Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

131 - QOC 2000-79 Question de Mme Laure SCHNEITER, élue du Mouvement écologiste indépendant, à M. le Maire de Paris concernant l'aménagement de la "petite ceinture"

Débat/ Conseil municipal/ Février 2000


M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Nous passons à la question suivante de Mme Laure SCHNEITER à M. le Maire de Paris qui a trait à l'aménagement de la "petite ceinture".
Elle est ainsi rédigée :
"Tandis que la Mairie de Paris souhaite transformer en suite de squares la Petite ceinture, cette même institution, via la Société d'économie mixte de la Ville de Paris (S.E.M.A.V.I.P.), a abattu, pendant les fêtes, des arbres situés dans une tranchée particulièrement boisée du 13e arrondissement, pour, à terme, y couler une chape de béton et prolonger le jardin du Moulin-de-la-Pointe, aménagé il y a quelques années.
Mme Laure SCHNEITER s'interroge sur la cohérence entre le discours tenu par les services de la Ville de Paris, vantant les mérites d'une "coulée verte" en lieu et place de la voie ferrée et les présents travaux.
Ce n'est pas en procédant ainsi que la Ville de Paris arrivera à un projet global et mettra en valeur le capital végétal de la Petite ceinture.
Mme Laure SCHNEITER demande à M. le Maire de Paris sa position sur ce projet et s'il compte faire replanter les arbres qui sont tombés, lors de la tempête, sur la Petite ceinture ferroviaire entre les portes d'Orléans et de Vanves, ainsi qu'au droit de la passerelle de la Mare."
Je vous donne la réponse au lieu et place de Mme Françoise de PANAFIEU, adjoint.
Le nouveau quartier de Tage - Kellermann, dans le 13e arrondissement, a été engagé en 1985 à la suite des délibérations prises par le Conseil de Paris. Cette opération comprend principalement environ 700 logements sociaux (P.L.A., intermédiaires, accession sociale), une école polyvalente, un jardin maternel, des voies, une placette piétonne et un jardin public de 12.000 mètres carrés.
Le parti retenu pour ce nouveau quartier a été d'organiser les logements et les équipements autour du jardin, vaste espace de calme au c?ur de l'aménagement. Il impliquait dès l'origine de recouvrir l'emprise de la Petite Ceinture jusqu'à la rue du Moulin-de-la-Pointe pour assurer l'unité du jardin et lui donner toute sa dimension.
Aujourd'hui, cette opération est en voie d'achèvement. Autour du jardin, tous les logements prévus sont réalisés et habités, le jardin maternel est ouvert et l'école le sera à la rentrée 2001. Seuls restent à réaliser une petite placette ouvrant sur l'avenue d'Italie et la dernière étape du jardin du Moulin de la Pointe qui porte sur 3.000 mètres carrés.
Les rives de la tranchée de la Petite Ceinture ont effectivement été dégagées de leurs plantations. Mais le jardin offrira de nombreux arbres nouveaux, puisque c'est précisément sa destination et les arbres remarquables, qui existaient sur le site, ont été conservés et intégrés au projet. Pour préserver l'avenir, des puits de lumière seront aussi ménagés au travers du jardin et de la placette en couverture de la tranchée, permettant un éclairage naturel de la plate-forme en contrebas.
Il convient de préciser que la couverture telle qu'elle est conçue ne compromet aucun des usages envisageables à terme pour la Petite ceinture dans ce secteur.
Ce nouveau quartier prend vie aujourd'hui et, compte tenu du temps qui a été nécessaire jusqu'à présent pour sa réalisation, il a paru souhaitable de ne pas différer l'achèvement du jardin. La partie qui reste à créer assurera en effet, dès 2002, une liaison importante entre le sud et le nord du quartier et évitera le morcellement du site que l'on constate aujourd'hui.
En ce qui concerne les dégâts causés par la tempête sur les plantations de la Petite Ceinture, sur les autres sites évoqués par l'auteur de la question, il convient de rappeler que cette emprise est propriété de Réseau ferré de France et que c'est à cet organisme qu'il appartient de répondre au souci ainsi exprimé.
Pour sa part, la Ville de Paris ne peut naturellement que souhaiter un retour, sur ces emprises, des plantations qui ont été emportées par la tempête, pour contribuer ainsi à la qualité du cadre de vie des quartiers traversés.