Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

53 - QOC 2000-131 Question de M. Jean-Yves MANO et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Maire de Paris et à M. le Préfet de police à propos du reboisement du bois de Boulogne

Débat/ Conseil municipal/ Février 2000


M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - La question suivante de M. Jean-Yves MANO à M. le Maire de Paris et à M. le Préfet de police est relative au reboisement du bois de Boulogne.
En voici le texte :
"La tempête qui a sévi le 26 décembre dernier sur Paris a défiguré le bois de Boulogne (16e). La Ville de Paris doit saisir l'opportunité que constitue son reboisement pour réaménager ce bois, cher aux Parisiens.
A cette fin, une Commission de concertation, réunissant les élus du 16e arrondissement et des villes voisines ainsi que les associations, pourrait être créée afin d'élaborer collectivement un plan de restructuration du bois de Boulogne.
Ce réaménagement passe par la suppression de plusieurs axes routiers, la création de zones d'animation pour les enfants, de lieux de convivialité et le développement d'un réseau cohérent de pistes cyclables.
Pour permettre aux Parisiens de respirer un air pur, des dessertes des zones piétonnes pourraient être organisées par la mise en place de navettes non polluantes au départ des portes d'Auteuil, de Passy, de La Muette, Dauphine et Maillot.
M. le Maire de Paris et M. le Préfet de police peuvent-ils indiquer quelles suites ils comptent donner à ces propositions qui recueillent un écho important parmi les associations et les habitants du 16e arrondissement ?"
Je vous donne la réponse au lieu et place de Mme Françoise de PANAFIEU, adjoint.
Compte tenu des dégâts subis par le massif forestier du Bois de Boulogne lors de la tempête du 26 décembre 1999, les premières interventions effectuées depuis lors ont pour objet d'assurer la sécurité des personnes afin de permettre le plus tôt possible sa réouverture totale au public.
Il convient en effet, compte tenu des circonstances, de réfléchir au devenir de ce Bois, comme d'ailleurs du Bois de Vincennes, dans une perspective de long terme, en s'interrogeant sur l'utilisation, la préservation et l'enrichissement de ce patrimoine commun, tant en matière d'espaces verts, de lieux de détente, d'activités sportives qu'en termes de circulation.
Cette réflexion doit bien sûr faire l'objet d'une très large concertation, afin que chacun puisse émettre ses souhaits et ses idées, dont l'analyse devra déboucher sur un schéma d'orientation global, réaliste et cohérent.
C'est dans cette perspective que le Maire de Paris réunira, ce 31 mars, les maires des 12e et 16e arrondissements, associés au premier chef à cette démarche, les maires des communes limitrophes, les adjoints sectoriels et les services et institutions concernés, et qu'un important travail sera mené, sur chacun des Bois, afin d'aboutir d'ici l'automne prochain à un schéma d'orientation.
La parole est à M. le Préfet de police.
M. LE PRÉFET DE POLICE. - Il ne paraît pas envisageable de fermer les grands axes routiers traversant le bois de Boulogne, qui permettent le transit entre la banlieue et Paris, dans la mesure où le trafic empruntant les ponts de Puteaux et de Suresnes se reporterait au nord et au sud, notamment, sur les communes de Neuilly-sur-Seine et de Boulogne-Billancourt.
Cependant, je ne suis pas opposé à la réalisation d'une étude visant à examiner la possibilité de fermer des voies secondaires supplémentaires, à développer le réseau de pistes cyclables et à aménager des grandes pelouses.
Enfin, en ce qui concerne la mise en place de navettes non polluantes qui permettraient de desservir le bois au départ des portes de Paris, je puis vous préciser qu'un tel projet, qui suppose l'existence de parkings de proximité d'une capacité suffisante, relève de la compétence du syndicat des transports parisiens.