Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2006
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu relatif à un hommage à Madeleine Rebérioux.

Déliberation/ Conseil municipal/ Février 2006 [2006 V. 44]


 

Délibération affichée à l?Hôtel-de-Ville
et transmise au représentant de l?Etat le 15 mars 2006.
Reçue par le représentant de l?Etat le 15 mars 2006.

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil municipal,

Née en 1920, Madeleine Rebérioux, tout autant historienne spécialiste de la IIIe république que militante pour les droits de l?homme, a marqué son temps par ?sa rigueur scientifique dans la recherche universitaire, son humanisme et ses engagements passionnés?.

Brillante élève, elle obtient en 1937 le premier prix d?histoire au concours général. Ancienne élève de l?Ecole Normale supérieure de Sèvres, agrégée d?histoire et de géographie, elle devient docteur d?État en sciences humaines après une thèse sur ?Jaurès, la SFIO, et la société française au tournant du siècle?. Tout d?abord, elle enseigne comme professeur de lycée de 1945 à 1961, avant d?entrer comme maître-assistante à la Sorbonne de 1962 à 1969. Elle deviendra professeur à l?université de Paris VIII jusqu?en 1988. Elle anima ensuite, au début des années 1990, un séminaire à l?EHESS.

Madeleine Rebérioux se spécialise dans l?histoire sociale, culturelle et politique de la IIIe République. Ses travaux portent essentiellement sur le socialisme, le syndicalisme et la classe ouvrière. Elle a présidé la Société d?études jaurésiennes qui entreprend la publication des écrits de Jean Jaurès.

Militante communiste dès 1946, elle sera exclue du PCF en 1969 après avoir participé à la fondation de la revue Politique aujourd?hui.

Mais Madeleine Rebérioux est surtout connue pour son engagement anticolonialiste. Elle participe en 1955 à la constitution d?un comité contre la guerre d?Algérie. Membre active du comité pour la défense des libertés en Algérie, elle signe l?appel des 121. Elle est témoin direct des évènements du 17 octobre 1961 à Paris. Elle militera aussi contre la guerre au Vietnam (1965-1969).

Présidente de la Ligue des droits de l?homme de 1991 à 1995, elle a fait de la paix entre les israéliens et les palestiniens son dernier combat.

De 1972 à 1981, Madeleine Rebérioux a été directrice de la revue Le Mouvement social et vice-présidente du musée d?Orsay (1981-1987).

Madeleine Rebérioux est décédée à Paris le 7 février 2005. Elle restera dans l?histoire comme une militante engagée pour la justice sociale et la défense des droits de l?homme.

Sur la proposition de Mme Danièle POURTAUD et de M. Pierre CASTAGNOU,

Emet le voeu :

que le nom de Madeleine Rebérioux soit donné à une voie ou à un équipement parisien.