Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

30 - 2003, DAC 276 - Création du Comité d'art dans la ville

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2003


M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du projet de délibération DAC 276 relatif à la création du Comité d'art dans la ville, sur lequel 3 amendements ont été déposés. L'amendement n° 4 a été déposé par Patrick BLOCHE et les membres du groupe socialiste et radical de gauche, l'amendement n° 5 par M. BLET et les élus du groupe "Les Verts", l'amendement n° 5 bis par l'Exécutif.
Il y a 5 intervenants inscrits, M. VUILLERMOZ, Mme MACÉ de LÉPINAY, M. DOMINATI, M. BLET, M. BLOCHE et pour répondre à ce flot d'orateurs M. GIRARD s'exprimera.
Donc, Monsieur VUILLERMOZ, vous avez la parole.
M. Jean VUILLERMOZ. - Merci.
Paris accuse un retard dommageable et remarqué en ce qui concerne l'intégration de l'art contemporain dans l'espace public. Retard dû à son conservatisme dont ont souffert les artistes contemporains des XIXe et XXe siècles. Le refus que Paris a souvent exprimé devant le renouveau de l'art sous toutes ses formes s'est aussi conjugué avec une conception étroite de la présence de l'art dans la ville où seul l'héritage patrimonial est à même d'accueillir l'?uvre artistique.
Créer les conditions d'étendre à l'ensemble de la Ville la présence de l'art contemporain dans l'espace public est un des objectifs que s'assigne le Comité d'art dans la ville. C'est une démarche importante, tant du point de vue de l'accessibilité pour tous que de la gestion de l'espace urbain, rompant ainsi les lignes de fracture qui quadrillent souvent nos espaces sans jamais se fondre, et nous approuvons donc la démarche de création d'un tel comité.
Pour autant, nous nous interrogeons sur sa composition qui nous paraît trop limitée. S'il est vrai que l'art contemporain est particulièrement innovant, qu'il y a nécessité de se préserver d'un regard exclusivement local pour servir l'universel, nous considérons que les représentants des groupes du Conseil de Paris ont toute leur place pour relever ensemble ce défi. Il y a nécessité d'avoir un comité riche de sa diversité, ce qui permettrait aussi d'éviter tout cloisonnement et de démocratiser "le regard" et "le dire" sur l'art dans la ville.
A ce sujet, il est prévu l'association des maires d'arrondissement et de leurs adjoints lorsque ceux-ci seront concernés par une des questions à l'ordre du jour de ce Comité. Or, pourquoi ne pas d'ores et déjà prévoir également pour le même motif la présence de représentants de Conseils de quartiers.
C'est la raison pour laquelle nous soutiendrons la démarche de nos collègues qui ont déposé des amendements visant à l'intégration de Conseillers ou Conseillères de Paris au sein de ce comité. Pour autant nous aurions souhaité que des représentants des conseils de quartier soient aussi prévus de façon ponctuelle.
M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Monsieur le Président. Nous débattons sur le projet DAC 276 relatif à la création du Comité d'art dans la ville.
Madame MACÉ de LÉPINAY, s'il vous plaît.
Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY. - Merci, Monsieur le Maire.
Monsieur le Maire, je veux m'étonner que ce projet important figure aujourd'hui à l'ordre du jour. En effet, lors de la 9e Commission, M. GIRARD nous a annoncé qu'il demandait son retrait et ce, pour tous les membres de la Commission, à juste titre. Ce projet est en effet rédigé à la hâte et ne donne pas l'étendue du champ d'action de la Commission. D'ailleurs ma collègue Elisabeth de FRESQUET vous avait écrit pour vous demander, Monsieur GIRARD, si par exemple les murs peints étaient de la compétence de cette nouvelle Commission. Vous ne lui avez jamais répondu.
La composition du Comité où ne figurait aucun représentant de l'opposition, le choix des experts extérieurs qui semblaient, eux, nommés pour une longue période, à la différence des élus, la rédaction de l'article 3, pour le moins malhabile, tout cela plaidait pour remettre la rédaction de ce projet sur le métier. Ceci d'autant plus que "Les Verts" et le parti socialiste avaient présenté chacun un amendement.
Je veux souligner aujourd'hui le peu de considération qui est fait du travail de notre Commission. M. GIRARD nous présente un amendement en séance et il me semble que cela n'est pas prévu au règlement de notre Conseil. C'est pourquoi en accord avec ma collègue U.D.F., Elisabeth de FRESQUET, je demande que le projet soit reporté à la prochaine séance et qu'au minimum la 9e Commission soit réunie pour examiner l'amendement de M. GIRARD.
Je vous remercie, Monsieur le Maire.
(Applaudissements sur les bancs des groupes U.M.P. et Union pour la démocratie française).
M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Madame MACÉ de LÉPINAY.
M. DOMINATI n'est pas là... Personne ne veut parler en son nom ?... Alors Jean-François BLET d'abord, les exposés pour les explications de vote viendront après.
M. Jean-François BLET. - Oui, Monsieur le Maire, je suis sensible à votre demande d'abréger les débats donc je demanderai à mon collègue et ami Patrick BLOCHE de bien vouloir exprimer conjointement le fond de ma position qui est je pense la sienne également.
M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Ah, Monsieur BLET, vous montrez l'exemple comme d'habitude.
Donc, je donne la parole à Patrick BLOCHE.
M. Patrick BLOCHE. - Malgré cette invitation, à laquelle je suis ô combien sensible, je n'abuserai néanmoins pas du fait de parler pour deux, donc je ne reprendrai pas ce qui a été excellemment dit notamment par notre collègue Jean VUILLERMOZ.
Je suis heureux effectivement et le groupe socialiste et radical de gauche est heureux que ce projet de délibération vienne en discussion et vienne en discussion aujourd'hui. Il procède d'une volonté politique forte qui correspond aux priorités de la politique municipale en matière culturelle et notamment, bien entendu, à travers la mise en place de ce comité d'inscrire l'art contemporain dans l'espace public, de prendre des risques, mais aussi de prendre à témoin nos concitoyens, d'en faire des acteurs culturels en suscitant leur intérêt, leur curiosité, et, peut-être des débats. Enfin, c'est le moyen d'exposer des artistes déjà reconnus ou pas encore mais en voie de l'être, en dehors des lieux traditionnels que sont les musées et les galeries. C'est une démarche, comme on dit classiquement, de démocratisation culturelle mais ô combien utile.
Mon ami et collègue Jean-François BLET pourrait être très disert sur le fait que Mexico est incontestablement une référence pour Paris en ce domaine. De fait, l'amendement n° 4 déposé par le groupe socialiste, qui rejoint dans son esprit et presque dans sa lettre l'amendement n° 5 de Jean-François BLET, vise à ce que l'intérêt des Conseillers de Paris pour ce projet de délibération de mise en place d'un comité consultatif d'art dans la ville s'exprime à travers leur présence au sein même de ce comité.
J'ai cru comprendre que Jean-François BLET, se ralliait à l'amendement n° 4 demandant qu'il puisse y avoir quatre représentants élus du Conseil de Paris au sein de ce comité.
M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Monsieur BLOCHE. Je laisse s'exprimer M. GIRARD avant l'explication de vote de Mme TAÏEB.
M. GIRARD dépose un amendement n° 5 bis et l'Exécutif a le droit de déposer des amendements en séance.
M. Christophe GIRARD, adjoint, au nom de la 9e Commission. - Tout d'abord je vais répondre à Mme MACÉ de LÉPINAY et à Mme de FRESQUET qui ont raison l'une et l'autre. J'avais demandé en 9e Commission le report. Le Maire de Paris, fort des arguments qui lui ont été apportés depuis, a trouvé qu'il était plus raisonnable d'accéder à la demande des élus sans tarder à partir du moment où nous trouvions un consensus équilibré.
Ce travail a été mené. Il m'a demandé d'accepter que l'amendement que nous avions rédigé puisse être présenté aujourd'hui en Conseil de Paris. Et qu'ainsi, ce comité d'art dans la ville se réunisse au plus tôt car il trouve que nous avons un petit peu traîné sur ce sujet.
C'est l'explication. Je ne refuse absolument pas les avances de Mme MACÉ de LÉPINAY. Madame, je suis là quand vous me demandez des choses et je vous réponds du mieux que je le peux.
L'amendement proposé permettrait de remplacer l'article 3 initialement proposé par la formulation suivante :
"Composition : le comité d'art dans la ville est composé de l'adjoint au Maire de Paris chargé de la culture (président), l'adjointe au Maire de Paris chargée du patrimoine et son ou sa représentante, l'adjoint au Maire chargé de l'urbanisme et de son ou sa représentante, quatre représentants élus du Conseil de Paris ou leurs suppléants. Je dis bien quatre représentants élus du Conseil de Paris. La Directrice des Affaires culturelles, son ou sa représentante, un représentant de l'Etat (Ministère de la Culture), huit personnalités qualifiées ou leurs suppléants. Le Maire de chaque arrondissement ou son représentant concerné par l'inscription d'une question à l'ordre du jour siège pour les affaires qui le concernent et il prend part au vote.
Article 2 : personnalités qualifiées. Huit titulaires et huit suppléants sont désignés par arrêté du Maire. Les suppléants remplacent les titulaires en cas d'empêchement momentané ou définitif.
Article 3 : experts. Le comité peut auditionner des experts ou toute personne intéressée par un sujet de sa compétence. Il peut également recevoir des communications écrites.
M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Vous appelez implicitement ceux qui ont déposé l'amendement n° 4 et ceux qui ont déposé l'amendement n° 5 à retirer leur amendement. Vous substituez l'amendement n° 5 bis aux amendements n° 4 et n° 5.
C'est bien cela ?
M. Christophe GIRARD, adjoint, rapporteur. - Oui.
M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Je mets donc aux voix, à main levée, le projet d'amendement n° 5 bis déposé par l'Exécutif.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet d'amendement n° 5 bis est adopté.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 276 ainsi amendé.
M. Christophe GIRARD, adjoint, rapporteur. - C'est avant le vote.
M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Mme TAÏEB me pardonnera. Non ?
Mme Karen TAÏEB. - Non !
M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération amendé est adopté. (2003, DAC 276).
Avec mes excuses auprès de Mme TAÏEB, je lui donne la parole.
Mme Karen TAÏEB. - En tant que présidente de la 9e Commission, après vos explications et votre décision, je suis étonnée que ne soit reporté ce projet de délibération, comme cela était prévu.
D'autant qu'on ne répond pas à une question qui était la suivante : qui sont les quatre représentants élus du Conseil de Paris ?
L'amendement de M. BLET demandait un élu titulaire et un élu suppléant par groupe politique.
En fait, en prévoyant quatre représentants élus du Conseil de Paris, certains seront forcément lésés. Chaque groupe politique pourrait avoir un représentant pour participer à ce comité d'art dans la ville. La question qui se posait en 9e Commission était celle-là. C'est pour cette raison que l'amendement n° 5 bis n'y répond pas forcément.
Je trouve dommage que nous n'ayons pas pu avancer sur ce sujet. Nous n'étions pas contre cet amendement de façon globale. Nous en avons débattu en 9e Commission et nous n'avions pas la réponse. Nous pensions prendre le temps pour l'obtenir, c'est pourquoi je suis étonnée.
M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Madame TAÏEB.
Votre intervention aurait dû avoir lieu avant. Entre les quatre titulaires et les quatre suppléants, il doit être possible que tous les groupes soient représentés, je pense.