Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

5 - 1995, GM. 427 - Autorisation à M. le Président du Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général, de signer avec l'association "Parrains par mille" une convention.

Débat/ Conseil général/ Décembre 1995




M. CHÉRIOUX, président. -Nous allons passer à l'affaire suivante référencée GM. 427, autorisant M. le Président du Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général, à signer avec l'association "Parrains par mille" une convention, sur laquelle est inscrit M. Jean-Philippe HUBIN.

M. Jean-Philippe HUBIN, vice-président. -Mes chers collègues, juste un petit mot sur ce projet de délibération qui, à mon avis, est très intéressant.
Il s'agit d'une idée qui me paraît devoir être mieux connue et si possible même diffusée par les médias auprès de tous les Parisiens. Je pense que les bonnes volontés peuvent être appelées sur ce sujet.
Il s'agit du parrainage de nos enfants qui sont sous notre tutelle, directe ou indirecte, à travers l'Aide sociale à l'enfance.
Il y a 10.000 enfants qui, à Paris, sont suivis par l'Aide sociale à l'enfance. 5.000 de ces enfants vivent encore dans leur famille et sont suivis par l'Aide sociale à l'enfance, de façon relativement légère. 5.000 autres sont complètement pris en charge par l'Aide sociale à l'enfance. Je pense qu'il est très bon que nous ayons aujourd'hui à notre ordre du jour un projet de délibération qui permette de faire passer l'idée suivante : ces enfants ne doivent pas être seulement suivis par des services qui, quelle que soit leur qualité, restent administratifs.
Ils doivent aussi, si possible, être suivis par les personnes physiques qui s'occuperont d'eux, un petit peu comme un parrain peut le faire pour son filleul.
Nous avons là une association qui a réunit des bonnes volontés et que nous pouvons aider un petit peu à se développer, à se structurer. Des bonnes volontés bénévoles de personnes qui sont décidées à passer un peu de temps pour aider, pour soutenir moralement les enfants qui sont pris en charge par l'Aide sociale à l'enfance.
Je pense que ce dispositif est très intéressant. J'espère, pour ma part, que c'est un premier pas qui sera suivi par d'autres. Ainsi, progressivement, nous pourrons faire ce qui s'est passé en matière de personnes âgées, à travers les Conseils d'administration du Bureau d'aide sociale dans les différents arrondissements. J'espère ainsi qu'on pourra associer vraiment les Parisiens à l'action sociale.
Une bonne action sociale ne doit pas seulement être administrative et financière. Elle doit aussi, dans la mesure du possible, être morale, mentale même dans certaines circonstances.
Je suis persuadé que ce mémoire est un premier pas positif dans cette direction. Merci, Monsieur le Président.

M. CHÉRIOUX, président. -Je vous remercie.
Monsieur LAFAY, vous avez la parole.

M. Philippe LAFAY, vice-président, au nom de la 5e Commission. -Nous avons, en 5ème Commission, Monsieur le Président, largement abordé ce mémoire et nous sommes tous tombés d'accord pour dire que cette convention que nous allons signer avec "Parrain pour 1.000" est une convention pleine d'espoirs qui pourra être étendue à d'autres secteurs d'activités.

M. CHÉRIOUX, président. -Je vous remercie.
Personne ne demande plus la parole ?
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération GM. 427.
Quels sont ceux qui y sont favorables ?
Contre ?
Abstentions ?
Ce projet de délibération est adopté à l'unanimité. (1995, GM. 427).