nazi.

Étrangement, le nom de Marie-Hélène Lefaucheux a été oublié. Figure marquante de la résistance chrétienne, elle a pourtant dirigé la section féminine de l'Organisation civile et militaire et fut membre du Comité parisien de Libération.

Elle représente particulièrement bien cette diversité de la résistance que soulignait André CARREL, membre du C.P.L., et président du conseil d'administration du musée de la résistance nationale, quand il affirmait dans ses récentes mémoires : "Pour moi, la résistance fut d?abord la prise de conscience d'hommes et de femmes allant des gaullistes, aux communistes et aux chrétiens, les uns vivant en zone libre, les autres en zone occupée, de lutter contre un ennemi à deux visages".

Comme il l?a écrit en prévision de la réactivation de ce Comité parisien de libération, "Le temps n'est-il pas venu qu?en un lieu de l?ancien département de la Seine, soit honorée Marie-Hélène Lefaucheux, la seule femme du bureau du CPL clandestin, dirigeante importante d?un grand mouvement de résistance l'O.C.M. - et par ailleurs, toujours sous l'occupation, aux côtés du père Chaillet, animatrice courageuse du comité des oeuvres sociales des organisations de résistance".

Je rappelle également qu'elle fut membre du Conseil de Paris et qu'elle a en particulier assumé les responsabilités de vice-présidente de notre Assemblée.

Pour cette raison, nous avons trouvé judicieux de déposer ce voeu pour que le nom de Marie-Hélène Lefaucheux soit attribué à un lieu parisien afin que chacun puisse se rappeler ce qu'il doit à ceux qui se sont révoltés contre l'oppression lors d'une des pages les plus sombres de notre histoire.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci.

Je donne la parole à Mme Catherine VIEU-CHARIER pour donner l?avis de l?Exécutif.

Mme Catherine VIEU-CHARIER, adjointe. - Je remercie le groupe M.R.C. d?avoir déposé ce v?u.

Lorsque nous avons réuni l?assemblée générale du Comité parisien de Libération le 21 avril dernier, dans son message, André CARREL nous faisait savoir qu'aucun lieu de l'ancien Département de la Seine n'honorait Marie-Hélène Lefaucheux.

Je voudrais rappeler à ceux qui l'ignorent peut-être que cette dame était une grande dame issue de la bourgeoisie. Elle travailla aux côtés des ouvriers, des militants, des syndicalistes dans la diversité. Elle travaillait, comme disait Aragon, avec "ceux qui croyaient au ciel et ceux qui n'y croyaient pas" et tout le monde l'admirait et la respectait.

Je trouve étrange que personne n'ait pensé à l'honorer en lui donnant un lieu dans Paris.

Je voudrais dire qu'elle a été conseillère municipale de cette assemblée, dont elle fut vice-présidente, qu'elle a été députée à l'Assemblée constituante, sénatrice, présidente de la commission du droit des femmes à l'O.N.U., où elle a d'ailleurs mené une carrière exemplaire axée sur le droit des femmes, droits politiques, sociaux, mais aussi droits de la famille, dans une période où les femmes étaient encore privées du droit parental et du choix du domicile.

C'était une femme qui avait un large spectre d'engagement. Pour toutes ces raisons, je confirme que ce v?u correspond d'abord à la demande d?André CARREL qui, je vous le rappelle, est le dernier survivant du Comité parisien de Libération et dernier président de l'assemblée générale.

À ce titre, je donne un avis favorable pour que le nom, le beau nom de Marie-Hélène Lefaucheux soit attribué à un lieu de Paris.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Monsieur POZZO di BORGO, vous avez la parole pour une explication de vote.

M. Yves POZZO di BORGO. - Je voudrais d?abord remercier, au nom de notre groupe, Mmes Odette CHRISTIENNE et Marinette BACHE de demander que Marie-Hélène Lefaucheux, résistante de la première heure, soit honorée par notre ville et que son nom soit donné à un lieu de Paris.

À l'heure où le Comité parisien de Libération vient d'être réactivé, nous sommes heureux que l'action d?une de nos représentantes de notre sensibilité politique en ce qui concerne notre parti, acteur majeur de ce Comité à la fin de la dernière guerre, puisse ainsi être reconnue 65 ans après. Vous avez rappelé tout ce qu'elle a fait.

Je rappelle qu'elle fit partie des toutes premières femmes parlementaires de France, immédiatement après l'extension du suffrage universel à celles-ci, qui en étaient jusque-là injustement privées.

Je rappellerai que deux partis ont accueilli massivement les femmes, c'est le Parti communiste et le Mouvement républicain populaire, fondé en 1944. C'étaient les deux seules organisations politiques à faire massivement confiance aux femmes. Cela continue au niveau du groupe Centre et Indépendants puisque nous avons six femmes et trois hommes.

Ma collègue Valérie SACHS représentait notre groupe lors de cette réactivation du Comité parisien de Libération. Comme d?autres dans notre assemblée, je suis désormais membre de ce conseil, et en tant que président d'un groupe politique du Conseil de Paris héritier d?une des composantes initiales du CPL, je veillerai donc à ce que cette sensibilité soit représentée et je voudrais en terminant vous dire que des rues parisiennes honorent déjà des résistants catholiques comme l'abbé Roger Derry, vicaire à Saint-François-Xavier, qui fut décapité à la hache à Cologne pour fait de résistance le 15 octobre 1943.

J?espère, et je vous en remercie, Madame l'adjointe, qu?une rue Marie-Hélène Lefaucheux ou un autre lieu portant ce nom verra bientôt le jour.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Je vous remercie.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe M.R.C., assortie d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée à l'unanimité. (2009, V. 146).