Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

40 - 2003, SG 53 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer une convention pour l'attribution d'une subvention de fonctionnement à l'association "Attac Paris nord ouest" située 18, rue Fourcroy (17e), afin d'organiser la première édition du festival de cinéma Attac au Cinéma des cinéastes dans le 18e arrondissement. - Montant : 2.000 euros

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2003


M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du projet de délibération SG 53 relatif à l'attribution d'une subvention de fonctionnement à l'association "Attac Paris nord ouest" située 18, rue Fourcroy (17e), afin d'organiser la première édition du festival de cinéma Attac au Cinéma des cinéastes dans le 18e arrondissement.
M. DOMINATI a la parole et M. GIRARD lui répondra.
M. Laurent DOMINATI. - Merci, Monsieur le Maire.
Après la pause publicitaire de l'intervention précédente pour un film sans aucun doute intéressant, je voudrais revenir à la nouvelle pause publicitaire, qui va coûter 2.000 euros aux citoyens de Paris, qui est la subvention au Mouvement international révolutionnaire "Paris nord-ouest Attac". Je voudrais vous rappeler, car il était certainement au Mexique il y a peu, qu'au Mexique, comme vous le savez, Monsieur le Maire, il y avait le P.R.I., parti révolutionnaire institutionnel. C'étaient les anciens révolutionnaires revenus au pouvoir, le pouvoir révolutionnaire permanent.
La Mairie de Paris devient la M.R.I., la mairie révolutionnaire institutionnelle ! Il y a des révolutionnaires institutionnelles comme pour faire avancer le cinéma populaire dans la confidentialité, mais avec des subventions ! Les révolutionnaires ont absolument besoin de la protection des institutions publiques et de l'argent du contribuable ! Cela me semble extraordinaire. Attac se réfugie au cinéma des cinéastes, un cinéma d'art et d'essais, que nous avons promu nous aussi, une salle déjà subventionnée accueillant un festival subventionné, pour faire avancer des films eux-mêmes subventionnés.
Tout ça serait passionnant si cela ne se heurtait pas à des règles de bon sens et de droit aussi. Lesquelles ? Vous indiquez, Monsieur GIRARD, qu'en ce qui concerne par exemple les choix esthétiques, vous vous interdisez d'en avoir aucun pour l'achat d'oeuvres d'art en disant ceci : "Je ne veux pas en tant que responsable politique m'immiscer dans un choix esthétique". Tel n'est pas le cas pour le film de Mme LE STRAT ou pour Attac. Là, vous voulez bien assumer des choix esthétiques, ceux-ci plutôt que ceux-là. C'est déjà une petite entorse à votre règle, mais après tout ce n'est que votre règle.
Il y en a une plus importante, la mairie s'interdit de subventionner des organisations politiques. Je voudrais que l'on m'explique en quoi Attac n'est pas une organisation politique ?
Comme c'est une organisation ô combien politique et bien plus puissante que les quelques conseillers de Paris que nous sommes, je ne vois pas pourquoi les contribuables parisiens la subventionneraient !
Voilà, Monsieur GIRARD, la raison pour laquelle je vous demande de retirer ce projet de délibération qui est contraire aux usages et au droit.
(Applaudissements sur les bancs du groupe U.M.P.).
Après tout il nous est permis de contre-attaquer !
(Applaudissements sur les bancs du groupe U.M.P.).
M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Monsieur DOMINATI.
M. Christophe GIRARD, adjoint, au nom de la 9e Commission. - Pas mal. Si, si pas mal !
Pas d'entorse, ni de fêlure à ma ligne de conduite, puisque je n'interviens en aucun cas dans le choix des films fait par cette association "Attac Paris nord-ouest", ou d'une quelconque association qui a pour objet l'organisation du premier festival "Images mouvementées", qui a eu lieu au cinéma des cinéastes dans un arrondissement où nous devons porter toute notre attention pour y développer la vie culturelle.
La thématique porte autour du travail. Parmi la vingtaine de films présentés, j'ai voulu voir la programmation. Ce que vous, vous auriez fait avant, moi je le regarde après parce que je fais aussi confiance et à chacun son rôle.
J'ai vu des films très intéressants comme des documentaires de Claude MOURIÉRAS, qui réalise entre autres un travail merveilleux dans les écoles autour du cinéma pour les enfants. "Le pré, la poule et l'?uf" est un très beau film.
C'est un micro crédit en Ethiopie ou bien des fictions que je qualifie de poignantes comme "Les dockers de Liverpool" de Ken LOACH. Il est vrai qu'il y a dans cette programmation des sujets plus ou moins passionnants selon que l'on a une fibre sociale très développée ou que l'on a une autre vision du monde. En tout cas, la programmation me paraît de qualité, riche et ne reprochons pas à l'association "Attac Paris nord-ouest" d'avoir du goût pour le cinéma et d'organiser un premier festival qui ne fera que du bien, je crois, à la vitalité du cinéma en France et à Paris.
(Applaudissements sur les bancs du groupe "Les Verts" et socialiste et radical de gauche).
M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération SG 53.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2003, SG 53).