Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

86 - QOC 2001-569 Question de M. François LEBEL à M. le Maire de Paris sur l'évolution de la qualité de l'air à Paris

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2001


Libellé de la question :
"Dans la question orale QOC 2001-308, M. François LEBEL demandait à M. le Maire de Paris quelle était l'évolution des concentrations des principaux polluants de l'air constatée dans l'agglomération parisienne depuis 1995.
La réponse, apportée dans le cadre de la séance, en date des 22 et 23 octobre derniers, contient des considérations d'ordre général sur la santé publique, dont beaucoup sont, au demeurant discutables, mais ne répond nullement à la question précise qui était posée.
M. François LEBEL est donc conduit à reposer la question précédemment posée, et afin de clarifier, si nécessaire, les choses, il est amené à préciser encore sa demande.
Il est en effet possible de relever sur "Internet", sur le site d'"AIRPARIF", les renseignement suivants, pour les moyennes des stations de l'agglomération parisienne (concentration en microgrammes par mètre cube).
- 1995 : SO² = 14 ; 2000 : SO² = 9
Evolution = - 36 % ;
- 1995 : NO = 31 ; 2000 : NO = 18
Evolution = - 42 % ;
- 1995 : NO² = 54 ; 2000 : NO² = 43
Evolution = - 20 % ;
- 1995 : Fumées noires = 19 ; 2000 : Fumées noires = 15
Evolution = - 21 % ;
- 1995 : CO = 3050 ; 2000 : CO = 1813
Evolution = - 41 % ;
- 1995 : Plomb = 0.35 ; 2000 : Plomb = 0.05
Evolution = - 86 % ;
- 1995 : Benzène = 5 ; 2000 : Benzènes = 1.9
Evolution = - 62 %.
M. François LEBEL demande si ces chiffres, qui traduisent une amélioration massive de la qualité de l'air à Paris en 5 ans, sont exacts."
Réponse (M. Yves CONTASSOT, adjoint) :
"Il convient tout d'abord de rappeler que l'année 2000 a été une année exceptionnellement pluvieuse et ventée et que les niveaux moyens de pollution constatés ne peuvent dès lors servir seuls de références.
AIRPARIF est un organisme indépendant agréé par le ministère de l'aménagement du territoire et de l'environnement pour assurer la qualité de l'air. Les chiffres édités ne peuvent souffrir d'aucune contestation.
Les évolutions ne peuvent être appréhendées sur la base de comparaison entre deux années (1995-2000 par exemple) dont les conditions météorologiques différentes peuvent être à l'origine de niveaux moyens non comparables et non significatifs d'évolutions sur le long terme.
Comme indiqué dans le plan régional pour la qualité de l'air signé par le Préfet de Région en mai 2000, l'évolution de la pollution industrielle et thermique est très favorable. Parmi les indicateurs de la pollution automobile, le plomb a pratiquement disparu alors que les niveaux moyens en oxydes d'azote restent supérieurs aux objectifs de santé publique (environ 60 µg/m3 pour NO2 comparés à la norme fixée par l'UE à 50). En pollution de proximité (dans le trafic) les teneurs sont évidemment bien supérieures (jusqu'à 100, au milieu d'une place très encombrée).
L'ensemble des observations effectuées par AIRPARIF confirme donc la nécessité de poursuivre la démarche engagée pour développer les transports publics et les circulations douces dans le but prioritaire d'amélioration de la santé publique."