Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 1995
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

52 - QOC 95-142 Question de Mme Martine BILLARD à M. le Maire de Paris au sujet des conséquences de la reprise des essais nucléaires sur l'économie parisienne.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 1995




M. LE MAIRE DE PARIS.- Nous abordons à présent la question orale de Mme BILLARD, élus écologiste, à M. le Maire de Paris au sujet des conséquences de la reprise des essais nucléaires sur l'économie parisienne.
Elle est ainsi libellée :
"Les protestations internationales contre la reprise des essais nucléaires par la France prennent chaque jour plus d'ampleur. Des consignes de boycott des produits français ont été lancées dans plusieurs pays et ont déjà eu, semble-t-il, des conséquences négatives sur les exportations des producteurs de vins français.
Paris est une ville éminemment touristique. La présence annuelle de millions de touristes dans notre ville a des retombées positives pour les commerçants et hôteliers parisiens. L'apport financier que représentent les visites des monuments et musées est extrêmement important.
Il est donc à craindre que le déclenchement des tirs n'augmente encore l'indignation internationale et entraîne des conséquences importantes en termes de perte financière pour les commerçants, hôteliers et institutions culturelles si le boycott vient à s'étendre.
Il paraît donc souhaitable que le Conseil de Paris exprime son inquiétude sur cette situation et manifeste sa désapprobation sur la reprise des essais nucléaires et les conséquences pour l'économie parisienne."
Je vous communique les éléments de réponse au lieu et place de M. Jacques DOMINATI, premier adjoint.
La Ville de Paris n'a aucune compétence dans un dossier touchant directement à la Défense nationale et ne saurait donc se prononcer sur la reprise des essais nucléaires.
Il est au demeurant regrettable qu'une telle question soit posée, au moment où les attentats qui touchent directement la Capitale sont susceptibles de perturber la fréquentation touristique à Paris.
L'évocation des essais nucléaires constitue, à cet égard, une diversion à laquelle la Municipalité ne saurait s'associer.