Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

120 - QOC 2001-591 Question de Mme Catherine GEGOUT, M. Pierre MANSAT et des membres du groupe communiste à M. le Maire de Paris concernant le fonctionnement d'une classe relais dans le 20e arrondissement

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2001


Libellé de la question :
"Une classe-relais a été mise en place dans le 20e arrondissement, sous la responsabilité du collège Saint-Blaise. Cette structure accueille 10 élèves maximum et met en ?uvre une pédagogie individualisée pour construire un projet avec chacun de ces jeunes en difficulté.
C'est une action très positive, pour laquelle des moyens ont été mis en ?uvre, tant en personnel que par la mise à disposition de locaux par l'O.P.A.C. de Paris, hors les murs du collège.
Néanmoins, cette classe ne dispose pas de budget de fonctionnement, notamment pour les charges locatives et les fluides, dépenses pourtant impératives.
Aussi, Mme Catherine GEGOUT, M. Pierre MANSAT et les membres du groupe communiste demandent-ils à M. le Maire de Paris les mesures qu'il compte prendre pour que cette charge soit assurée par la collectivité."
Réponse (M. Eric FERRAND, adjoint) :
"Le Département a participé de manière très active avec l'Académie de Paris à la création en 2000 de la première classe-relais à Paris, implantée 2-4, rue Saint-Blaise dans le 20e arrondissement.
Cette action s'inscrit en effet dans le cadre du dispositif national de lutte contre l'échec scolaire et de prévention de la violence à l'école. Il s'agit de sortir de leurs collèges une dizaine d'élèves en difficultés, et de leur proposer un enseignement et un encadrement adaptés dans un lieu indépendant des bâtiments scolaires.
Le Département a ainsi financé à concurrence de 167.000 F les travaux d'aménagement des locaux, et versé une subvention d'équipement en mobilier et matériel de 122.000 F au collège Saint-Blaise, auquel est rattachée la classe-relais. L'état justificatif d'utilisation de cette subvention montre qu'elle a également permis l'acquisition des petits matériels et fournitures de bureau relevant du budget de fonctionnement.
Pourtant, le projet initié par l'Académie de Paris prévoyait clairement que les charges de fonctionnement seraient financées par la contribution de chaque collège d'origine des élèves accueillis dans la classe-relais.
Il s'avère aujourd'hui que cette philosophie de mutualisation des moyens ne s'est malheureusement pas concrétisée dans les faits.
Devant cette situation, le Département est prêt à examiner la demande d'aide au fonctionnement de la classe-relais que pourrait lui adresser en 2002 le collège Saint-Blaise, sous forme d'un abondement de la dotation annuelle de fonctionnement versée à ce collège.