Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

91 - QOC 2000-88 Question de M. Georges SARRE et des membres du groupe du Mouvement des citoyens à M. le Maire de Paris à propos de la candidature de Paris aux Jeux olympiques d'été de 2008

Débat/ Conseil municipal/ Février 2000


M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - La question suivante de M. Georges SARRE à M. le Maire de Paris est à propos de la candidature de Paris aux Jeux olympiques d'été de 2008.
Je vous en donne lecture :
"La presse a récemment rendu compte des premières réflexions du Comité en charge de la candidature de Paris aux Jeux olympiques d'été de 2008, qui attend l'arrivée de son Président, pourtant désigné.
Cette candidature a fait l'objet d'un vaste consensus politique, les voix discordantes ayant été jusqu'à présent heureusement peu nombreuses.
Il apparaît que l'une des hypothèses à l'étude pour l'installation du Village olympique serait le site des Batignolles, plus précisément l'actuelle emprise S.N.C.F. Le Village olympique devant recevoir près de 20.000 personnes, ce serait donc une capacité d'accueil de plus de 4.000 logements qui pourrait être mise, après les jeux, à la disposition des Parisiens.
L'article de presse auquel il est fait référence indique que cette quantité serait, ce qui est plus que surprenant, difficile à absorber par le marché.
Quant on connaît les listes d'attente des personnes mal logées à Paris, de telles considérations sont choquantes et j'ose espérer que le plumitif auteur de ces lignes ne s'est pas fait l'écho de la position du Comité d'organisation.
Quoi qu'il en soit, il est évident qu'une telle perspective constituerait pour Paris, et le 17e arrondissement en particulier, une opportunité urbanistique majeure.
Aussi, conviendrait-il que M. Georges SARRE et les membres du groupe du Mouvement des citoyens soient informés, si possible autrement que par la presse, de ce projet, et consultés, s'il était retenu, sur les modalités de sa réalisation.
Il parait enfin utile que les élus parisiens de toutes tendances se mobilisent pour soutenir ce projet d'implantation afin qu'il soit partie intégrante du dossier de candidature de Paris.
M. Georges SARRE et les membres du groupe du Mouvement des citoyens demandent à M. le Maire de Paris de leur fournir les informations sur les éléments qui pourraient être en sa possession sur ce dossier et qu'il soit prévu, en temps utile, un débat au Conseil de Paris sur ce sujet."
Je vous donne la réponse au lieu et place de M. Dominique CANE, adjoint.
La conception du village olympique constitue un des points essentiels du dossier de présentation de la candidature de Paris aux Jeux Olympiques de 2008. Il s'agit d'un projet majeur dans la réussite duquel réside sans doute l'une des clefs du succès dans la compétition qui oppose Paris aux autres métropoles.
Présidé par le Maire de Paris, le G.I.P. 2008 chargé d'élaborer ce dossier de candidature mène donc un travail particulièrement approfondi sur ce sujet. Vous connaissez d'ailleurs la forte volonté qui anime sa commission exécutive, présidée effectivement depuis le 3 février 2000 par M. Claude BEBEAR.
Ce village olympique est destiné à accueillir 19.000 athlètes et accompagnateurs ; il doit s'intégrer dans une organisation sportive cohérente et compacte (comme c'est le cas à Sydney), présenter une grande qualité environnementale pour les athlètes et, enfin, offrir un héritage post-olympique de qualité. Il s'agit aussi de toute évidence de l'équipement olympique dont l'héritage urbain est le plus marquant pour une ville et dont la programmation, pour cette raison, doit faire l'objet de toute notre attention, car des exemples passés ont montré que sa reconversion pouvait être un échec.
Après avoir identifié 15 sites susceptibles d'accueillir une opération de cette taille, le G.I.P. 2008 travaille actuellement sur trois hypothèses de site : le premier situé aux Batignolles, le second dans la Plaine Saint-Denis et la troisième à la limite entre les communes de Gennevilliers et de Villeneuve-la-Garenne. Un dossier comparatif sera établi d'ici la fin du mois d'avril afin de départager les sites envisagés.
L'implantation de ce village aux Batignolles, comme le souhaite vivement la Ville de Paris, constituerait un formidable potentiel pour la Capitale. Les logements construits pourraient être notamment reconvertis en logements pour étudiants. Le développement de ce parc fait en effet l'objet d'une demande du Maire dans le cadre de la convention Ville/Etat relative au plan "Universités 3e Millénaire".