Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

14 - 2003, SG 82 - Subvention à l'association "V-DAY" afin de lui permettre de rééquilibrer son budget suite à l'organisation de la représentation de la pièce "Les monologues du vagin". - Montant : 8.000 euros

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2003


Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Nous examinons à présent le projet de délibération SG 82 relatif à l'attribution d'une subvention à l'association "V-DAY". Là, je vais faire une petite parenthèse. L'intitulé de ce projet de délibération n'est pas bon. On a pu s'en expliquer en 1ère Commission. Il ne s'agit pas de rééquilibrer le budget de l'association mais bien de venir en aide à une association qui travaille sur les questions d'égalité entre les femmes et les hommes et de lutte contre les violences.
Je donne la parole à Mme Colombe BROSSEL qui s'est inscrite sur ce projet de délibération.
Mme Colombe BROSSEL. - Je vous remercie, Madame la Maire.
Vous nous demandez aujourd'hui d'examiner l'attribution d'une subvention de 8.000 euros à l'association "V-DAY".
Juste pour mémoire, cette association est l'émanation française de l'association "V-DAY" créée en 1998 par Eve ENSLER. Eve ENSLER est l'auteure (avec un "e" à la fin) des "Monologues du vagin", une pièce qui a été jouée avec beaucoup de succès dans le monde entier. Une pièce originale, paroles de femmes par le biais de leur vagin, qui est, au-delà de la démarche d'écriture, une démarche militante qui signe le renouveau du militantisme féministe, renouveau dont nous avons bien besoin.
J'en voudrai pour preuve d'une part l'intervention sur commande de Mme RENSON, qui prouve qu'il y a encore, dans les mentalités et dans les idéologies, un certain nombre de questions, de problématiques à faire avancer, mais plus sérieusement je veux pour preuve de ce besoin le rapport rendu par la Région Ile-de-France sur le bilan de trois années d'existence de "Jeunes Violences Ecoute", le numéro vert mis en place dans la Région Ile-de-France.
Pour mémoire, je crois qu'il est important que nous ayons ces faits à l'esprit. Les jeunes filles et les jeunes femmes sont de plus en plus utilisatrices de ce numéro vert car elles sont elles-mêmes de plus en plus victimes de violences et les viols, les agressions sexuelles et les harcèlements sont les trois motifs qui ont le plus augmenté dans les raisons d'appel.
Je crois que ne seraient-ce que ces éléments nous incitent à avoir une action publique de plus en plus forte en faveur des mouvements associatifs collectifs qui permettent de travailler et de retravailler sur ces questions.
Juste un point sur l'exposé des motifs de la subvention. La première action de cette association "V-DAY" a été une action extrêmement militante, qui a été de donner une représentation des "Monologues du vagin" au théâtre du Rond Point, monologues interprétés par des élues, par des actrices ou des chanteuses, bénévoles, par des personnalités du monde associatif et par les jeunes marcheuses et marcheurs de l'association "Ni putes ni soumises" qui, vous vous en souvenez, avaient entrepris un tour de France, l'année dernière, qui s'était conclu par leur arrivée à Paris, le 8 mars. Ils avaient d'ailleurs été reçus par Bertrand DELANOË.
Au cours de cette marche, les marcheuses et marcheurs avaient saisi l'occasion de provoquer le débat dans toutes les villes de France, notamment dans les cités, sur la place des filles, la place des femmes au c?ur de nos quartiers, sur la laïcité, sur les rapports entre les hommes et les femmes dans des quartiers parfois ghettos et leur donner cette reconnaissance, notamment par le biais de cette soirée de représentation au théâtre du Rond Point, avait été une action militante permettant de relier plusieurs formes de militantisme féministe.
Les sommes collectées au cours de cette soirée ont été redonnées à trois associations qui luttent pour les droits des femmes, "Ni putes ni soumises", je viens d'en parler, mais également une association "S.O.S. femmes" qui gère un centre d'hébergement et une association "Uraka" qui travaille en direction des femmes africaines.
Chaque association recevra 3.000 euros et il est, je pense, tout à fait en notre honneur que la Ville s'engage en faveur d'actions telles que celles-ci, et c'est pour cela que je voulais vous en remercier.
(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste et radical de gauche, du Mouvement des citoyens et communiste).
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Merci beaucoup, Madame Colombe BROSSEL, pour votre exposé général et aussi pour la présentation de ce projet de délibération. Ce fut, je crois, une très belle représentation et nous ne pouvons que nous féliciter de l'accompagnement de ce type d'action par la Ville de Paris.
Je vous propose donc... Monsieur LEGARET, vous n'étiez pas inscrit et les deux intervenants de votre groupe se sont d'ailleurs désinscrits.
M. Jean-François LEGARET, maire du 1er arrondissement. - Je ne comprends pas. Est-ce qu'on peut demander que vous précisiez ce que vous avez dit tout à l'heure ? Je suis intervenu en 1ère Commission non pas sur la justification mais sur la légalité de ce projet de délibération.
Vous avez dit tout à l'heure que l'intitulé n'était pas bon. C'est l'observation que j'avais faite. Mais vous ne modifiez pas l'intitulé par un amendement.
Je pense que ce projet de délibération est doublement entaché d'illégalité d'abord parce que le titre n'est absolument pas conforme à la légalité, ensuite parce que - et c'est une autre question que nous vous avons posée en 1ère Commission - il s'agit de verser une subvention à une association qui va elle-même subventionner deux autres associations.
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Vous reprenez le débat.
M. Jean-François LEGARET, maire du 1er arrondissement. - Il était facile de déposer un amendement modifiant l'intitulé. Je constate qu'aujourd'hui, au regard de la légalité, ce projet de délibération n'est pas correct.
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Cela a été évoqué en 1ère Commission. Je pensais qu'effectivement l'argument serait suffisant.
Maintenant je vais donner la parole à Jacques BRAVO, mais je veux bien déposer ici, en séance, un amendement visant à modifier ce titre qui, effectivement, n'est pas bon puisqu'il s'agit non pas de rééquilibrer le budget, mais bien de permettre à cette association qui a organisé la pièce "Les monologues du vagin", de poursuivre son travail en faveur de l'égalité entre les femmes et les hommes. Voilà la proposition que je fais.
Je donne la parole à Jacques BRAVO, président de la 1ère Commission.
M. Jacques BRAVO, maire du 9e arrondissement. - Madame la Maire, je regrette que cette discussion vienne en séance plénière puisque je croyais que nous l'avions réglée ensemble en 1ère Commission.
Je donne raison sur la forme à notre collègue Jean-François LEGARET. Je lui ai dit, d'ailleurs, en 1ère Commission.
La solution est toute simple, Madame la Maire. C'est simplement, comme il est d'usage dans d'autres projets de délibération qui viennent ici, d'indiquer "subvention à l'association".
Je l'ai dit clairement. Je croyais que c'était comme cela, mais je regrette que ce soit à l'occasion, comme par hasard, de ce type de délibération que ce type de problème vienne. J'en reste sur la forme.
M. Jean-François LEGARET, maire du 1er arrondissement. - Je n'ai que cela à faire.
M. Jacques BRAVO, maire du 9e arrondissement. - Monsieur LEGARET, je vous ai donné raison en 1ère Commission. L'intitulé n'est pas correct. Je propose donc, si Mme la Maire l'accepte, que cela devienne "subvention à l'association". Pour le reste, nous avons vérifié. Il n'y a aucun problème de fond derrière la forme sur cette subvention.
Encore une fois je regrette que, comme par hasard, cela vienne sur ce type de sujet.
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Merci, Jacques BRAVO.
Je mets aux voix, à main levée, la proposition d'amendement déposé par M. Jacques BRAVO. Nous changeons l'intitulé "subvention à l'association V-DAY".
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Il faut être cohérent jusqu'au bout.
La proposition d'amendement est adoptée.
Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération SG 82 ainsi amendé.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération ainsi amendé est adopté. (2003, SG 82).