Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

10 - 2003, ASES 382 G - Fixation de la participation départementale au financement des actions de dépistage et de prévention bucco-dentaires de la Caisse primaire d'assurance maladie de Paris (19e). - Montant : 54.037 euros

Débat/ Conseil général/ Novembre 2003


Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Nous passons au projet de délibération ASES 382 G. Il s'agit du dépistage et de la prévention bucco-dentaire.
La parole est à Mme CAPELLE.
Mme Liliane CAPELLE. - Madame la Présidente, très brièvement, puisque certains s'en souviendront, et M. LHOSTIS en particulier, sous la précédente mandature nous étions un certain nombre à nous opposer à la fermeture des soins à l'institut de prophylaxie dentaire infantile qui est situé faubourg du Temple. On ne nous a pas écouté, mais on nous a dit qu'on faisait du dépistage et que se mettaient en place des soins avec les dentistes libéraux, etc.
Dont acte. Ceci s'est mis en place et je voudrais savoir, à l'heure actuelle, quel est le nombre d'enfants qui a été soigné après les actions de dépistage. Peut-on le rapprocher du temps où l'on allait chercher les enfants dans les écoles, on dépistait et on soignait ? Je reste persuadée - et l'on parlait d'enfants de familles vivant dans l'exclusion - que pour certains parents à qui, même si l'on remet une forme de bons pour aller chez un dentiste, je pense que certains parents, pour de nombreuses raisons, ne le font pas. Je pense donc que certains enfants passent au travers ce qui n'était vraisemblablement pas le cas auparavant.
Je vous remercie, Monsieur LHOSTIS, de pouvoir me donner ces précisions.
Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Monsieur LHOSTIS, vous avez la parole.
M. Alain LHOSTIS, au nom de la 6e Commission. - Vous avez rappelé des choses un peu anciennes maintenant. Ce que nous avons souhaité, c'est faire faire une évaluation de ce dispositif. Nous vous communiquerons, le moment venu, les résultats de cette évaluation qui part des questions que vous vous posez et que nous avions également envisagées avec mon équipe et avec la D.A.S.E.S. C'est notamment, au-delà du dépistage, la prise en charge et les soins qui ne sont pas des questions simples ; il ne suffit pas d'avoir un bon, même si le bon ouvre un droit.
C'est au travers du travail d'évaluation que nous pourrons faire des propositions pour améliorer le dispositif.
Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Merci.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération ASES 382 G.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Qui s'abstient ?
Le projet de délibération est adopté. (2003, ASES 382 G).