Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

241 - QOC 2003-708 Question de Mme Géraldine MARTIANO et des membres du groupe Union pour la démocratie française à M. le Maire de Paris relative à la gestion de l'eau utilisée pour les parcs et jardins de la Ville de Paris

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2003


Libellé de la question :
"La canicule ayant eu un impact sur nos végétations des parcs et jardins de la Capitale, l'utilisation et la gestion de l'eau va devenir un sujet de plus en plus important dans nos espaces verts.
Aussi, Mme Géraldine MARTIANO et les membres du groupe Union pour la démocratie française souhaiteraient connaître quelle est la quantité d'eau utilisée en période habituelle et la quantité utilisée durant la canicule, et quel est le système utilisé pour le recyclage des eaux usées des parcs et jardins de la Ville."
Réponse (M. Yves CONTASSOT, adjoint) :
"La consommation annuelle d'eau destinée à l'arrosage des végétaux dans les espaces gérés par la Directions des Parcs, Jardins et Espaces verts (plantations d'alignement, jardins et cimetières) peut être estimée à 3 millions de mètre cube, dont les 2/3 d'eau non potable.
La part arrosage ne peut en effet qu'être estimée, car si tous les jardins sont équipés de compteurs d'eau, l'usage de ce fluide est multiple : arrosage, alimentation des bassins et fontaines, usage de type domestique pour les locaux techniques et sociaux du personnel, toilettes publiques, alimentation des lacs et rivières des bois et de certains grands parcs. Par ailleurs le réseau d'eau non potable n'est pas équipé de compteurs.
Le bilan des consommations, qui nécessite le relevé, par les agents de la direction des Parcs, Jardins et Espaces verts, de plusieurs centaines de compteurs plusieurs fois dans l'année, le traitement et l'interprétation des données recueillies sont établis en fin d'année. La surconsommation probable due à l'été caniculaire que la capitale a connu ne peut être aujourd'hui déterminée.
Concernant le recyclage des eaux usées des parcs et jardins, la question peut être abordée sous deux aspects : les eaux pluviales d'une part et les véritables eaux usées résultant d'usages de type domestique d'autre part.
S'agissant des eaux pluviales, celles-ci s'infiltrent naturellement dans le sol des espaces végétalisés et voies de circulation revêtues de matériaux perméables tels que le stabilisé que l'on trouve dans la plupart des jardins parisiens. Elles participent ainsi, pour une part, à l'alimentation des nappes phréatiques, dans le cadre du cycle naturel de l'eau. Sur ce thème, on peut évoquer la lagune mise en place, il y a 4 ans, Porte de la Muette qui permet de traiter de façon naturelle les eaux de ruissellement avant qu'elles ne s'écoulent dans un des lacs du bois de Boulogne, ce dispositif, en phase expérimentale, paraissant donner toute satisfaction.
Cette mesure s'inscrit dans la dynamique engagée par la certification ISO 14001, obtenue en mai 2001, des activités de la Direction dans le bois de Boulogne. Le programme environnemental correspondant présente un certain nombre de mesures concrètes traitant de la limitation de la consommation d'eau par des actions novatrices en matière d'arrosage, prises d'eau dans les lacs et par des campagnes systématiques d'inspection des vannes et conduites pour limiter les fuites d'eau.
Au-delà de ces actions, des mesures de portée générale sont envisagées telles que la limitation des rejets en égout des eaux claires d'alimentation des lacs dans les bois.
Par ailleurs, les assainissements autonomes des constructions et équipements situés dans les bois ont été mis en conformité avec la réglementation en vigueur.
Enfin, les eaux de ruissellement des zones imperméables, voies de circulation en béton ou en enrobé par exemple, sont dirigées vers les réseaux d'évacuation reliés au réseau d'égout de Paris. Il en est naturellement de même pour les eaux usées résultant des activités des personnels et usagers des jardins.
Dorénavant lors de l'aménagement de nombreux parcs et jardins, notamment la Cour du Maroc dans le 18e et le jardin des Grands-Moulins dans le 13e, la récupération et l'utilisation des eaux pluviales sont des données importantes du cahier des charges des travaux d'aménagement."