Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

109 - QOC 2000-72 Question de M. Claude ROLAND à M. le Maire de Paris et à M. le Préfet de police à propos de la transformation, en espaces piétonniers, le dimanche, de la place du Marché-Sainte-Catherine et des rues avoisinantes, des rues des Rosiers, Pavée, des Ecouffes, Ferdinand-Duval et de l'Ile-Saint-Louis (4e)

Débat/ Conseil municipal/ Février 2000


M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - La question suivante de M. Claude ROLAND à M. le Maire de Paris et à M. le Préfet de police est à propos de la transformation, en espaces piétonniers, le dimanche, de la place du Marché-Sainte-Catherine et des rues avoisinantes, des rues des Rosiers, Pavée, des Ecouffes, Ferdinand-Duval et de l'Ile-Saint-Louis (4e).
Je vous en donne lecture :
"A la suite d'un questionnaire lancé par une publication du 4e arrondissement, il ressort qu'un très grand nombre d'habitants de cet arrondissement souhaite voir certains sites se transformer en espaces piétonniers le dimanche.
Il s'agit de :
- la place du marché Sainte-Catherine et des rues avoisinantes ;
- les rues des Rosiers, Pavée, des Ecouffes, Ferdinand-Duval et enfin, l'Ile-Saint-Louis.
M. Claude ROLAND partage les aspirations exprimées par les habitants du 4e arrondissement et souhaite vivement que leur voeu devienne réalité.
En conséquence, il demande à M. le Maire de Paris et à M. le Préfet de police de bien vouloir lui indiquer les mesures que leurs services comptent prendre pour satisfaire les habitants du 4e arrondissement."
Je vous donne la réponse au lieu et place de M. Bernard PLASAIT, adjoint.
La détermination de voies susceptibles d'être fermées le dimanche à la circulation générale doit bien évidemment faire l'objet d'une étroite concertation locale.
Compte tenu des caractéristiques du secteur évoqué par l'auteur de la question, une première analyse pourrait conduire, dans l'absolu, à envisager la fermeture :
- pour le secteur de la place du Marché Sainte-Catherine, d'une partie de la rue de Jarente et de la rue de Sévigné ;
- pour le secteur de la rue des Rosiers, d'une partie des rues Pavée, Malher, Ferdinand-Duval et du Roi-de-Sicile ;
- pour le secteur de l'Ile-Saint-Louis, du Pont-Marie, du quai d'Anjou et du Pont de la Tournelle.
Cependant, une telle mesure doit tenir compte d'un certain nombre de contraintes. Les premières tiennent à des problèmes d'accès et de report de circulation. Il s'agit notamment :
- de la circulation des véhicules de secours de la caserne de Sapeurs-Pompiers "Sévigné", qui ne devrait pas être gênée par la présence en grand nombre de piétons sur la chaussée ;
- du maintien du passage dans de bonnes conditions, dans l'Ile Saint-Louis, de la ligne d'autobus 67 et du Balabus ;
- du report sur le boulevard du Palais et le Pont d'Austerlitz des échanges entre la rive droite et la rive gauche, ce qui aurait pour conséquence, du fait de la fermeture concomitante de la voie Georges-Pompidou, d'augmenter la congestion des quais hauts en rive droite.
Par ailleurs, il convient de préciser que la réservation des voies à l'usage des piétons, qui relève de la compétence réglementaire du Préfet de police auquel cette question a également été posée, implique une présence, non négligeable en termes d'effectifs, de fonctionnaires de police au droit des barrages afin d'assurer le filtrage nécessaire pour permettre le passage des transports en commun et l'accès des riverains et des services de secours.
La parole est à M. le Préfet de police.
M. LE PRÉFET DE POLICE. - Dans le cadre de la reconquête de l'espace public au bénéfice des piétons, je ne suis pas opposé, sur le principe, à la piétonnisation de ces sites, le dimanche.
Cependant, la faisabilité technique d'une telle opération nécessite, à mon sens, au préalable, d'une part, une étude d'impact sur les transferts de flux de circulation sur les voies périphériques des zones concernées et, d'autre part, l'installation sur les différents sites de systèmes de fermeture des voies ne nécessitant pas la présence de fonctionnaires de police et permettant, en permanence, l'accès des véhicules d'urgence, de secours et d'incendie et des riverains.
Naturellement, mes services sont disposés à étudier tout dossier prenant en compte, principalement, ces deux aspects qui me serait présenté par la Mairie de Paris.
Je souhaite toutefois préciser que, compte tenu de la forte fréquentation dominicale des secteurs de la place du Marché-Sainte-Catherine, de la rue des Rosiers et de l'Ile-Saint-Louis, une piétonnisation, même partielle, de ces sites risque de nuire à l'activité commerciale des entreprises qui y sont implantées.
Par ailleurs, d'importantes difficultés de stationnement dans les secteurs périphériques des zones interdites à la circulation sont à craindre, ce qui ne manquera pas de soulever l'opposition des riverains concernés.