Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

11 - 1998, DLH 174 - Autorisation à M. le Maire de Paris de souscrire avec la " S.E.M.-Centre " (anciennement " COGEHAL ") un 3e avenant à la convention de mandat pour l'aménagement de la Maison des Associations dans le Forum-des-Halles (1er)

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 1998


M. LE MAIRE DE PARIS. - Nous passons au projet de délibération DLH 174 qui porte sur un 3e avenant à la convention de mandat pour l'aménagement de la Maison des associations dans le Forum-des-Halles.
Mme Soizik MOREAU a la parole.
Mme Soizik MOREAU. - Monsieur le Maire, mes chers collègues, le présent avenant qu'il nous est demandé d'approuver vise à clôturer l'opération d'aménagement de la Maison des Associations dans le secteur " Bourse/Saint-Eustache " de la Z.A.C. " des Halles ", dont la réalisation fut achevée en 1988 par la " S.E.M. Centre ", alors dénommée C.O.G.E.H.A.L.
Les locaux en question occupent deux niveaux de sous-sol et une superficie de 650 mètres carrés, en bordure de la grande galerie qui forme l'axe majeur du secteur, et 700 mètres carrés au niveau inférieur, à proximité de la Vidéothèque de Paris. Au total, avec ce 3e avenant, cette opération aura donc coûté à la collectivité parisienne 14.900.000 F.
Les locaux ont permis, au cours des dernières années, d'abriter dans de bonnes conditions la Maison des Associations, dont il n'est évidemment pas nécessaire de rappeler l'intérêt et l'utilité pour la vie associative dans des domaines très diversifiés comme l'action éducative, la culture, le sport, les conseils juridiques, les loisirs, etc. et les Parisiens ont pu y trouver une mine d'informations.
Je rappelle que près de 7.000 associations adhèrent à la Maison des Associations.
Or, il se trouve que la Maison est actuellement fermée pour cause de travaux.
Une association a d'ailleurs fait part récemment aux élus du groupe du Mouvement des citoyens des difficultés auxquelles elle se trouvait confrontée du fait de cette fermeture, les responsables ne parvenant pas à trouver un nouveau local en remplacement du précédent.
C'est pourquoi, Monsieur le Maire, le Président de notre groupe a récemment attiré votre attention sur ce problème en vous demandant de prendre des dispositions pour que les associations concernées par l'actuel réaménagement de la Maison des Associations puissent disposer de locaux adaptés à leurs besoins dans le secteur des Halles.
Il serait regrettable que les associations subissent en effet, pendant plusieurs mois, les inconvénients liés à cette opération d'aménagement.
Nous souhaiterions être rassurés sur l'avenir et le sort de la Maison des Associations et connaître la date à laquelle celle-ci pourra ouvrir à nouveau ses portes.
L'extension et le réaménagement en cours de la Vidéothèque du Forum des Halles, qui accompagnent la création du Forum des images par la réunion d'espaces mitoyens, l'Auditorium des Halles et l'Espace photographique, constituent un projet très intéressant, mais il ne doit pas s'effectuer au détriment de la Maison des Associations, qui bénéficiait jusqu'ici de plus de 1.300 mètres carrés situés dans un lieu facile d'accès, notamment depuis le réseau de transports collectifs, vous le savez, très fréquenté.
C'est pourquoi je souhaiterais connaître avec précision les conditions dans lesquelles les projets d'aménagement de ce secteur des Halles s'effectueront et si la Maison des Associations retrouvera un espace au moins équivalent à l'emplacement qu'elle occupait, ou à proximité de ce site si un déménagement de la Maison est envisagé.
Je souhaite naturellement savoir si ces opérations d'aménagement seront l'occasion, pour la Maison des Associations, de bénéficier de meilleures conditions d'accueil et de travail, et si possible de davantage de surface. Il serait regrettable, vous en conviendrez certainement, Monsieur le Maire, de porter un mauvais coup à la vie associative en implantant la Maison des Associations dans un lieu peu fréquenté, moins bien desservi par les transports en commun et dans un espace étriqué.
J'espère qu'il n'en sera rien.
Je vous remercie.
(Applaudissements sur les bancs du groupe du Mouvement des citoyens).
M. LE MAIRE DE PARIS. - Monsieur LE GARREC, vous avez la parole.
M. Alain LE GARREC. - Merci, Monsieur le Maire.
Permettez-moi de vous dire, Monsieur le Maire, qu'il est quand même assez cocasse de voter une délibération concernant l'aménagement de la Maison des Associations alors qu'elle n'existe plus et que, hormis une question d'actualité du défunt groupe " P.A.R.I.S. ", vous n'avez jamais pris la peine de nous en informer !
Vous avez donc décidé de mettre fin à l'existence de la Maison des Associations et de ce qu'elle recouvrait suite à un audit réalisé en 1997 par la Direction des Finances. Je n'ai pas le souvenir que les élus en aient eu connaissance. Les éléments devaient être pourtant suffisamment graves pour que, très rapidement, il y ait eu dissolution de cette association et récupération des locaux !
La solution que vous avez préconisée était alors de mettre en place un Service municipal chargé de la vie associative. Qu'en est-il aujourd'hui ? Pourriez-vous nous en donner un certain nombre de notions ? Quel est ce véritable service public destiné aux associations ? Je reprends vos propres termes, ou plutôt ceux de M. LEGARET qui répondait au mois de juin à Mme GIAZZI.
J'apprends par la presse que les 1.350 mètres carrés de la Maison des Associations vont être ajoutés au Forum des images, nouveau nom de la Vidéothèque. Que va devenir d'ailleurs - vous n'en parlez pas - le petit local, 4, rue Jean-Jacques-Rousseau, qui est aussi fermé ? Comment se fait-il que nous n'ayons pas eu à en délibérer ?
Pour ne parler que du Centre de Paris, il n'existe pratiquement aucun lieu pour que les associations puissent se réunir ou tenir des permanences. Je rappelle que le Forum des Halles, à l'origine, devait comporter des lieux pour que les associations puissent s'y réunir. Cela a aussi sombré et je n'ai pas l'impression que vous vous en soyez beaucoup préoccupé.
Enfin, Monsieur le Maire, pouvez-vous nous expliquer comment s'inscrit dans votre campagne de communication actuelle la suppression de la Maison des Associations, de ses services et de ses locaux ? Pour ma part, je crois que cela fait un peu tache !
Merci.
(Applaudissements sur les bancs du groupe socialiste).
M. LE MAIRE DE PARIS. - Vous n'avez peut-être pas assez insisté, mon cher collègue, sur la Vidéothèque de Paris, dont j'ai fêté l'anniversaire récemment et qui bénéficie d'une aide extrêmement importante de la Ville, dans un secteur culturel extrêmement important lui aussi. Cela a dû faire tache sur votre information !
La parole est à M. BULTÉ.
M. Michel BULTÉ, adjoint, au nom de la 6e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.
Je rappelle que c'est un projet de délibération purement technique et qu'il ne doit pas servir de prétexte pour ouvrir un débat sur la Maison des Associations ou...
(Protestations sur les bancs des groupes socialiste, communiste et du Mouvement des citoyens).
... les autres associations qui pourraient venir à cet endroit-là.
M. LE GARREC dit que c'est cocasse. Moi, je dirai à M. LE GARREC que je vois le résultat du Conseil du 1er arrondissement, qui a voté à l'unanimité ce projet de délibération. Alors, soit vous l'avez voté, soit vous étiez absent, mais si vous étiez absent, c'est que ce sujet n'était pas aussi important que le laisse penser votre intervention d'aujourd'hui !
Je rappellerai que le volume du Forum des Halles occupé depuis plusieurs années par la Maison des Associations - et cela, c'est vrai - livré brut de décoffrage à la Ville de Paris par l'aménageur, a dû faire l'objet d'un aménagement en 1988 pour un coût de 14.882.000 F. Quelques factures correspondant à des frais de levée de garantie, pour un montant de 199.700 F exactement, restent en suspens. Cette somme correspond au 3e avenant proposé.
Cette régularisation permettra de clôturer définitivement l'opération.
Ces travaux avaient pour objet l'aménagement du volume et non des travaux spécifiques pour le locataire.
La Maison des Associations, c'est vrai, a quitté ces locaux qui devraient certainement recevoir prochainement une affectation par les Affaires culturelles, avec bien entendu l'avis du Maire d'arrondissement, M. CALDAGUÈS.
Voilà ce que je voulais dire. C'est un projet de délibération purement technique et qui n'ouvre pas, à mes yeux, un débat sur le grand sujet des associations parisiennes.
M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci.
Monsieur CALDAGUÈS, vous avez la parole.
M. Michel CALDAGUÈS, maire du 1er arrondissement. - Je ne doute pas que je serai saisi du projet d'affectation de ces anciens locaux de la Maison des Associations, puisque la loi dispose que le Maire doit être consulté. Il s'agit d'un pouvoir propre du Maire.
Mais je tiens à dire que, nonobstant, je ne verrais aucun inconvénient à organiser un échange de vues à ce sujet devant le Conseil du 1er arrondissement.
M. LE MAIRE DE PARIS. - Monsieur LE GARREC,vous souhaitez intervenir à nouveau ? C'est pour quel sujet ?
M. Alain LE GARREC. - Vous m'excuserez, mais d'abord, Monsieur BULTÉ, j'étais présent à la réunion du Conseil du 1er arrondissement qui a voté ce projet et j'ai voté sur le côté technique, je suis tout à fait d'accord avec vous, puisque c'est un problème de garantie décennale. J'en suis parfaitement d'accord.
J'ai interrogé M. le Maire du 1er arrondissement - il est d'ailleurs ici présent - en lui demandant à quoi serviraient ces locaux maintenant désaffectés. On n'a pas pu me répondre.
Or, je rappelle que cette délibération était prévue à la dernière séance et que dans " Le Monde ", pour ne pas le citer, il était indiqué que ces 1.400 mètres carrés étaient destinés à être ajoutés au Forum des images.
Vous m'excuserez, mais apprendre (et je réponds à M. CALDAGUÈS) par la presse que ces locaux sont affectés à un autre endroit me semble un petit peu cavalier et reflète la manière dont nous sommes informés ! Je voulais quand même vous le rappeler.
M. LE MAIRE DE PARIS. - Monsieur CALDAGUÈS ?
M. Michel CALDAGUÈS, maire du 1er arrondissement. - J'apporte un démenti à M. LE GARREC...
M. Alain LE GARREC. - Ce n'est pas à moi, c'est au " Monde " qu'il faut apporter un démenti.
M. Michel CALDAGUÈS, maire du 1er arrondissement. - ... ces locaux ne sont pas encore affectés puisqu'ils ne peuvent l'être qu'après avis du maire de l'arrondissement, lequel n'a pas encore été sollicité.
Alors, Monsieur LE GARREC, ne vous plaignez pas avant d'être martyrisé ! Vous aurez à parler de cette affectation puisque, même si cela relève de mon pouvoir propre, j'en parlerai avec vous au sein du Conseil.
M. LE MAIRE DE PARIS. - Alors, je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DLH 174.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, les groupes socialiste et apparentés, communiste, du Mouvement des citoyens et M. REVEAU s'étant abstenus. (1998, DLH 174).