Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

133 - QOC 2000-81 Question de Mme Martine BILLARD, élue "Les Verts", à M. le Préfet de police concernant l'élargissement des couloirs de bus

Débat/ Conseil municipal/ Février 2000


M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - La question suivante de Martine BILLARD à M. le Préfet de police concerne l'élargissement des couloirs de bus.
Elle est ainsi libellée :
"M. le Préfet de police a déclaré, au cours de l'été 1999, qu'il était favorable à l'ouverture des couloirs de bus à la circulation des cycles, sous réserve de l'accord de la R.A.T.P.
En décembre 1999, il a indiqué avoir obtenu cet accord à la condition que cette circulation s'effectue en assurant la sécurité cycliste et qu'il n'en résulte pas de dégradation de la vitesse et de la régularité des bus.
La solution la plus adaptée, lorsqu'il n'y a pas de pistes cyclables en site propre, consiste à élargir les couloirs de bus.
Mme Martine BILLARD demande à M. le Préfet de police de lui indiquer :
1°) les couloirs de bus susceptibles d'être ouverts dès maintenant à cette circulation ;
2°) à quelle échéance l'élargissement des couloirs de bus pourrait être effectué lorsque cela constitue un préalable à la circulation des cycles."
La parole est à M. le Préfet de police.
M. LE PRÉFET DE POLICE. - Les couloirs réservés à la circulation des autobus, créés sur le fondement du code général des collectivités territoriales, de l'ordonnance préfectorale du 15 septembre 1971 réglementant la circulation publique à Paris, et de l'arrêté du 4 décembre 1974 organisant ces couloirs réservés, représentent 160 kilomètres d'itinéraires, répartis sur toute la Capitale et destinés à améliorer les conditions de déplacement de ces véhicules.
Dans le cadre de la nouvelle politique des déplacements initiée par le Maire de Paris et en accord avec le futur plan de déplacements urbains qui prévoit un meilleur partage de l'espace public en faveur des piétons et des cyclistes, la réduction de la place de l'automobile dans la ville et la promotion des circulations douces, plus respectueuses de l'environnement, la mise en place du "Plan Vélo" a été approuvée par votre assemblée, le 25 novembre 1996.
J'ai institué, au printemps 1997, un groupe de concertation avec les associations de cyclistes, afin d'examiner les itinéraires qui pourraient être ouverts aux utilisateurs des deux roues et sécurisés par les services de police.
C'est ainsi que des couloirs de bus accessibles aux cyclistes ont été progressivement mis en place.
J'ai ensuite obtenu, en juin 1999, à la suite d'une concertation avec M. le Président de la R.A.T.P. l'ouverture de certains couloirs à la circulation des deux roues, sous certaines conditions techniques.
La mise en place de ces mesures, à titre expérimental, dans certains couloirs de bus a été effective dès début juillet 1999 et n'a révélé aucun problème majeur.
Les premiers éléments de l'expérimentation montrent qu'il semble d'ores et déjà possible d'envisager, à court terme, l'ouverture aux cyclistes de plusieurs dizaines de kilomètres de couloirs supplémentaires.
Ainsi, les travaux du groupe de concertation avec les associations de cyclistes se poursuivent-ils activement. Ils ont pour but de déterminer les voies réservées aux autobus qui pourront, en l'état, être ouvertes à la circulation des cycles, celles qui pourront l'être après des aménagements de voirie et celles qui devront demeurer interdites parce qu'il n'existe pas de solution technique pour assurer la sécurité des cyclistes, compte tenu de la configuration de la voirie.
Bien entendu, une liste exhaustive de ces trois catégories de couloirs à bus sera portée à la connaissance du public, dès qu'elle aura été établie par la formation précitée, sur la base des deux critères essentiels que sont la sécurité des cyclistes et le maintien de la vitesse des autobus.
En tout état de cause, le groupe de concertation proposera, en priorité, la réalisation des travaux qui permettront d'assurer la continuité des axes cyclables créés dans le cadre du plan vélo.
Dès que la liste précise des aménagements concernés aura été arrêtée au regard de ces conditions et des caractéristiques spécifiques de chacun des couloirs, je ne manquerai pas de prendre l'arrêté préfectoral correspondant, visant à ouvrir ces itinéraires aux cyclistes.
Enfin, je tiens à préciser que mes services travaillent sur ce dossier avec le souci permanent de permettre le plus largement possible l'accès des cyclistes à ces voies réservées, tout en demeurant très attentifs à ce que leur propre sécurité ne s'en trouve pas menacée.
Ce vaste projet devrait donc, pour une large part, être mis en oeuvre, dès le mois d'avril 2000.