Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

73 - QOC 2000-151 Question de MM. Tony DREYFUS, Michel OTTAWAY, Mmes Olga TROSTIANSKY, Michèle BLUMENTHAL, Maryse LE MOEL et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Maire de Paris concernant l'affichage publicitaire dans les écoles

Débat/ Conseil municipal/ Février 2000


M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - La question suivante de MM. Tony DREYFUS, Michel OTTAWAY, Mmes Olga TROSTIANSKY, Michèle BLUMENTHAL et Maryse LE MOEL à M. le Maire de Paris concerne l'affichage publicitaire dans les écoles.
Je vous en donne lecture :
"La Ville de Paris a souhaité implanter un panneau publicitaire sur un mur de l'école primaire des Récollets (20e). Face à l'opposition de certaines associations de parents d'élèves, la Ville semble accepter aujourd'hui de remettre en cause ce projet.
On s'interroge sur l'opportunité de développer l'affichage publicitaire au sein des écoles, lieux de neutralité et d'apprentissage qui doivent être préservés.
Par ailleurs, les espaces réservés à l'information locale et interne à l'école sont souvent limités et parfois inaccessibles aux parents.
C'est pourquoi MM. Tony DREYFUS, Michel OTTAWAY, Mmes Olga TROSTIANSKY, Michèle BLUMENTHAL, Maryse LE MOEL et les membres du groupe socialiste et apparentés demandent à M. le Maire de Paris de bien vouloir définir les règles applicables à l'affichage publicitaire dans les écoles afin d'en limiter les effets sur le comportement des enfants.
Il souhaitent, par ailleurs, connaître les mesures envisagées pour améliorer l'affichage relatif à la vie des écoles en direction des parents d'élèves."
Je vous donne la réponse au lieu et place de M. Vincent REINA, adjoint.
Il convient au préalable de rappeler qu'en aucune manière, les panneaux publicitaires ne sont installés au sein des écoles de la Ville de Paris, contrairement à la formulation retenue par les auteurs de la question.
En outre, lorsque les panneaux publicitaires sont mis en place à proximité, ou sur des murs extérieurs d'écoles, les services veillent tout particulièrement à ce qu'ils ne puissent être visibles de l'intérieur des établissements scolaires.
Dans ce cadre, la Ville de Paris a effectivement exploré la possibilité d'apposer un panneau publicitaire sur le trottoir desservant, notamment, l'école primaire des Récollets (10e).
Une réunion préalable de consultation s'est donc tenue sur place, en présence du directeur de l'école.
La localisation éventuelle du panneau avait été déterminée afin :
- de ne pas se situer, à l'évidence, à l'intérieur de l'école ;
- de ne pas être visible de l'intérieur de l'école ;
- de ne pas être même visible de l'entrée de l'école (seul le dos du panneau aurait été visible).
La possibilité étudiée a donc bien tenu compte, à la fois, des principes de neutralité et d'esthétique.
Il est apparu que le directeur de l'école, comme des associations de parents d'élèves, étaient défavorables à cette implantation. Dès lors, la Ville de Paris a bien entendu renoncé à ce projet, seul un assentiment général pouvant fonder la réalisation effective de ce type d'installation.
Par ailleurs, la Ville de Paris se soucie de l'affichage relatif à la vie des écoles, en direction des parents d'élèves notamment. Elle a, pour ce faire, procédé à l'installation de panneaux extérieurs devant chaque école. Leur utilisation est placée sous la responsabilité des directeurs et les services municipaux veillent à l'entretien de ces matériels.