Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

135 - QOC 2000-104 Question de M. Jean-Pierre REVEAU, élu "Front national", à M. le Maire de Paris au sujet de l'implantation d'un centre d'hébergement pour les S.D.F., rue Lasson (12e)

Débat/ Conseil municipal/ Février 2000


M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - La question suivante de M. Jean-Pierre REVEAU à M. le Maire de Paris est au sujet de l'implantation d'un centre d'hébergement pour les S.D.F., rue Lasson (12e).
En voici la teneur :
"L'Assistance publique a l'intention d'implanter sur un terrain inoccupé, rue Lasson (12e), à proximité de l'hôpital Trousseau, un centre d'hébergement pour les sans domicile fixe, dans des préfabriqués "Algeco".
Ce projet est d'autant plus inopportun dans cet arrondissement que l'Est parisien est particulièrement démuni en matière de prise en charge des grossesses à risque, les compétences acquises par l'hôpital Trousseau justifiant la réalisation d'une telle maternité. C'est d'ailleurs le voeu unanime des élus du 12e arrondissement.
M. Jean-Pierre REVEAU demande à M. le Maire de Paris quelle est sa position sur ce dossier."
Je vous donne la réponse au lieu et place de Mme Marie-Thérèse HERMANGE, adjoint.
L'A.P.-H.P. de Paris sollicitée fin septembre 1999 par la Préfecture de Paris, a porté à sa connaissance les quelques terrains et locaux dépourvus provisoirement d'affectation dont elle dispose actuellement dans son patrimoine et qui pourraient être utilisés à l'hébergement d'urgence de personnes sans-abri. Parmi ces sites, figure celui situé dans l'enceinte de l'hôpital Armand-Trousseau, rue Lasson.
Une série de consultations à l'initiative de la D.A.S.S. de Paris a été organisée afin d'étudier la faisabilité de ce projet, visant à l'accueil de 40 personnes, uniquement la nuit, dans un centre mis en place temporairement, et devant être géré par le Centre d'Action sociale protestant, association très expérimentée dans ce type de prise en charge.
La mise à disposition du terrain à l'Etat ne pourrait excéder le 30 mars 2002, compte tenu des projets de l'A.P.-H.P. sur ce site. La construction de ce centre d'hébergement nécessiterait par ailleurs la délivrance d'un permis de construire par l'Etat, et ne pourrait être achevée de ce fait avant la fin du printemps 2000.
Une réunion d'information des riverains de la rue Lasson a eu lieu sous la présidence de M. le Maire d'arrondissement, le lundi 10 janvier 2000 à la mairie du 12e arrondissement, en la présence de représentants du siège de l'A.P.-H.P., de la direction de l'hôpital Armand-Trousseau et des représentants des différents organismes concernés par ce projet (D.A.S.S. de Paris, Centre d'Action sociale protestant).
Il a été convenu qu'au cas où la D.A.S.S. de Paris souhaiterait poursuivre la mise en ?uvre de ce projet, des réunions techniques complémentaires seraient programmées et associeraient les représentants des riverains.
Il convient d'insister sur le fait que ce terrain est aujourd'hui libre de toute occupation. Aussi, le risque est-il grand d'y voir s'y installer, à tout moment et dans les pires conditions, des familles sans-abri et dont le relogement rencontrerait les plus grandes difficultés. La réalisation des travaux envisagés au cours des prochaines années serait alors mise en cause. Les opérations préventives réalisées avec des associations expérimentées, que l'A.P.-H.P. a menées dans des conditions identiques sur les sites vacants des hôpitaux Bretonneau et Hérold, présentent des avantages importants, en conciliant la mise en ?uvre d'une initiative sociale et la protection du patrimoine de l'A.P.-H.P.
L'A.P.-H.P. veillera bien entendu à ce que le dialogue et la concertation nécessaires avec les riverains permettent une décision sereine et apaisée sur ce dossier qui sera, bien entendu, traité également avec les élus de l'arrondissement. En effet, la contribution de l'A.P.-H.P. à la lutte contre la précarité sociale, qui est une de ses missions essentielles, ne doit en effet pas avoir pour conséquence de perturber la vie de ce quartier.