Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 1995
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

24 - 1995, D. 1299- Désignation du maître d'oeuvre de l'opération de construction d'un conservatoire, 17, rue de Rochechouart (9e).- Autorisation à M. le Maire de Paris de signer un marché négocié en vue de la réalisation de cette opération.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 1995




M. Gérard LEBAN, adjoint, président.- Nous abordons l'examen du projet de délibération D. 1299 relatif à la désignation du maître d'oeuvre de l'opération de construction d'un conservatoire, 17, rue de Rochechouart.- Autorisation à M. le Maire de Paris de signer un marché négocié en vue de la réalisation de cette opération.
Monsieur BRAVO, vous avez le parole.

M. Jacques BRAVO.- Monsieur le Maire, nous avions une vive réserve sur le fait que dans cette opération, il faut libérer un immeuble dans lequel résident encore deux familles, dont l'une a de jeunes enfants.
Sur le fond, nous n'avons aucune réserve sur le principe même de développer des équipements collectifs, ni sur la localisation envisagée qui est en plein coeur de la vie du 9e arrondissement.
A partir du moment où à la suite du débat du Conseil d'arrondissement nous avons compris que le problème des deux familles serait traité avant que les travaux ne soient engagés, nous voterons pour le présent projet. Mais sous cette condition préalable de reloger complètement les 2 familles qui restent encore sur le site.
Merci.

M. Gérard LEBAN, adjoint, président.- Merci.
Monsieur TUROMAN, vous avez la parole.

M. Michel TUROMAN.- Il s'agit donc de la réalisation d'un conservatoire de musique dans le 9e arrondissement. Bien évidemment, nous ne sommes pas opposés à la réalisation d'un tel équipement, tout équipement public supplémentaire étant naturellement le bienvenu.
Cependant, je veux faire quelques remarques sur ce projet : l'immeuble du 17, rue de Rochechouart, dans lequel le conservatoire va donc être implanté, a une certaine histoire. On en a parlé dans cette Assemblée.
Je veux rappeler que pendant des mois, privées d'eau, plusieurs familles comprenant des enfants et des personnes âgées, ont continué à vivre dans cet immeuble dans des conditions extrêmement difficiles.
C'est ainsi qu'il n'y a pas très longtemps, il y a quelques mois, pour protester contre cette situation, les élus communistes et de nombreuses associations avaient organisé une chaîne de solidarité qui allait de cet immeuble jusqu'à la mairie du 9e pour exiger le rétablissement de l'eau. Et grâce notamment à cette action, le relogement de plusieurs familles avait été obtenu.
Cependant, toutes les familles ne sont pas relogées. Il en reste encore aujourd'hui, à ma connaissance, deux. Il faut qu'elles soient toutes relogées. C'est la condition préalable à notre avis à toute décision.
Enfin, je veux ajouter une remarque : le 9e arrondissement est dépourvu de logements sociaux. N'aurait-il pas été préférable de réhabiliter cet immeuble ou à défaut d'envisager sur son emplacement un programme de logements à loyer abordable ? Quant au conservatoire, son implantation pouvait être envisagée sur d'autres lieux. Ce n'est pas, à ma connaissance, dans cet arrondissement que l'on manque de bureaux vides. Aussi dans l'état du projet, et sans engagement clair de votre part sur le relogement des familles, nous nous abstiendrons sur celui-ci et je souhaite, Monsieur le Maire, qu'une réponse claire nous soit faite aujourd'hui sur ce relogement.

(Applaudissements sur les bancs des groupes communiste, socialiste et du Mouvement des citoyens).

M. Gérard LEBAN, adjoint, président.- Merci.
Madame MACÉ de LÉPINAY, vous avez la parole.

Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY, adjoint, au nom de la 4e Commission.- Je vois que personne ne conteste le fait qu'il fallait réinstaller le conservatoire du 9e arrondissement. M. TUROMAN considère que l'endroit n'est pas le meilleur. Je lui ferai remarquer qu'il se trouve plus au centre de l'arrondissement que la précédente localisation, et qu'il n'y a pas énormément de terrains disponibles dans le 9e arrondissement. C'est le seul terrain qui a paru susceptible de recevoir ce nouveau conservatoire. Il sera plus proche des élèves et pourra accueillir 750 enfants dans des locaux adaptés ce qui n'aurait pas été le cas d'immeubles de bureaux qu'on aurait pu reconvertir.
D'après ce que je sais, il y aurait plus de deux familles sur le site, mais plusieurs seraient des familles en situation irrégulière, que l'on ne peut pas s'engager à reloger.
Il est exact que deux anciens locataires se maintiennent dans les lieux rue de Rochechouart. Comme à tous les autres locataires en titre, il leur a été fait de nombreuses propositions de relogement.
L'administration s'attache à régler ce problème, mais je ne saurais trop vous conseiller de les inciter à accepter les propositions qui leur sont faites.
Si vous voulez quelques détails, il y a une dame qui habite là, et qui a refusé, en 1994, 4 propositions de logement dans le 10e, le 13e, le 17e et le 19e. Elle a demandé une aide pour déménager à Lorient, en province. On lui a proposé la prise en charge de son déménagement à raison de 12.000 F. Elle a refusé, elle voulait de l'argent liquide. On ne peut pas lui donner d'argent liquide. Si vous pouvez la convaincre d'accepter un relogement, ce serait très bien.
D'autre part, une autre famille se maintient dans les lieux, cette famille est composée de deux personnes, la dame a accepté un relogement rue des Archives où elle s'est installée. Seulement cette famille a 17 chats, et Monsieur est resté avec les chats rue de Rochechouart !
Voilà ce que j'ai à vous dire !

(Applaudissements sur les bancs des groupes "Rassemblement pour Paris" et "Paris-Libertés").

M. Gérard LEBAN, adjoint, président.- Nous passons au vote sur le projet D. 1299... Attendez, mes chers collègues, notre règlement est formel, l'orateur s'exprime, l'adjoint compétent répond. Après le débat est clos.
Monsieur BRAVO, je vous donne la parole, à titre tout à fait exceptionnel, en vous priant d'être bref.

M. Jacques BRAVO.- Monsieur le Maire, je ne voudrais pas que les précisions qui viennent d'être données marquent un recul par rapport à la discussion que l'on a eue en Conseil d'arrondissement la semaine dernière. C'est un problème social que l'on peut régler. J'ai compris qu'il était possible de mobiliser toutes les énergies pour que ces deux familles soient relogées.
Nous confirmons notre vote positif. Je souhaite qu'on ne recule pas sur ce principe du relogement préalable, et que ces deux familles soient correctement traitées. Car il s'agit bien, pour reprendre l'expression du Maire de Paris, d'occupants de "bonne foi".
Merci.

M. Gérard LEBAN, adjoint, président.- Monsieur REINA, vous avez la parole, mais ne soyez pas plus long.

M. Vincent REINA.- Juste un mot, Monsieur le Maire, sur ce que vient de dire M. BRAVO. L'engagement du Conseil d'arrondissement- et mon collègue Marc-Henri CASSAGNE était présent à cette séance - était que l'on essaierait de trouver une solution au problème du relogement de ces personnes.
L'adjoint au Maire de Paris a donné des éléments très pertinents sur le refus des propositions de logement.
En ce qui concerne les propos de M. TUROMAN, je voudrais lui dire que l'emplacement choisi pour ce conservatoire correspond au point le plus central et le plus habité de l'arrondissement. S'il avait été élu de cet arrondissement, il saurait que les deux tiers des membres qui fréquentent le conservatoire résident dans ce quartier Rochechouart.

M. Gérard LEBAN, adjoint, président.- Merci.
Mes chers collègues, pour la suite du débat, à partir de maintenant, vous vous exprimez avant la réponse de l'adjoint. Il n'y aura plus d'intervention après, si nous voulons terminer dans un délai raisonnable.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération D. 1299.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, le groupe communiste, Mmes SILHOUETTE, SCHERER, BILLARD et M. BLET s'étant abstenus. (1995, D. 1299).