Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

42 - Vœu présenté par MM. BLISKO et COUMET au nom du groupe socialiste visant à l'amélioration de l'esthétique de certaines artères parisiennes

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2001


M. Pascal CHERKI, adjoint, président. - Nous passons maintenant à un v?u présenté par M. COUMET et les élus du groupe socialiste, c'est le v?u n° 13 de votre cahier concernant l'amélioration de l'esthétique des artères parisiennes et l'installation de pots de fleurs sur les candélabres.
Je vous donne la parole, Monsieur COUMET, s'il s'agit d'un v?u sérieux.
M. Jérôme COUMET. - Nous arrivons à la note de poésie, Monsieur le Maire. J'aimerais en préalable, même si ce préalable est suivi d'un certain nombre de critiques, rendre hommage aux fonctionnaires de la Direction de la Voirie puisque c'est sans nul doute au plan local, là où nous avons trouvé les fonctionnaires les plus ouverts à répondre positivement aux propositions des élus et donc indirectement à l'attente des Parisiens.
Cela étant, toute machine, aussi bien huilée soit-elle, est perfectible. Il y a toujours un talon d'Achille, en l'occurrence j'en vois notamment deux.
Le premier est de trop souvent oublier l'esthétique au seul profit de la fonctionnalité. Or les deux sont souvent conciliables.
La deuxième faiblesse est la peur de la nouveauté.
Et j'en viens directement au v?u pour que nous ne perdions pas trop de temps : nous avons fait une proposition relativement simple à travers ce v?u qui est l'installation de pots de fleurs sur les candélabres et d'un test de cette proposition sur deux avenues du 13e.
Cela fait quelques mois que nous faisons cette proposition aux services et j'ai pris bonne note des remarques de la Direction de la Voirie dont M. Denis BAUPIN s'est fait l'écho : premièrement risque de vandalisme, deuxièmement problème de stabilité et là je cite "en particulier en cas de vent extrême", et la plus étonnante des réponses était "un vieillissement prématuré qui induirait des risques au plan électrique".
Je préfère remarquer qu'à Paris il pleut et que les candélabres sont mouillés régulièrement, qu'il est bien connu qu'à Paris les typhons et les tornades sont bien plus violents que dans les autres capitales d'Europe et qu'à Annecy, à Caen, à Prague, à Munich, où j'ai vu des jardinières sur les candélabres, les intempéries sont évidemment bien moins violentes qu'à Paris !
Ce v?u propose simplement que nous osions (quelle folie !) faire ce qui se fait ailleurs. Et nous proposons que cette opération soit testée sur simplement deux avenues du 13e (quelle audace !).
J'espère, Monsieur le Maire, que vous aurez le courage de surmonter les réticences de vos services et que vous soutiendrez ce v?u.
M. Pascal CHERKI, adjoint, président. - Je vous remercie, Monsieur COUMET.
C'est donc un v?u présenté au nom des élus du groupe socialiste.
Je donne la parole, pour répondre au nom de l'Exécutif, à M. CONTASSOT.
M. Yves CONTASSOT, adjoint. - Tout d'abord, j'ai proposé à M. Jérôme COUMET de travailler plutôt sur une étude globale sur l'amélioration de l'esthétique de l'ensemble des artères parisiennes, et notamment dans le 13e puisque c'est une demande issue des élus du 13e, car il y a différentes manières de travailler à l'amélioration de l'esthétique et on n'est pas obligé de copier ce qui se fait ici ou là. Premier élément.
Deuxième élément, la proposition qui nous est faite ignore quand même un certain nombre de difficultés d'ordre technique et d'ordre financier, car il ne suffit pas d'affirmer que "les nouveaux procédés nutritifs remplaçant la terre végétale permettent de limiter très largement les besoins en arrosage et en entretien" pour que cela devienne une réalité ! Les coûts d'entretien, les coûts d'arrosage, les difficultés techniques, y compris les problèmes de sécurité pour des objets en suspension au-dessus des trottoirs, sont des sujets extrêmement compliqués.
De ce point de vue, après en avoir délibéré avec le Maire, nous pensons que ce n'est pas la bonne solution à court terme.
Je vous demande donc de rejeter le v?u en l'état.
M. Jean-François LEGARET, maire du 1er arrondissement. - Demandez des bambous, vous les aurez !
M. Pascal CHERKI, adjoint, président. - S'il vous plaît, Monsieur LEGARET...
Je vous remercie.
Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u n° 13.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
La proposition de v?u n° 13 est repoussée.