Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

56 - QOC 2000-134 Question de M. Jean-Yves MANO et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Maire de Paris au sujet de l'éventuelle suppression d'un hippodrome, Auteuil ou Longchamp (16e)

Débat/ Conseil municipal/ Février 2000


M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - La question suivante de M. Jean-Yves MANO à M. le Maire de Paris au sujet de l'éventuelle suppression d'un hippodrome, Auteuil ou Longchamp.
Je vous en donne lecture :
"Lors d'une visite dans le 16e arrondissement, M. le Maire de Paris a évoqué la suppression éventuelle d'un hippodrome, Auteuil ou Longchamp.
M. le Maire de Paris peut-il informer M. Jean-Yves MANO et les membres du groupe socialiste et apparentés de ses intentions à ce sujet et leur préciser l'état des relations juridiques entre la Ville de Paris et la société "France-Galop", concessionnaire des 2 hippodromes ?
Envisage-t-il une concertation avec les élus, les associations de l'arrondissement et le monde hippique ?
Quelle sera la destination des espaces ainsi libérés et à quelle échéance les décisions devront-elles être prises par le Conseil de Paris ?"
Je vous donne la réponse.
Les conventions portant droit à l'occupation des hippodromes du Bois de Boulogne venaient à expiration le 25 mars 1997 en ce qui concerne le site de Longchamp et le 31 décembre 2022 pour le site d'Auteuil.
Néanmoins, à la suite des changements ayant affecté les sociétés initialement signataires des deux conventions avec la Ville de Paris (regroupement de la société des Steeple-Chases de France avec la Société d'Encouragement en 1992, gestion du site par le GIE-GALOP en 1994, fusion des Sociétés dans France Galop en 1995), il a été décidé d'entamer immédiatement des négociations en vue de redéfinir les conditions d'exploitation des deux champs de courses et de renouveler les conventions avec la nouvelle entité gestionnaire. L'exploitant a cependant bénéficié d'une période transitoire de réflexion devant lui permettre d'élaborer ses projets, période accordée par avenants en 1994, pendant laquelle les conventions susvisées ont été maintenues, et qui devait s'achever en 1997 pour les deux hippodromes, cette échéance venant donc se substituer à celle de 2022 pour le champ de courses d'Auteuil.
La réflexion menée sur le renouvellement desdites conventions a permis à la Ville de Paris de définir les conditions nouvelles d'une utilisation des champs de courses qui se veut plus complète, plus équilibrée et mieux adaptée aux projets municipaux de valorisation du Bois de Boulogne.
Pour ce qui est de l'hippodrome d'Auteuil, les négociations étaient pratiquement arrivées à leur terme, quand la Société France Galop est revenue sur son agrément aux dispositions financières.
En ce qui concerne l'hippodrome de Longchamp, la Société France Galop a présenté un avant-projet de réhabilitation totale du champ de course, dont l'ampleur et l'ambition justifient le délai dans la conclusion d'une nouvelle convention.
A cet égard, un avenant à la convention avait prorogé jusqu'au 31 mars 1998 le droit d'occupation du site de Longchamp.
En tout état de cause, la Société France Galop est autorisée à continuer d'exploiter les deux hippodromes, dans des conditions identiques à celles qui ont été définies par les conventions précédentes, conformément aux règles jurisprudentielles de domanialité publique.
En outre, à la demande du Maire de Paris, sera créée une commission de réflexion et de concertation à laquelle seront bien entendu associés les élus du 16e arrondissement qui sera chargée de définir des objectifs communs pour le schéma d'aménagement des bois. Le devenir des hippodromes sera tout naturellement évoqué.