Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

59 - Vœu n° 21 présenté par Mme AZZARO, au nom du groupe "Les Verts" concernant la dénomination de la rue Paulin-Méry dans le 13e arrondissement.Vœu n° 22 présenté par Mme AZZARO, au nom du groupe "Les Verts" concernant la dénomination de la rue Alexis-Carrel, dans le 15e arrondissement

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2001


M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Nous passons maintenant à l'examen du v?u n° 21 présenté par Mme AZZARO et les élus du groupe "Les Verts" concernant la dénomination de la rue Paulin-Méry dans le 13e arrondissement.
La parole est à Mme MARTINET.
Mme Marie-Pierre MARTINET. - Monsieur le Maire, si vous le permettez, je pense qu'il serait judicieux de présenter les deux v?ux, le 21 et le 22, qui sont déposés par les mêmes personnes et concernent tous les deux une renomination de rue.
M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Oui, si ce n'est qu'il s'agit de deux votes séparés, vous pouvez tout à fait présenter les deux v?ux.
Mme Marie-Pierre MARTINET. - J'espère que ces v?ux auront l'assentiment unanime de notre Assemblée et que le débat sera beaucoup plus consensuel que les votes précédents.
Monsieur le Maire, chers collègues, comme vous me l'avez permis, je présenterai donc les deux rues de Paris que nous proposons de débaptiser et de renommer.
Le premier v?u concerne une rue du 15e arrondissement, à quelques pas du Vel d'hiv, qui fut baptisée en 1974 du nom d'Alexis Carrel. Le deuxième concerne une rue du 13e arrondissement portant le nom d'un autre médecin, Paulin Méry.
Si les noms des rues de Paris témoignent et perpétuent le souvenir de femmes et d'hommes dont la République française se revendique, la Ville de Paris peut-elle continuer de rendre hommage au docteur Alexis Carrel, prix Nobel de médecine en 1912, mais aussi théoricien antisémite de l'eugénisme, porte-parole scientiste de la pensée vichyste qui fut nommé en 1941 régent de la Fondation française pour l'étude des problèmes humains, auteur de thèses qui - aujourd'hui comme hier - nourrissent l'idéologie de l'extrême-droite et de la droite extrême ? Peut-elle de la même façon continuer d'honorer Paulin Méry, médecin mais aussi député socialiste nationaliste, auteur d'une proposition de loi en 1895 préconisant d'interdire les étrangers naturalisés et les juifs de toute fonction publique ?
Voici, à titre d'exemple, ce qu'écrivait Alexis Carrel (extrait de son livre intitulé "L'homme cet inconnu") : "Il y a encore le problème non résolu de la foule immense des déficients et des criminels. Ceux-ci chargent d'un poids énorme la population restée saine. Le conditionnement des criminels les moins dangereux par le fouet ou par quelque autre moyen plus scientifique, suivi d'un court séjour à l'hôpital, suffirait probablement à assurer l'ordre. Quant aux autres... un établissement euthanasique, pourvu de gaz appropriés, permettrait d'en disposer de façon humaine et économique. Le même traitement ne serait-il pas applicable aux fous qui ont commis des actes criminels ? Il ne faut pas hésiter à ordonner la société moderne par rapport à l'individu sain".
Voici, ensuite, un extrait de la proposition de loi présentée par Paulin Méry et jointe en annexe du v?u que nous présentons : "Nous voulons rendre la France aux Français et surtout supprimer la juiverie qui a engendré tous les scandales dont nous sommes témoins mais auxquels la vraie France reste étrangère".
Plusieurs pétitions d'intellectuels ou d'associatifs ont circulé. Près d'une vingtaine de villes en France (Strasbourg, Montpellier, Limoges, Belfort...) se sont débarrassé de leurs rues Alexis Carrel. La faculté de médecine de Lyon a fait de même. Mais jusqu'ici, la Ville de Paris n'a souhaité retenir que l'?uvre scientifique des deux personnages et la politique générale - et toute conservatrice - de stabilité des dénominations de rues.
Le groupe des élus "Les Verts" considère que l'?uvre d'une personne à qui l'on rend hommage n'est pas divisible, lorsque celle-ci est entachée par des engagements aussi particuliers et lourds de conséquences que la xénophobie, l'antisémitisme, l'appel aux meurtres de ceux qui ne sont pas "sains" ou la collaboration active au régime de Vichy. C'est pourquoi nous proposons, à travers ces deux v?ux, et à titre exceptionnel, que les rues Paulin Méry et Alexis Carrel soient débaptisées et qu'elles portent désormais des noms dont la République et la Ville de Paris puissent se revendiquer.
Nous suggérons, à titre indicatif, que la rue Alexis Carrel soit renommée du nom de l'une des quarante mille victimes mortes des restrictions préconisées par le docteur Carrel dans les asiles sous Vichy. Ce fut le cas de Camille Claudel, sculptrice de talent, morte de faim et de froid en 1943, dont le nom n'est étonnamment dédié à aucune voie de la Capitale.
M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Mme de CLERMONT-TONNERRE souhaite la parole et bien qu'elle ne soit pas inscrite, en tant qu'élue du 15e, je vous donne la parole pour une explication de vote. Mais auparavant je souhaite faire un commentaire personnel et d'élu.
J'adore Céline ; je pense que c'est un grand écrivain, mais je serai scandalisé que Paris décide de donner une rue à Céline.
Je voulais faire ce commentaire.
Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE. - Je souhaite intervenir au nom de mon groupe pour une explication de vote sur les v?ux 21 et 22 dans la mesure où depuis le début de cette mandature, nous sommes de plus en plus fréquemment confrontés à des questions de modification de noms de rue.
Ainsi, le 27 avril, nous avons appris par la presse la décision du Maire de Paris de débaptiser la rue Richepance.
Au mois de mai, dans le cadre d'une interview donnée à un grand quotidien, le maire du 2e arrondissement exprimait son souhait de débaptiser la rue Saint-Denis et la rue de la Banque.
Au mois de juillet, les élus communistes nous demandaient de changer la dénomination de la rue des Tourelles dans le 20e.
En août, nos collègues "Verts" entendaient transformer la voie Georges Pompidou en quai de la "Vélorution".
Et voilà qu'aujourd'hui ces mêmes élus nous demandent de débaptiser les rues Paulin-Méry et Alexis-Carrel.
Nous pensons qu'à ce rythme-là, les Parisiens vont bientôt être amenés à s'interroger pour savoir s'ils résident dans une rue "politiquement correcte" ou "politiquement incorrecte" aux yeux de la nouvelle Municipalité.
Nous considérons que cette frénésie de changement de noms qui tend à gommer la mémoire d'hommes ou de lieux par la seule interprétation politique du moment, justifie des demandes d'éclaircissements et une prise de position de notre part.
Ainsi, dans la mesure où, depuis le 13 mars 1985, il existe une "Commission d'examen des projets de dénomination des voies, places et espaces verts de la Ville de Paris" qui a pour mission d'étudier les propositions de projets de dénomination avant qu'ils ne soient soumis aux élus parisiens, nous souhaitons savoir quelle est la composition actuelle de cette Commission, si elle est ouverte aux représentants de l'opposition municipale et si enfin elle a été réunie depuis le mois d'avril 2001.
Nous vous demandons par ailleurs, Monsieur le Maire, quelle est la nature de la concertation qui est conduite auprès des habitants de rues menacées par ces changements de nom. Sont-ils, par exemple, saisis par le biais d'un référendum local sur l'opportunité qu'il y a à débaptiser leur rue ?
Enfin, nous souhaitons savoir si la Ville prévoit d'indemniser les riverains et les sociétés pour le préjudice matériel que vous leur imposez dans la mesure où ils devront faire face à des frais d'impression et à de multiples formalités administratives pénalisantes.
Pour revenir au v?u déposé par les élus "Les Verts" tendant à débaptiser la rue Alexis-Carrel, notre groupe considère que sur le fond, il ne nous appartient ni de jouer aux censeurs ni de juger les hommes.
Je rappellerai simplement à notre assemblée que cette rue a ainsi été dénommée en octobre 1974 par le Préfet de Paris, et à la demande d'un Comité placé sous le haut patronage du Ministre de la Culture et composé de savants, d'académiciens et de nombreuses et éminentes personnalités, dont je tiens la liste à votre disposition, et je me demande d'ailleurs si, dans votre détermination à vouloir gommer la mémoire de ce savant, vous irez jusqu'à militer pour le retrait du Prix Nobel de médecine qui lui a été décerné.
Enfin, et je m'adresse là aux auteurs du v?u, je pense qu'il faut faire preuve d'un peu plus de réflexion lorsque l'on prétend s'aventurer à modifier les dénominations de rues. Je m'étonne ainsi de la proposition des élus "Verts" de vouloir attribuer le nom de Camille Claudel dans le 15e arrondissement à l'actuelle rue Alexis-Carrel alors qu'il existe déjà, et depuis près de dix ans, une place Camille-Claudel dans le 15e !
Cette valse des dénominations est déstabilisante et source de nuisances, de désordres et de contraintes pour les riverains. Notre groupe la déplore. Les Parisiens n'ont pas vocation à devenir les otages d'un électoralisme débridé et nous considérons que, plutôt que de prétendre réécrire l'histoire en débaptisant les rues, il serait préférable que notre Municipalité fasse preuve de sagesse en s'efforçant de dénommer les voies, places et espaces verts qui ne le seraient pas encore, ainsi que toutes les nouvelles rues et jardins qui voient le jour au sein des quartiers en cours d'aménagement.
(Protestations sur les bancs des groupes socialiste et radical de gauche, communiste, du Mouvement des citoyens et "Les Verts").
M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - D'abord une petite explication. Lorsque les rues sont débaptisées, il y a, en général, sur les plaques une mention, sous le nouveau nom, qui indique "ancienne rue trucmuche". N'ayez donc pas d'inquiétude pour les habitants. En général, ils s'y retrouvent car le nom ancien de la rue est indiqué.
Maintenant, mes chers collègues, je pense que vous avez tort de chahuter les interventions. Il est bien de connaître les points de vue complets des élus qui ne partagent pas vos idées. C'est bien de les écouter jusqu'au bout.
M. Claude DARGENT. - Je voulais préciser que le groupe socialiste et radical de gauche s'associe évidemment au v?u du groupe des "Verts" concernant, en particulier, la rue Alexis Carrel, dont je vais parler un instant, étant élu du 15e arrondissement.
Pendant plusieurs années, sous l'ancienne mandature, les élus socialistes du 15e arrondissement ont demandé que cette rue fut débaptisée. Sans succès. Je trouve que Mme de CLERMONT-TONNERRE s'aventure beaucoup en prétendant que la mémoire d'Alexis Carrel est une mémoire incontestable. Je crois que, depuis 1974, les travaux historiques ont avancé et ont montré combien cet individu avait commis un certain nombre d'actes tout à fait répréhensibles au vue de la morale publique.
Compte tenu donc de cette situation et du fait que, depuis de nombreuses années, le groupe socialiste demandait que cette rue fut débaptisée et que nous nous sommes toujours heurtés à l'opposition de M. GALY-DEJEAN, qui défendait des arguments du type de ceux défendus à l'instant par Mme de CLERMONT-TONNERRE, à savoir que cela perturbe les habitants de la rue, je crois que les habitants de la rue sont aujourd'hui beaucoup plus perturbés par le personnage qui a donné son nom à cette rue que par un changement de nom.
Donc, nous nous associons évidemment à cette proposition du groupe "Les Verts".
M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci.
Monsieur BLISKO, vous avez la parole.
M. Serge BLISKO, maire du 13e arrondissement. - Merci, Monsieur le Maire.
Claude DARGENT a tout dit en ce qui concerne Alexis Carrel. Ce débat doit maintenant trouver une fin et nous nous associons, bien sûr, à ce v?u.
Quant à Paulin Méry, je suis ravi, chère collègue, que vous le découvriez aujourd'hui, cela fait plusieurs mois que j'ai écrit au Maire de Paris pour demander qu'on nomme cette petite rue d'un autre nom. J'ai d'ailleurs fait des propositions qui ne recoupent pas tout à fait les vôtres puisque j'ai demandé qu'on lui donne le nom d'Emile Tranoy, qui fut le fondateur de l'Association des Paralysés de France, puisque dans la rue Paulin Mery se trouve le siège de l'Association des Paralysés de France. Cette personnalité incontestable, qui permettrait d'effacer de nos plans le nom de Paulin Mery, ce personnage détestable qui fut député et médecin et qui ne fut pas quelqu'un de bien.
M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - M. VUILLERMOZ a la parole au nom du groupe communiste.
M. Jean VUILLERMOZ. - Le groupe communiste, évidemment, votera ces deux v?ux. Il ne s'agit pas de savoir si c'est politiquement correct ou pas d'avoir ces deux noms de rue, il s'agit de savoir si les deux personnages en question méritent d'avoir une rue à Paris. Evidemment, à notre avis, non, d'autant que depuis longtemps, les élus communistes dans les deux arrondissements concernés s'étaient associés aux autres élus qui demandaient de débaptiser ces rues.
M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci.
Monsieur NADJOVSKI, un membre de votre groupe demande la parole. Est-ce que vous la lui accordez ? Il s'agit du maire du 2e arrondissement.
Monsieur BOUTAULT, vous avez la parole.
M. Jacques BOUTAULT, maire du 2e arrondissement. - Mme de CLERMONT-TONNERRE a parlé de ma volonté de vouloir débaptiser la rue Saint-Denis. Je voudrais la rassurer. Il n'en est pas question. Il ne faut pas croire tout ce que vous lisez dans les journaux, Madame.
Je n'ai jamais tenu ce propos au journaliste du Figaro, qui l'a repris à son compte. Cela faisait partie des dix propositions qui avaient été formulées avant la campagne électorale par le groupe des "Verts" locaux du 2e arrondissement mais je vous rassure, ce n'est pas du tout l'intention du Conseil municipal du 2e arrondissement. La rue Saint-Denis restera la rue Saint-Denis, quoiqu'elle ne se soit pas toujours appelée rue Saint-Denis puisqu'elle s'appelait rue Franciade pendant la Révolution française. Mais on n'y reviendra pas. Je voulais simplement vous apporter cette précision.
M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci, Monsieur BOUTAULT, pour cet éclaircissement précieux à Mme de CLERMONT-TONNERRE qui connaît bien l'histoire de France.
La parole est à M. LEGARET pour son groupe "Ensemble pour Paris", et ensuite à Mme CHRISTIENNE pour le groupe "M.D.C.".
M. Jean-François LEGARET, maire du 1er arrondissement. - Pour une explication de vote. Je ne prendrai pas part au vote sur aucun de ces deux v?ux. Je voulais m'étonner de la forme prise par l'annexe qui est jointe à la liasse des amendements, insérée après le v?u n° 21. Sauf erreur de ma part, il y a une loi qui réprime la propagation et la diffusion de tout propos ou de tout écrit raciste ou antisémite. Je suite donc très étonné de voir figurer dans la liasse des amendements, in extenso, sous le timbre du groupe "Les Verts", une proposition à caractère manifestement raciste et antisémite. Je trouve que c'est pour le moins malencontreux.
Pour le cas d'Alexis Carrel, je n'étais pas élu parisien quand on a dénommé cette rue. Je pense que si on l'a dénommée Alexis Carrel, c'est en raison des travaux scientifiques et médicaux de ce grand médecin, qui a certainement commis des erreurs pendant l'Occupation. Je voulais mentionner de mémoire (mais j'apporterai la pièce) un livre d'un auteur que vous ne récuserez vraisemblablement pas, tous, puisqu'il s'agit de Pierre Péan.
En annexe de ce livre figure le fac-similé du sommaire d'une revue publiée au cours de l'année 42. Le sommaire est le suivant. Le premier article est un appel à la Nation française, signé Philippe Pétain, chef de l'Etat. Le deuxième article est intitulé "la science de l'homme", il est signé "docteur Alexis Carrel", le troisième article est intitulé "un pèlerinage en Thuringe", il est signé François Mitterrand.
M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Monsieur LEGARET, je ne crois pas qu'il était dans la volonté du groupe des "Verts" évidemment...
M. Jean-François LEGARET, maire du 1er arrondissement. - Ce n'est pas ce que j'ai suggéré, j'ai dit que c'était malencontreux.
M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Je ne crois pas qu'il y avait là mauvaise intention. C'était reprendre des termes et les porter à votre connaissance. En aucun cas, il n'y a " promotion " du groupe des Verts sur de telles pratiques. Ensuite, on peut être un bon médecin et ne pas avoir de rue à Paris. Flemming a rendu de grands services à l'humanité, il mériterait une rue à Paris.
La parole est à Mme CHRISTIENNE, ancien proviseur du lycée Henri IV, pour le Mouvement des citoyens.
Mme Odette CHRISTIENNE, adjointe. - Merci pour toutes ces précisions à mon égard.
Pour le Mouvement des citoyens, nous nous associons à cette demande de modification de nom de rue. Ensuite, si vous le permettez, je peux apporter quelques informations puisqu'une question a été posée concernant les procédures.
Effectivement, il existe une procédure qui consiste à débaptiser les rues et tout a été fixé au temps où M. CHIRAC était maire. Il y a donc d'abord une présentation au cabinet qui est fait par un dossier en liaison avec les adjoints concernés - ici, il s'agirait de MM. CAFFET, BAUPIN et GIRARD - et ensuite du Directeur de l'aménagement urbain et de la construction.
Après une enquête auprès des riverains, il y a ce qu'on appelle une commission d'appellation des voies qui a une composition extrêmement précise. Il s'agit de l'adjoint au maire chargé des parcs et jardins, de l'adjoint au maire chargé de l'urbanisme, du secrétaire général de la Ville de Paris, du Directeur de cabinet du maire à l'aménagement et la construction.
Une autre commission est chargée de l'examen de l'implantation des statues, des ?uvres d'art, des monuments et des monuments commémoratifs. Tout cela est réglé.
Ensuite, la commission des rues donne un avis, et la proposition est soumise au vote du Conseil de Paris avec l'avis du Conseil d'arrondissement. La décision est transmise à la Préfecture et revient à l'Hôtel-de-Ville.
M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci beaucoup. Vous êtes intervenue non seulement au nom de votre groupe, mais également en tant que maire adjoint chargé de la mémoire et du monde combattant. Il était bien que vous nous rappeliez qu'il existe des procédures que tous les membres de cette assemblée ne connaissent pas forcément.
Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u n° 21 déposée par Mme AZZARO relative à la dénomination de la rue Paulin-Méry.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
La proposition de v?u n° 21 est adoptée.
Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u n° 22 déposée par Mme AZZARO relative à la dénomination de la rue Alexis-Carrel.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
La proposition de v?u n° 22 est adoptée.