Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

36 - 2000, DASCO 16 - Subventions à 3 associations du 20e arrondissement organisant des centres de loisirs pour des élèves scolarisés dans des établissements primaires privés. - Montant total : 55.300 F

Débat/ Conseil municipal/ Février 2000


M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération DASCO 16 relatif à l'attribution de subventions à trois associations du 20e arrondissement organisant des centres de loisirs pour des élèves scolarisés dans des établissements primaires privés.
Je donne la parole à Melle SCHERER.
Melle Sylvie SCHERER. - Merci beaucoup, d'autant que je serai assez brève.
Monsieur le Maire, une fois de plus, vous nous proposez de subventionner des structures privées organisant des centres de loisirs ce qui, en soi, ne serait pas condamnable, sauf que ces centres de loisirs sont réservés aux enfants fréquentant des écoles privées.
Il est vrai que la loi vous y autorise dans un cadre que vous respectez mais elle ne vous y oblige pas.
Cela nous gêne un petit peu que la Ville finance des centres de loisirs avec un accès réservé aux seuls enfants fréquentant des établissements scolaires privés et nous serions beaucoup plus favorables, Monsieur le Maire, à ce que cette subvention soit réservée aux centres de loisirs de la Ville de Paris qui accueillent tous les enfants sans restriction, qui n'ont pas une action éducative orientée vers telle ou telle religions et qui ne sont pas particulièrement bien dotés pour fonctionner.
C'est pourquoi nous nous abstiendrons sur ce projet de délibération. Je vous remercie.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Merci, Madame.
Je donne la parole à M. REINA pour répondre à Melle SCHERER.
M. Vincent REINA, adjoint, au nom de la 4e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.
Je voudrais rappeler à Melle SCHERER que, par une délibération qui remonte maintenant à décembre 1975, le Maire de Paris de l'époque avait autorisé la participation de la Ville aux activités de loisirs organisées au profit des élèves des établissements privés d'enseignement préélémentaire et élémentaire.
Les élèves ont fréquenté ces centres de loisirs dans des conditions comparables à celles des centres de loisirs publics. Je rappelle que tout cela se fait sous le contrôle de la Direction départementale de la Jeunesse et des Sports, que le dossier du 20e arrondissement a été traité comme celui de tous les arrondissements et que, bien évidemment, cela ne se fait pas au détriment du public.
Je rappelle d'ailleurs à Melle SCHERER que le Conseil du 20e arrondissement s'est prononcé favorablement sur ce projet à l'unanimité.
Cette subvention de la Ville à des centres de loisirs privés permet donc à ces enfants issus d'établissements privés de ne pas prendre de places dans les centres de loisirs de la Ville. Tout cela ne se fait pas, bien évidemment, au détriment des élèves du public.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Je remercie M. REINA.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASCO 16.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2000, DASCO 16).