Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

13 - VI - Question d'actualité du groupe "Paris-Libertés" à M. le Maire de Paris concernant le projet de liaison souterraine entre l'aéroport de Roissy et la Capitale

Débat/ Conseil municipal/ Février 2000


M. Paul AURELLI, adjoint, président. - Nous passons à l'examen de la dernière question d'actualité. La parole est au représentant du groupe "Paris-Libertés", Mme de KERVILER.
Mme Isabelle de KERVILER, adjoint. - Monsieur le Maire.
Plusieurs articles de presse de la semaine dernière évoquent l'état d'un projet initié par l'association "Paris Ile-de-France, Capitale économique" concernant des dessertes entre l'aéroport de Roissy et la Capitale. Pourtant aucune concertation ne semble avoir été initiée avec les élus locaux et, à l'heure où se négocie le contrat de plan Etat-Région, ce projet ne figure dans aucun document de travail alors que d'autres infrastructures, dont le financement est concédé au secteur privé, sont mentionnées.
Le groupe "Paris-Libertés" s'étonne de la méthode employée et souhaite connaître l'implication exacte de la Municipalité parisienne dans l'étude de ce projet.
Merci, Monsieur le Maire.
M. Paul AURELLI, adjoint, président. - M. PLASAIT a la parole pour répondre.
M. Bernard PLASAIT, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.
Pour répondre à Mme de KERVILER, la méthode utilisée est une méthode qui ressort du secteur privé. Je vais m'efforcer de le démontrer. La Ville n'est en aucun cas responsable des informations parues dans la presse.
Ce projet dit "Roissy", qui serait réservé aux taxis et aux transports en commun, qui relierait la place Saint-Augustin dans le 8e à Roissy, par un tunnel routier à péage, admettant uniquement les deux catégories de véhicules de transport précitées, est à l'initiative de l'Association "Paris Ile-de-France, Capitale économique", de la R.A.T.P., des Frères ESSIG et d'un bureau d'études privé.
Ce projet, il est vrai, a été présenté au Maire de façon très succincte en juillet 1999.
Le Maire a pris acte de son existence, mais n'a fait part d'aucun accord, même de principe. J'insiste là-dessus. A la demande du Ministre des Transports, la Direction régionale de l'Equipement est en charge d'établir un avis sur la faisabilité du projet.
Deux réunions techniques ont été organisées entre la Direction de la Voirie et les promoteurs du projet, un représentant de la Direction régionale de l'Equipement assistant à l'une de ces réunions. A cette occasion un certain nombre de questions ont été posées par les services municipaux. Mais, de véritables réponses n'ont pas encore été apportées.
En effet, le montage juridique proposé, à savoir un ouvrage de transports publics confié à la R.A.T.P., qui serait maître d'ouvrage de pure forme, n'intervenant ni dans le financement ni dans l'exploitation, paraît poser un certain nombre de problèmes :
- sur le plan technique, les études sont très succinctes notamment en ce qui concerne le tracé par rapport aux qualités géotechniques du sous-sol, aux carrières, la ventilation, etc ;
- sur le plan économique, la présentation en équilibre du projet semble être obtenue par une minimisation des dépenses, et avec des recettes optimistes ;
- aucune véritable étude justifiant la fréquentation attendue n'a été présentée ; il n'est pas évident que la majeure partie des voyageurs qui se rendent à Roissy depuis Paris et sa région, proviennent des alentours de la place Saint-Augustin.
C'est pourquoi, en l'état, ce projet de desserte de l'aéroport de Roissy, qui est en concurrence d'ailleurs avec d'autres projets, utilisant le rail par exemple, ne peut faire l'objet d'un avis. Quand le Maire sera saisi d'un projet affiné, et avant de rendre un quelconque avis, il entamera, comme il est de coutume une large concertation, notamment avec les élus concernés.
M. Paul AURELLI, adjoint président. - Nous avons achevé l'examen des questions d'actualité. Je suspends la séance du Conseil municipal.