Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

37 - QOC 95-145 Question de M. Jean-Yves MANO et des membres du groupe socialiste à M. le Maire de Paris à propos de la piscine Molitor (16e).

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 1995




M. LE MAIRE DE PARIS.- La question suivante de M. MANO à M. le Maire de Paris concerne la piscine Molitor.
En voici le texte :
"La piscine Molitor (16e), représentative de l'architecture "Art déco", inscrite à l'Inventaire des Monuments historiques, est depuis 1989 laissée dans un état d'abandon absolu, rendant aléatoire la remise en fonction des bâtiments et le maintien de la structure initiale.
Différents projets architecturaux, soutenus par des groupes financiers proposant des solutions concernant le devenir de cet emplacement, ne respectent pas l'âme du site et la destination initiale des lieux.
Aussi, M. Jean-Yves MANO et les membres du groupe socialiste demandent-ils à M. le Maire de Paris quelles sont les intentions de la Ville de Paris pour le devenir de cet emplacement dans le respect des contraintes liées au classement du site à l'Inventaire des Monuments historiques et de l'utilisation de l'espace au bénéfice de l'ensemble des Parisiens."
Je vous communique les éléments de réponse au lieu et place de M. Michel BULTÉ, adjoint.
Les orientations de la Municipalité pour la reconstruction de la piscine Molitor ont déjà été évoquées en mars dernier devant le Conseil de Paris en réponse à une question orale posée par M. SÉGARD.
Cette piscine, considérée à juste titre comme un élément marquant du patrimoine municipal, a été construite dans les années 30 dans le style "paquebot", innovant à l'époque. Si les qualités architecturales du bâtiment sont évidentes et incontestées, l'état de l'équipement s'est considérablement dégradé dans les années 80. C'est ainsi qu'en 1985, notamment, d'importants travaux de sécurité ont dû être réalisés. La dégradation importante des bâtiments ne permettant pas d'envisager leur réhabilitation, la concession dont bénéficiait la Société des piscines de France n'a pas été renouvelée à son échéance en 1989.
Depuis l'expiration de la concession, plusieurs projets de restructuration d'ensemble du site ont été présentés mais n'ont pu se concrétiser du fait des exigences des autorités en charge de la protection des Monuments historiques. A cet égard, par arrêtés des 27 mars et 12 décembre 1990, l'édifice et le vitrail ont été inscrits à l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques. Les services de l'Etat ayant à la fin de l'année 1990 accepté le principe d'une reconstruction de l'édifice sous réserve de certaines prescriptions architecturales, une consultation promoteurs-architectes a été lancée par la Ville en 1991.
Parmi tous les projets présentés, le parti proposé par M. REICHEN se distinguait, sous réserve d'adaptations à apporter au programme, par sa grande qualité et le respect des caractéristiques essentielles de l'ancienne piscine Molitor, raisons pour lesquelles il a obtenu l'accord des services de l'Etat : en particulier, le pavillon sud qui comprend les vitraux art-déco sera conservé et restauré, le bassin d'été et son entourage de cabines seront reconstruits dans leur aspect d'origine. Ce projet nécessitait cependant des études complémentaires, et les conditions d'exécution techniques, juridiques et financières ont notamment dû être mises au point.
Depuis lors d'autres projets ont été et sont encore évoqués, mais les perspectives et le choix de la Ville ne sont pas pour autant modifiés : le programme comportera d'une part la piscine restaurée mise à la disposition du public et d'autre part un ensemble sportif et de loisirs répondant à la vocation première du site, ainsi qu'un ensemble hôtelier. Des locaux seront proposés à la Fondation Roland Garros pour la sauvegarde et la mise en valeur du tennis français.
L'avancement des négociations conduites sur ces bases permettra une prochaine présentation de ce dossier devant le Conseil de Paris.