Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

62 - QOC 2000-140 Question de M. Pierre CASTAGNOU et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Maire de Paris au sujet de la fermeture du centre social "Notre maison" (14e)

Débat/ Conseil municipal/ Février 2000


M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - La question suivante M. Pierre CASTAGNOU à M. le Maire de Paris est au sujet de la fermeture du centre social "Notre maison" (14e).
En voici le texte :
"Un an et demi après la fermeture de l'unique centre social du 14e arrondissement, "Notre maison" situé rue Olivier-Noyer, la Ville de Paris n'a toujours pas, contrairement à ses engagements, proposé de solution aux habitants et à la cinquantaine d'associations de quartier concernés en mettant à leur disposition des locaux municipaux adéquats et actuellement disponibles dans l'arrondissement.
Etant donné l'urgence des besoins sociaux à satisfaire dans le quartier de Plaisance, M. Pierre CASTAGNOU et les membres du groupe socialiste et apparentés demandent à M. le Maire de Paris de leur indiquer les moyens (locaux, financiers) qu'il entend mettre en oeuvre, et dans quels délais, pour que ce quartier retrouve très rapidement un centre social."
Je vous donne la réponse au lieu et place de M. Michel BULTÉ, adjoint.
La fermeture du centre social "Notre Maison" en 1998 a été décidée par l'association gestionnaire, qui n'a pas souhaité poursuivre ses activités dans l'arrondissement. La collectivité parisienne n'a pu que constater et enregistrer cette décision, avec regret.
Le maintien des locaux pour un usage social n'aurait pu résoudre le problème de l'absence d'un organisme gestionnaire solide, compétent et disposant d'un projet social cohérent susceptible d'obtenir un agrément de la Caisse d'Allocations familiales, indispensable pour assurer la gestion d'un centre social.
L'action concertée de la CAF, de la Fédération des centres sociaux, des élus concernés et des services de la Ville, a rendu possible l'an passé l'émergence d'une association susceptible d'assurer la gestion d'un nouveau centre social : il s'agit de l'association Carrefour 14. Dans le même temps, la recherche de locaux a été menée.
Dans l'attente d'un lieu définitif adapté aux besoins de cette activité, la Mairie du 14e arrondissement et les services de la Ville ont recherché, notamment auprès de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris, la possibilité d'implanter au moins provisoirement les activités associatives, sur une surface d'environ 350 mètres carrés.
Une installation dans des locaux dépendant de l'hôpital Broussais apparaît désormais probable.
Une demande de subvention exceptionnelle de démarrage, pour l'association Carrefour 14, est à l'instruction depuis le 7 février 2000 dans les services concernés afin de formaliser le projet social et d'obtenir un agrément de la CAF dans les meilleurs délais. Les aides apportées au précédent centre social pourraient être utilisées pour ce nouveau centre puisqu'elles n'ont pas été redéployées, dans l'hypothèse - qui devrait être vérifiée - de la mise en place rapide de ce nouveau centre.
Comme suite à l'enquête publique concernant la modification du plan d'aménagement de zone de la Z.A.C. "Didot", le commissaire enquêteur a émis la réserve que des locaux associatifs, d'une surface d'environ 150 à 200 mètres carrés, soient prévus dans la zone d'aménagement concerté.
La proposition de plan d'aménagement de zone modifié de la Z.A.C. "Didot" sera soumise prochainement au Conseil de Paris ; elle prend en compte cette réserve.
Le commissaire enquêteur a également recommandé de prévoir des locaux de ce type, d'une surface de 250 à 300 mètres carrés, dans la partie centre-sud-ouest de l'arrondissement.
En complément des locaux réalisés dans la Z.A.C. en 2002 ou 2003 et dont la superficie sera au minimum de 150 mètres carrés, il sera donc étudié la possibilité d'implanter des locaux associatifs supplémentaires, soit dans la Z.A.C., soit à proximité. La meilleure localisation devra être recherchée en fonction des disponibilités qui se feront jour et des besoins sociaux.