Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

19 - 1998, ASES 124 G - Fixation de la participation départementale 1998 au financement du dispositif d'appareils d'échange, de récupération et de distribution de seringues géré par l'association " Médecins du monde ". - Autorisation à M. le Président du Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général, de souscrire un avenant à la convention signée avec l'Etat (D.A.S.S. de Paris) et ladite association relative à l'implantation et à la gestion du dispositif

Débat/ Conseil général/ Novembre 1998


M. Philippe LAFAY, président. - Nous passons à l'examen du projet de délibération ASES 124 G fixant la participation départementale 1998 au financement du dispositif d'appareils d'échange, de récupération et de distribution de seringues géré par l'association " Médecins du monde ".
Je donne la parole à Mme JUNOT, au lieu et place de M. DUMAIT.
Mme Marie-Thérèse JUNOT. - Merci, Monsieur le Président.
Les élus du groupe des Indépendants sont hostiles à la mise en place de dispositifs de distribution de seringues pour les toxicomanes sur la voie publique et davantage encore à leur multiplication.
Les statistiques délivrées sur cette politique mise en oeuvre depuis quelques années devraient d'ailleurs mettre la puce à l'oreille des services, car si deux fois plus de seringues stériles sont distribuées que de seringues usagées récupérées, c'est sans doute parce que les toxicomanes trouvent là l'occasion d'un petit trafic complémentaire.
La lutte contre le développement du S.I.D.A. est un objectif de santé publique. Inciter les toxicomanes à utiliser des seringues propres est une bonne chose, mais nous ne pensons pas que cela passe par la multiplication de ces distributeurs automatiques dont aucun Parisien, évidemment, ne veut en bas de chez lui.
M. Philippe LAFAY, président, au nom de la 5e Commission. - Je vous remercie, Madame.
Ce débat est ouvert depuis pas mal de temps. Mais vous savez que l'accès facilité aux seringues n'induit pas de nouveaux cas de toxicomanie. Simplement dès qu'un individu ne peut renoncer à s'injecter la drogue, il faut lui donner le moyen de se prémunir de nouvelles contaminations et protéger ses partenaires. C'est tout.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération ASES 124 G.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, M. REVEAU s'étant abstenu. (1998, ASES 124 G).