Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2007
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  
Déliberation

Vœu relatif au sauvetage du Théâtre du Nord-Ouest.

Déliberation/ Conseil municipal/ Mars 2007 [2007 V. 112]


 

Délibération affichée à l?Hôtel-de-Ville

et transmise au représentant de l?Etat le 10 avril 2007.

Reçue par le représentant de l?Etat le 10 avril 2007.

 

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil municipal,

Le Théâtre du Nord-Ouest - situé 13, rue du Faubourg Montmartre - a une histoire toute particulière.

A La Libération, le lieu abrite un cabaret réputé, ?le Club des Cinq? fondé par 5 anciens de la 2ème Division Blindée, dont Jean Nohain assure la direction artistique. Piaf, Cerdan, Montand, Gabin, Carné ou encore Prévert en sont alors les habitués.

Dans les années 50, le temps n?est plus aux spectacles de cabaret et Le Club des Cinq ferme ses portes. La salle de spectacle devient en 1954 un cinéma de quartier. En 1991, le cinéma devient une salle de concert - Le Passage du Nord-Ouest- dont les amateurs de Rock se souviennent encore. Cette aventure sera de courte durée, et en 1997, le lieu devient un théâtre. La scène est agrandie et une seconde salle de spectacle - 60 places - est créée à la place d?anciens bureaux.

Le Nord-Ouest se donne une mission particulière et se met dans une position de ?lutte? contre la sélection des spectacles par l?argent. L?équipe de jeunes metteurs en scène, de jeunes auteurs et de comédiens réunie autour Jean-Luc Jeener, le directeur, fait en effet le constat que jouer ou être joué se réduit souvent à un problème d?argent. Ils décident que le Nord-Ouest ouvrira ses deux salles aux jeunes compagnies sans leur demander de minimum de recette garantie.

Le théâtre accueille ainsi une trentaine de spectacles, joués en alternance, chaque saison de 6 mois, spectacles qui doivent répondre à une exigence artistique et non de recette minimum. A ce titre, les recettes d?une saison sont partagées entre la trentaine de compagnies qui y travaillent. II n?y a aucun salarié permanent ; ce sont les comédiens qui à tour de rôle accueillent le public, vendent les billets ou servent au bar.

Cette proximité entre artistes et public, et ce foisonnement de spectacles font le succès du Théâtre du Nord-Ouest. Nombreux sont les amateurs de théâtre, fidèles spectateurs du Nord-Ouest qui contribuent financièrement, de façon volontaire, pour maintenir cette politique artistique généreuse. Le théâtre a permis depuis 10 ans à de très nombreuses jeunes compagnies de se produire, et ce n?est pas un hasard si le prix Paris Jeunes Talents a été attribué en 2005 à un spectacle refusé partout ailleurs et créé au Nord-Ouest (?Les Errants? C. de Bellescize).

Ce théâtre est aujourd?hui menacé.

Le bail commercial vient d?arriver à échéance et le propriétaire privé souhaite vendre les locaux. Par estime pour le travail de création accompli depuis 10 ans, il laisse la possibilité au gestionnaire actuel du théâtre - la Compagnie de 1?Elan, Société Coopérative Ouvrière de Production (?Scop?) subventionnée par la DRAC- et aux compagnies de racheter les murs - un peu plus de 1000 m² - pour 640.000 euros. Cette offre est tout à fait exceptionnelle compte tenu du marché immobilier parisien. Mais elle n?est valable que peu de temps.

Compte tenu des difficultés pour réunir une telle somme, l?Association Théâtre Miroir du Monde se mobilise pour le rachat du Nord-Ouest. Cette association a pour objet d?encourager la création théâtrale contemporaine, et en particulier d?aider les jeunes auteurs dramatiques et jeunes metteurs en scène à créer leurs premiers spectacles. Elle compte dans son comité d?honneur des personnalités comme Michel Bouquet et Yasmina Reza.

Elle part du même constat que les créateurs du Nord Ouest, quant à la difficulté de trouver des lieux de répétition et de représentation. Aussi l?association se propose-t-elle de devenir copropriétaire du théâtre dans le cadre d?une Société par Actions Simplifiée (?SAS?) dont elle serait l?actionnaire majoritaire, compagnies théâtrales et particuliers désireux d?encourager la création détenant le reste des actions. L?association pourrait ainsi disposer de façon pérenne de créneaux de répétition et de soirs de représentation au bénéfice des jeunes auteurs et compagnies qu?elle soutient, tout en contribuant à sauver une salle de spectacle mythique de la scène parisienne (Piaf et Cerdan s?y sont connus, Montant y fit ses débuts à Paris...).

A ce jour, en quelques semaines, l?association a reçu pour ce projet près de 30.000 euros de dons d?amateurs de théâtre. Par ailleurs, au côté de l?Association, des metteurs en scène, des auteurs et quelques spectateurs fidèles ont souscrit à titre individuel, à hauteur de 70.000 euros, au capital de la société par actions. Avec ces 100.000 euros réunis en quelques semaines, la SAS peut verser les 10 % du prix de vente exigé pour la promesse de vente. Cependant, il est fort probable que l?Association ne parviendra pas à réunir dans les temps les 640.000 euros nécessaires au rachat des murs du théâtre.

Le Théâtre du Nord-Ouest fait partie de notre patrimoine. Son histoire, les artistes et le public parisien en témoignent. II est aussi un lieu important de soutien et d?aide à la jeune création.

C?est pourquoi sur proposition de René DUTREY et des éluEs du groupe Les Verts le Conseil de Paris,

Emet le voeu que :

La Ville de Paris s?associe au rachat des murs du Théâtre du Nord-Ouest, lieu mythique de la scène parisienne, en versant 320.000 euros à l?Association Théâtre Miroir du Monde pour que celle-ci devienne majoritaire au sein de la société par actions qui deviendrait propriétaire des murs de ce théâtre.