Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

96 - QOC 2000-93 Question de M. Georges SARRE et des membres du groupe du Mouvement des citoyens à M. le Maire de Paris à propos de la création d'une structure adaptée à la pratique de l'escalade

Débat/ Conseil municipal/ Février 2000


M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - La question suivante de M. Georges SARRE à M. le Maire de Paris est à propos de la création d'une structure adaptée à la pratique de l'escalade.
En voici l'intitulé :
"Le sport connaît en France une mutation importante marquée notamment par le développement de nouvelles disciplines en milieu urbain. A Paris, la pratique du roller illustre cette situation nouvelle.
Une autre discipline, connue sous l'appellation spécifique "via ferrata", faisant appel aux techniques de l'escalade et de l'alpinisme, connaît un essor considérable. Un certain nombre de villes s'est doté de cet équipement afin de satisfaire une demande toujours plus importante. Dans les collèges et lycées parisiens, des enseignants d'éducation physique initient leurs élèves à cette pratique en forêt de Fontainebleau.
C'est pourquoi M. Georges SARRE et les membres du groupe du Mouvement des citoyens demandent à M. le Maire de Paris d'étudier, avec la Direction de la Jeunesse et des Sports, la création d'une structure adaptée à la pratique de l'escalade, réunissant naturellement toutes les conditions de sécurité et de confort nécessaires."
Je vous donne la réponse au lieu et place de M. Dominique CANE, adjoint.
La pratique de l'escalade à Paris regroupait 529 licenciés parisiens en 1999 répartis entre les 18 clubs parisiens.
La Via Ferrata se différencie de l'escalade par le fait qu'il n'y a pas de contact direct avec le rocher puisque le pratiquant grimpe par exemple à l'aide de marches, d'échelles ou de barreaux scellés dans le rocher. Des câbles sont implantés le long des voies de Via Ferrata afin de permettre aux pratiquants de s'assurer grâce à une longe reliée à leur baudrier. La pratique de la Via Ferrata est pour l'instant implantée essentiellement en montagne même si des démonstrations "indoor" dans le cadre de salons par exemple ont déjà eu lieu.
La Via Ferrata permet de se familiariser avec le monde de la montagne et avec le vide. Elle apparaît comme une discipline sportive à part entière dans la mesure où elle est située dans un site de montagne permettant une course relativement longue. En ville, son intérêt parait donc plus limité, la familiarisation avec le matériel d'escalade en montagne étant assurée par la pratique sur les murs.
Ainsi, la réalisation d'un équipement dédié à cette seule discipline ne paraît pas prioritaire. La Ville de Paris a préféré donner cette priorité à la création de mur d'escalade dans l'enceinte des équipements sportifs. Ainsi, dès 1996, le mur extérieur du centre sportif des Poissonniers (18e) a été étendu. Sa surface de 570 mètres carrés et sa hauteur de 21,7 mètres le rendent très attractif. Par ailleurs, pour répondre aux besoins d'initiation, 3 murs ont été réalisés en 1999 au sein de gymnases (Choisy, Commandant Mouchotte et Croix-Nivert). Trois projets supplémentaires sont envisagés en 2000 à l'intérieur de centres sportifs (Saint-Germain, Léon-Biancotto, Mathis).