Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

102 - IV - Questions des groupes "Paris-Libertés" et "Rassemblement pour Paris".QOC 2000-77 Question de M. Claude GOASGUEN à M. le Préfet de police sur l'augmentation du nombre de prostituées dans le sud du 16e arrondissement, notamment boulevard Murat

Débat/ Conseil municipal/ Février 2000


M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Nous passons aux questions orales des groupes "Paris-Libertés" et "Rassemblement pour Paris".
La première d'entre elles est ainsi libellée :
"De nombreux riverains de la porte de Saint-Cloud (16e) ont constaté, depuis la tempête de décembre dernier et ses fâcheuses conséquences pour le bois de Boulogne, une augmentation du nombre de prostituées dans certaines rues du quartier. Cette augmentation n'est pas sans conséquences sur la tranquillité des habitants du sud du 16e arrondissement et notamment du boulevard Murat.
M. Claude GOASGUEN demande à M. le Préfet de police de bien vouloir demander aux forces de police de tout faire pour juguler le phénomène."
La parole est à M. le Préfet de police.
M. LE PRÉFET DE POLICE. - L'interdiction provisoire de la circulation des véhicules et des piétons dans certaines voies du bois de Boulogne, consécutive aux graves intempéries de décembre dernier, a eu pour conséquence d'entraîner un déplacement des prostituées, dont les véhicules étaient précédemment stationnés dans les rues ainsi neutralisées.
Cette situation et les troubles à la tranquillité de riverains, jusqu'alors épargnés par ce type de nuisances, ont été rapidement pris en compte par les effectifs locaux de police, qui ont intensifié leurs actions de verbalisation, notamment à l'égard des exhibitions sexuelles et du stationnement illicite, sur la voie publique, des automobilistes "clients" et des prostituées utilisant des camionnettes.
L'abrogation de l'arrêté d'interdiction de la circulation, intervenue le 2 février 2000, après l'exécution de travaux de sécurisation, devrait, toutefois, rapidement mettre un terme à ce regroupement temporaire.
En toute hypothèse, soyez assuré que mes services continueront de veiller à ce que ces activités s'exercent en générant le moins de désagréments possibles pour les parisiens et les riverains de cet espace vert.