Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

14 - 1998, ASES 56 G - Autorisation à M. le Président du Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général, de signer avec l'association " Service social migrants " (3e) une convention pour l'accueil de personnes étrangères ou d'origine étrangère

Débat/ Conseil général/ Novembre 1998


M. Philippe LAFAY, président. - Nous poursuivons nos travaux par l'examen du projet de délibération ASES 56 G concernant l'association " Service social migrants ".
Madame JUNOT, vous avez la parole.
Mme Marie-Thérèse JUNOT. - Merci, Monsieur le Président.
N'en déplaise à l'honorabilité de cette association fondée en 1951, dont le Conseil d'administration est prestigieux, nous ne sommes pas persuadés que la Ville de Paris doive subventionner une association dont l'objet est de faciliter les démarches administratives de ressortissants étrangers, afin qu'ils puissent accéder plus rapidement au R.M.I. et à d'autres prestations sociales.
Poussons donc ce système jusqu'à l'absurde. Allons-nous demain subventionner une association dont les missionnaires iraient au fin fond du Mali ou du Burkina Fasso pour informer les futurs migrants des droits et des prestations auxquelles ils pourraient bientôt prétendre ?
Une association comme l'" A.S.S.F.A.M. " s'honorerait davantage encore si elle s'efforçait de subvenir à ses besoins par ses moyens propres, les dons et les adhésions de ses membres qui, d'après les comptes qui nous ont été communiqués, en l'occurrence, représentent moins de 3 % de ses ressources.
Merci, Monsieur le Président.
M. Philippe LAFAY, président, au nom de la 5e Commission. - Je vous dirai qu'il est très important de favoriser l'intégration pour lutter contre l'exclusion, quelles que soient les origines des personnes défavorisées.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération ASES 56 G.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, M. REVEAU s'étant abstenu. (1998, ASES 56 G).