Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Commande publique d'art.

Déliberation/ Conseil municipal/ Novembre 2001 [2001 V. 47]



Délibération affichée à l'Hôtel-de-Ville
et transmise au représentant de l'Etat le 28 novembre 2001.
Reçue par le représentant de l'Etat le 29 novembre 2001.

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil municipal,
La commande publique d'art n'a pas connu, dans les années récentes à Paris, une place importante dans la politique culturelle de la Ville. La dernière date de 2000 et faisait suite à une absence de commandes pendant 4 années.
Pourtant, la commande publique d'art est, avec les musées ou les visites d'ateliers, l'occasion d'une rencontre directe entre des oeuvres contemporaines et les Parisiens. Elle permet, en outre, d'embellir la ville, d'améliorer le cadre de vie de d'enrichir le patrimoine collectif. Elle est aussi la traduction d'un engagement public en faveur de la place des artistes dans la cité et de projets artistiques d'ampleur qui nécessitent la mobilisation de moyens financiers importants. Enfin, elle participe plus généralement à la politique d'attractivité artistique, économique et culturelle de Paris.
La commande publique connaît des évolutions récentes. Elle n'est pas forcément pérenne et peut donner lieu à des productions ou à des installations éphémères. Elle n'est pas non plus forcément financée par la seule collectivité locale mais peut associer des partenaires privés. Enfin, elle ne concerne plus, dans les tendances actuelles, qu'une seule discipline artistique mais mêle les différents arts et associe toutes les formes d'expressions.
Le Conseil de Paris s'il peut, sur la proposition de M Patrick BLOCHE et des membres du groupe socialiste et radical de gauche,

Emet le voeu :

Que la Ville de Paris définisse le cadre d'exercice d'une relance de la commande publique d'art et s'engage dans une programmation sur la mandature afin que les oeuvres contemporaines trouvent un nouveau "droit de cité".