Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Voeu relatif à la sécurité routière à Paris.

Déliberation/ Conseil municipal/ Novembre 2001 [2001 V. 63]



Délibération affichée à l'Hôtel-de-Ville
et transmise au représentant de l'Etat le 31 décembre 2001.
Reçue par le représentant de l'Etat le 31 décembre 2001.

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil municipal,
Considérant que les accidents mortels ont augmenté de 60 % en 2001 par rapport à 2000 sur les routes parisiennes. On déplore en effet déjà 84 morts au cours des 9 premiers mois de l'année et sur ce rythme, la barre des 100 tués, voire des 110, pourrait être franchie avant la fin de l'année. Parmi les victimes, les deux roues et les piétons paient un lourd tribut à la circulation. Fin juillet, 23 piétons, majoritairement des personnes âgées ou des enfants, ont été ainsi fauchées contre 14 en 2000.
Considérant que, selon la terminologie officielle, c'est "l'indice de gravité" des accidents qui a cru et non le nombre d'accidents, et que la Préfecture de police explique ce phénomène par la recrudescence des infractions au code de la route, notamment l'alcoolémie et le franchissement de feu rouge. Elle en veut pour preuve que durant la nuit, période de plus grande vitesse, 40 % des chocs sont fatals alors que moins de 20 % des trajets s'y déroulent. Les statistiques indiquent également que 20 % des trajets s'y déroulent. Les statistiques indiquent également que 20 % des personnes impliquées dans les accidents mortels sont en état d'ébriété et que 31 % ont consommé des stupéfiants.
Considérant que l'Adjoint au Maire de Paris en charge de la circulation a déclaré que "la perspective d'une amnistie après l'élection présidentielle est sans doute un début d'explication" à cette soudaine hécatombe.
Sur proposition de M. Alexandre GALDIN et des membres du groupe R.P.R. et apparentés,
Emet le voeu que :
Le Maire de Paris et le Préfet de police expriment le souhait que les infractions au Code de la route soient exclues du champ de l'amnistie qui pourrait avoir lieu après l'élection présidentielle.