Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

108 - QOC 2001-611 Question de Mme Hélène RIMBERT et des membres du groupe "Démocratie libérale et indépendants" à M. le Maire de Paris concernant le devenir du stade de la Fédération dans le 15e arrondissement

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2001


Libellé de la question :
"Le terrain, situé 9-15, boulevard de Grenelle et 2-6, rue de la Fédération (15e) a une histoire complexe.
En effet, l'Etat en est propriétaire et n'a mis "provisoirement" ce terrain, de 8.457 mètres carrés, à la disposition de la Ville de Paris que depuis 1976.
A de nombreuses reprises, des opérations immobilières ont été envisagées malgré des manifestations organisées par les élus des 15e et 7e arrondissements, des présidents d'associations sportives et des habitants, dès 1980, date à laquelle il était projeté de construire l'Institut du monde arabe.
Puis la Maison du Japon s'est élevée sur un angle du terrain de 1.743mètres carrés. Ce plateau d'éducation sportive a donc été réduit à une superficie de 6.714 mètres carrés. Il sert encore de terrain d'entraînement aux équipes qui peuvent y pratiquer du football à 7 et du handball.
A 2 reprises, des bungalows avaient été aménagés par la Ville de Paris (vestiaires, etc.) puis ils ont été définitivement retirés en 1996 car ils servaient de lieu de rendez-vous nocturnes et la Direction de la Jeunesse et des Sports craignait des accidents dus au feu ou à la drogue.
En 1998, à la veille de la Coupe du Monde de football, le terrain fut nivelé et une partie de la clôture jouxtant l'école maternelle, alors arrachée à la suite d'intrusions, fut remplacée pour la somme de 82.000 F. La société "Snickers" fit don d'un petit équipement de jeux qui permet à tous les sportifs de pratiquer du basket et du football.
En 2000, la Ville de Paris a dépensé à nouveau 300.000 F pour refaire cette clôture, mais il fut décidé que les portes de ce terrain resteraient constamment ouvertes pour éviter de nouvelles dégradations.
Depuis 1993, l'Etat a pris la décision de céder 4.300 mètres carrés à la Ville de Paris et un permis de construire, délivré en octobre 1993, prévoyait une opération de bureaux et de logements, bureaux qui pourraient abriter la Direction régionale et départementale d'Ile-de-France de la Jeunesse et des Sports.
Les jeunes du 7e arrondissement n'ont actuellement aucun terrain de sports. Le stade Emile-Anthoine est utilisé au maximum et ne suffit plus à répondre favorablement aux demandes des usagers. Seul le terrain de la Fédération permet aux jeunes footballeurs de pouvoir s'entraîner sans être obligés de faire de très longs trajets.
A de multiples reprises, il a été demandé à la Direction de la Jeunesse et des Sports de construire des douches, des sanitaires et des vestiaires et d'installer une surveillance. Malheureusement, rien n'est possible tant que l'Etat et la Ville de Paris n'auront pas pris de décision.
Mme Hélène RIMBERT et les membres du groupe "Démocratie libérale et indépendants" aimeraient savoir pourquoi l'Etat n'a pas encore réalisé les constructions prévues depuis 1993, soit 8 années, et si le contrat proposé par l'Etat à l'époque a été signé par la Ville de Paris.
L'Etat devait céder une parcelle de 4.300mètres carrés à la Ville de Paris. Il s'engageait à prendre en charge le financement de cet "espace sportif", construction de bâtiments vestiaires, sanitaires, rangement et accueil. La Ville de Paris, quant à elle, devait signer un bail ou une convention afin d'en assurer le gardiennage et l'entretien.
Alors que la Municipalité milite pour installer dans Paris des équipements sportifs de proximité, Mme Hélène RIMBERT et les membres du groupe "Démocratie libérale et indépendants" demandent à M. le Maire de Paris de bien vouloir reprendre contact avec le Ministère de la Jeunesse et des Sports pour régler définitivement le problème du stade de la Fédération que tous les parents des 15e et 7e arrondissements souhaitent conserver et voir enfin aménager."
Réponse (M. Pascal CHERKI, adjoint) :
"Le terrain situé 9,15 boulevard de Grenelle et 2,6 rue de la Fédération est une propriété de l'Etat dont une partie, soit 6.900 mètres carrés est utilisée et gérée à titre précaire par la Ville de Paris, à usage de terrain d'éducation physique, sans que la Ville ait pu obtenir de l'Etat la location de la surface sportive en contrepartie de la cession gratuite à l'Etat de deux parcelles communales de 266 mètres carrés intégrées à la Maison du Japon.
Le terrain de sport utilisé par la Ville depuis les années 1970 a fait l'objet depuis 1987 de travaux d'entretien courant et notamment de la pose de clôtures.
La Municipalité est attachée à y réaliser un équipement sportif de qualité, conformément aux échanges de courriers intervenus entre la Ville de Paris et l'Etat.
En effet, dès 1993, le Ministère de la Jeunesse et des Sports avait envisagé de confier le réaménagement de l'ensemble de la parcelle à un promoteur privé qui construirait des logements, ce dernier réalisant également un équipement sportif, du côté de la rue de la Fédération. Le terrain d'éducation physique aurait été géré par la Ville. La superficie de l'équipement sportif projeté correspondait à la demande de la Municipalité.
Le programme envisagé, portant sur la réalisation au minimum de deux terrains de handball et des vestiaires correspondants, a été approuvé par le maire du 15e arrondissement.
De nouveaux contacts viennent d'être pris avec le Ministère de la Jeunesse et des Sports et des discussions sont menées pour obtenir la réalisation, dans les meilleurs délais, d'un équipement sportif correspondant aux besoins de l'arrondissement.
Je ne manquerai pas de vous informer des résultats de ces discussions."