Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

25 - IV - Question d'actualité du groupe du Mouvement républicain et citoyen à M. le Maire de Paris relative à l'attribution d'un lieu aux intermittents du spectacle

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2003


M. LE MAIRE DE PARIS. - Nous passons maintenant à la question d'actualité du groupe du Mouvement républicain et citoyen.
La parole est à Mme TAÏEB.
Mme Karen TAÏEB. - Cela concerne les intermittents du spectacle que le Mouvement républicain et citoyen soutient depuis le début de leur mobilisation contre le projet qui remet en cause leur régime d'assurance chômage, tout comme vous, Monsieur le Maire, ainsi que l'ensemble de la majorité municipale.
Vous avez d'ailleurs, avec Christophe GIRARD et le Maire du 11e, accepté d'accueillir, depuis le début du mouvement, la coordination des intermittents dans la Salle Olympe de Gouge et ce, jusqu'au 1er septembre dernier.
Pourquoi le 1er septembre ?
La raison en est simple : il s'agit simplement de calendrier propre à cette salle polyvalente et cela se comprend aisément. La Mairie de Paris a proposé aux intermittents de les accueillir dans les anciens locaux du commissariat du 3e arrondissement mais il est apparu que les locaux n'étaient pas appropriés.
Les élus du M.R.C. demandent au Conseil de Paris de rechercher une solution d'hébergement plus satisfaisante en lien avec la coordination des intermittents.
Nous affirmerions de nouveau, avec force, le soutien de la majorité municipale à ce mouvement, dont la légitimité reste entière.
Je vous remercie.
M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci beaucoup.
M. Christophe GIRARD, adjoint. - Je ne pense pas d'ailleurs que qui que ce soit ait finalement connaissance de l'ancien commissariat du 3e arrondissement où sont installés les intermittents.
Je tiens à rassurer, les uns ou les autres, les intermittents, la coordination précaire et les intermittents d'Ile-de-France que des locaux leur ont bien été prêtés et qu'ils ne sont pas à la rue.
Nous sommes en contact direct et régulier. En revanche, nous recherchons, pour leurs assemblées générales, un lieu qui soit plus vaste mais ce n'est pas une chose simple.
La Ville ne dispose pas comme cela de salles vides qu'elle peut libérer du jour au lendemain.
Nous y travaillons avec beaucoup d'efficacité et d'attention.
M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci beaucoup. Pas de commentaires ?
Mme Karen TAÏEB. - Nous savons parfaitement que la Ville de Paris ne dispose pas de salles. Mais il s'agit de les accompagner, tous dans la même direction.
M. LE MAIRE DE PARIS. - Il faut des lieux pour les crèches, pour les écoles, pour les maisons de retraite, etc. Ce n'est pas une manière dérisoire de considérer le problème.
De toute façon, vous savez bien qu'avec Christophe GIRARD, on va trouver un lieu pour eux. Ils ont eu trois millions de public potentiel, c'était "Paris-plage".
On avait mis à la disposition des intermittents un lieu pour qu'ils bavardent et fassent connaître leur vie.