Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 1995
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

44 - QOC 95-139 Question de Mme Mireille MARCHIONI, M. Henri MALBERG et des membres du groupe communiste à M. le Maire de Paris au sujet de la situation des égoutiers, des chefs-égoutiers et des ouvriers d'Etat.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 1995




M. LE MAIRE DE PARIS.- La question suivante de Mme MARCHIONI et M. MALBERG concerne la situation des égoutiers, des chefs-égoutiers et des ouvriers d'Etat.
En voici le texte :
"Un fort mécontentement existe parmi les personnels de la Ville de Paris. Celui-ci s'est traduit dernièrement par de nombreuses actions pour obtenir de la Municipalité l'ouverture de réelles négociations et le règlement des dossiers en instance depuis des années.
C'est le cas notamment des égoutiers, chefs-égoutiers et ouvriers d'Etat.
Ces personnels demandent :
- la révision de la grille indiciaire et son actualisation pour maintenir la spécificité de leur profession ;
- l'obtention d'une prime d'insalubrité ou de dépollution à l'exemple et au niveau (400 F) de celle accordée à la communauté urbaine de Lyon ;
- l'attribution de 12 heures de maîtrise pour les chefs-égoutiers, correspondant à la reconnaissance de leur grade, comme c'est le cas pour les chefs d'équipe du nettoiement ;
- l'application des mêmes horaires que les égoutiers de Lyon, ce qui implique la journée de 6 heures au lieu de 6 heures 40 et la suppression de 5 samedis, et pour les ouvriers d'Etat la journée de 7 heures."
Aussi, Mme Mireille MARCHIONI, M. Henri MALBERG et les membres du groupe communiste demandent-ils à M. le Maire de Paris les mesures qu'il compte prendre pour ouvrir des négociations avec ces personnels et répondre positivement à leurs demandes."
Je vous communique les éléments de réponse au lieu et place de M. Alain DESTREM, adjoint.
La Ville de Paris n'ignore pas la situation et les conditions de travail des personnels travaillant dans les égouts. Les égoutiers bénéficient d'une carrière leur permettant d'accéder à l'indice brut 449 qui est le plus élevé de la catégorie C à la Ville de Paris. Leurs homologues de la fonction publique territoriale ne peuvent bénéficier de cet indice que pour 10 % d'entre eux. Leur débouché en maîtrise est également plus attractif.
La question de leurs primes tenant compte tant de leurs sujétions que de leurs responsabilités, ainsi que leurs revendications relatives à l'organisation de leur travail, font l'objet d'un examen attentif dont les conclusions pourront être évoquées après que M. le Maire aura reçu les organisations syndicales le 20 septembre prochain.