Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

77 - Vœu déposé par MM. BOUTAULT, AIDENBAUM, Mme BERTINOTTI, MM. BRAVO et Tony DREYFUS relatif aux véhicules à deux-roues motorisés circulant et stationnant sur les trottoirs et au respect des droits des piétons

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2003


Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Nous allons maintenant examiner en 3e Commission les v?ux nos 17, 18, 19, 20 et 21 qui ne se rattachent à aucun projet de délibération.
Le v?u référencé n° 17 dans le fascicule, relatif aux véhicules à deux roues motorisés et au respect des droits des piétons, a été déposé par M. BOUTAULT, M. AIDENBAUM, Mme BERTINOTTI, M. BRAVO et M. DREYFUS, tous maires d'arrondissement.
Je donne la parole à M. BOUTAULT.
M. Jacques BOUTAULT, maire du 2e arrondissement. - Merci.
C'est un v?u qui réconcilie sécurité routière et protection de l'environnement...
Je ne doute pas, en conséquence, que notre Assemblée aura à c?ur de le voter.
Il est relatif en effet, vous l'avez dit, au stationnement des véhicules à deux roues motorisés et au droit des piétons. C'est un v?u présenté conjointement par 5 maires d'arrondissement du centre de Paris et j'interviens avec le total assentiment de mes 4 collègues.
Bien que générale à Paris, la question que nous soulevons se pose avec plus d'acuité dans le centre de Paris, la circulation y est dense, les rues étroites, les trottoirs souvent réduits au strict minimum.
Cantonné à un espace fort restreint, le piéton a souvent du mal à se mouvoir tandis que les motocyclistes circulant et se garant sur les trottoirs viennent ronger davantage encore l'espace piétonnier.
Il ne s'agit pas d'un v?u anti véhicules à deux roues motorisés : beaucoup de motards respectent les réglementations en vigueur.
Mais si la circulation automobile a diminué de 7 % à Paris en deux ans, la circulation des deux véhicules à roues motorisés a, elle, augmenté de 8 % dans le même temps. Il convient donc de faire respecter quelques règles indispensables pour bien vivre la ville et se partager la voirie.
D'une part, il convient de rappeler l'interdiction de se garer sur les trottoirs ; comme une voiture, le véhicule 2 roues à moteur, à défaut d'emplacement spécifique, doit stationner sur la chaussée.
D'autre part, il convient de rappeler l'interdiction formelle de circuler sur les trottoirs, pratique dangereuse et donc inadmissible.
Il y a quelque temps, des élus militants associatifs et des membres d'associations et de conseils de quartier avaient dressé en moins de deux heures pas moins de 285 faux P.V. à l'encontre de nombreuses motos et scooters garés illégalement sur les trottoirs dans le 3e arrondissement.
Cette action symbolique visait à attirer l'attention des Pouvoirs publics sur le caractère dangereux de la circulation des véhicules à deux roues motorisés sur le trottoir et à souligner l'ampleur de l'encombrent par les motos et les scooters qui occasionnent une gêne pour les piétons et entravent la circulation des personnes handicapées et des parents avec poussette.
Un des engagements de la majorité est de parvenir à un nouveau partage de l'espace en faveur des circulations douces. Elle s'y emploie par de nombreux aménagements. De ce point de vue, l'annonce récente par la ville de la création de nombreux emplacements pour les deux roues répond à la nécessité d'offrir une alternative au stationnement gênant et à la circulation sauvage sur les trottoirs.
Pour ces raisons, et sur proposition des 5 maires d'arrondissement, 2e, 3e, 4e, 9e et 10e, je souhaite que le Conseil de Paris émette le v?u que des mesures soient prises notamment, par la verbalisation, pour que le Préfet de police fasse respecter l'interdiction des véhicules à deux roues motorisés de stationner et de circuler sur les trottoirs et que par ailleurs, le programme d'implantation de nouveaux emplacements de stationnement pour les véhicules à deux roues motorisés soit mené à un rythme soutenu en concertation avec les maires d'arrondissement.
Chers collègues, je vous remercie pour votre attention.
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Merci. La parole est à Denis BAUPIN pour répondre.
Monsieur LEGARET, vous n'êtes pas inscrit...
M. Jean-François LEGARET, maire du 1er arrondissement. - Je suis maire d'arrondissement du centre de Paris. Je voulais dire que je suis d'accord avec ce v?u. Je participerai à son adoption.
Je note simplement qu'il y a plus que du sectarisme dans le libellé, dans le fait que les maires des 2e, 3e, 4e, 9e et 10e se sont concertés sur un projet qui concerne toute la circulation dans tout le centre de Paris et que le maire du 1er arrondissement, parce qu'il n'est pas de la même couleur politique, n'a même pas été consulté.
On nous parlera sans doute ensuite à nouveau de l'intérêt général !
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Il les rejoint avec bonheur et nous acceptons son soutien avec bonheur, n'est-ce pas, Denis BAUPIN ?
M. Denis BAUPIN, adjoint. - Devant cette unanimité, qu'ajouter si ce n'est que je pense que ce v?u est très équilibré par les deux points qui sont proposés.
Evidemment, j'appelle à voter favorablement ce v?u.
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par M. BOUTAULT, M. AIDENBAUM, Mme BERTINOTTI, M. BRAVO et M. DREYFUS.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
La proposition de v?u est adoptée. (2003, V. 147).