Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

51 - 2003, DAEE 21 - Subvention de fonctionnement, dans le cadre de la Politique de la ville, à l'association "Fontaine-au-Roi initiative (FARI)" (11e). - Montant : 40.000 euros

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2003


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous examinons le projet DAEE 21 relatif à l'attribution d'une subvention de fonctionnement dans le cadre de la politique de la ville, à l'association "Fontaine-au-Roi initiative (FARI)".
Monsieur DAGUENET, vous avez la parole.
M. Jacques DAGUENET. - L'association "Fontaine-au-Roi" dont il s'agit dans ce projet de délibération est impliquée de façon très active sur le quartier, site politique de la ville. Malgré le projet de délibération qui nous est soumis aujourd'hui visant à lui octroyer une subvention, cette association rencontre aujourd'hui d'importantes difficultés financières.
En effet, alors que ses activités, sur lesquelles je vais revenir, connaissent un développement important, malgré ses effectifs et ses moyens financiers limités, les pouvoirs publics ont décidé de supprimer le système de chèque-conseil qui finançait ses charges courantes.
Pour soutenir son développement, le "FARI" est donc obligé d'emprunter et bien qu'au titre de la politique de la ville l'association soit soutenue par la DAEE et par le Fonds de revitalisation économique, ses subventions ne suffiront plus en 2003. Situation difficile qui deviendrait alarmante si l'Etat confirmait parallèlement sa volonté de supprimer l'AFRE en 2004.
Or, comme le souligne le projet de délibération, les actions du "FARI" sont d'autant plus remarquables qu'elles se situent en quartier politique de la ville. Je rappelle quelques actions, elles portent sur l'accompagnement des porteurs de projet, la mise en réseau des chefs d'entreprise dans le quartier, la recherche puis la gestion d'une bourse des locaux d'activité, enfin le lancement d'une mission pour la réhabilitation, l'affectation des locaux commerciaux en pied d'immeuble.
Si j'ai délibérément cité l'activité du "FARI" c'est pour marquer à quel point cette association fait ?uvre utile et qu'il est en conséquence indispensable que la Ville soutienne encore plus le "FARI" et qu'elle l'aide à obtenir tous les financements nécessaires. En revanche, il est regrettable que le Gouvernement se désengage de ses responsabilités.
Merci.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci de votre concision.
Madame CAPELLE, vous avez la parole.
Mme Liliane CAPELLE. - Merci, Monsieur le Maire, mais je serai encore plus brève puisque Jacques DAGUENET a globalement dit tout l'intérêt que portent les élus du 11e à cette association, mais je pense aussi aux élus du 10e puisque le champ d'action du "FARI" a été élargi au quartier politique de la ville Buisson-Saint Louis, et que par ailleurs il voit ses possibilités diminuées puisqu'il y a moins de rentrées d'argent.
Ce serait une catastrophe si cette association quittait son champ d'action parce que c'est effectivement une insertion par l'économique que propose cette association, c'est du concret, c'est de la lutte au quotidien, vraiment, contre le chômage. Ce sont des projets en direction des femmes, ce sont des projets extrêmement importants et je voudrais dire avec force vraiment notre inquiétude.
Je profite de cette délibération pour vous dire que d'autres associations sont en grosses difficultés, je voudrais parler des équipes Saint-Vincent, de "MDSL intervention", de "Soleil et Santé", du "FARI", nous venons d'en parler, des "Ateliers du chaudron" et d'"Espace pluriel", c'est un autre sujet, c'est un problème de locaux, mais pour les 5 premières associations ce sont des problèmes financiers et c'est tout l'équilibre des associations politique de la ville qui se trouve compromis, ce qui veut dire que tout l'argent qui a déjà été mis sera comme si rien n'était puisque les associations les plus porteuses, vraiment, sont en difficulté.
Je vous remercie.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.
Madame COHEN-SOLAL, vous avez la parole.
Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, au nom de la 2e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.
Je voulais répondre aux orateurs que nous sommes tout à fait préoccupés comme eux de l'avenir du "FARI" qui est effectivement une association extrêmement dynamique, extrêmement importante pour les 10e et 11e arrondissements comme vous l'avez dit, mais aussi pour Paris et c'est d'ailleurs pour cette raison que nous vous proposons cette subvention de 40.000 euros qui est une subvention conséquente.
Naturellement, comme vous l'avez dit, elle ne suffirait pas si le désengagement de l'Etat se confirme. Si la Ville joue tout son rôle et entièrement son rôle, l'Etat, lui, risque effectivement de ne pas le faire. Si en tous cas il était confirmé que les engagements de l'Etat n'étaient pas respectés, en particulier le dispositif de chèque-conseil qui permet de faire travailler les gens et d'avoir une véritable activité. Nous restons extrêmement attentifs sur cette association. Naturellement, il n'est pas envisageable que la Ville endosse tout le rôle de l'Etat. Nous souhaitons, comme vous bien sûr, que cette association puisse continuer son travail profitable pour l'arrondissement et pour Paris en général. Nous restons donc extrêmement attentifs sur la façon dont les choses vont se développer.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAEE 21.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2003, DAEE 21).