Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

38 - 2000, ASES 46 - Subvention à l'association "Joyau d'Or" (18e). - Montant : 30.000 F

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2000


M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération ASES 46 accordant une subvention à l'association "Joyau d'Or".
Je donne la parole à Mme BILLARD.
Mme Martine BILLARD, élue "Les Verts". - Le 17 novembre 1997, j'intervenais devant cette Assemblée pour expliquer pourquoi les Verts refusaient de voter une subvention à l'association "Joyau d'Or".
En effet, nous refusons de subventionner des associations liées à une permanence électorale. Le projet de délibération indique un siège administratif situé au 1, rue Labat dans le 18e. Aucune association nommée "Joyau d'Or" n'apparaît à cette adresse dans l'annuaire.
Elle peut ne pas être dans l'annuaire. Aucune plaque sur la porte de l'immeuble n'annonce une telle association. Par contre, l'adresse indiquée pour les bureaux correspond à l'adresse de l'association "Avenir 18", sis au 61, rue des Poissonniers dans le 18e arrondissement, et lorsqu'on téléphone à cette adresse, il est bien indiqué qu'il s'agit de la permanence de M. Jean-Pierre PIERRE-BLOCH, adjoint au Maire de Paris.
Concernant plus précisément la demande qui nous est faite aujourd'hui, il est indiqué qu'une subvention a été attribuée au titre de l'exercice 1998 pour 30.000 F. Il est même indiqué, page 2-2 du projet de délibération, que la subvention 1998 ayant été créditée trop tardivement, ne figure pas ans les recettes 1998. Or, à aucun moment, notre Conseil n'a été saisi d'une telle demande et n'a voté une telle attribution.
Je vous demande donc de bien vouloir me transmettre les documents qui justifieraient une telle subvention 1998 si elle existe bien. Compte tenu de ces éléments, il apparaît bien que cette association qui s'adresse aux habitants du 18e arrondissement et plus particulièrement au 3e âge, fonctionne dans les locaux d'une autre association dont l'objet est tout autre, des locaux qui appartiennent effectivement à M. Jean-Pierre PIERRE-BLOCH et qu'il met gracieusement à la disposition du "Joyau d'Or".
Là n'est pas la question. La question, c'est le mélange des genres. Nous considérons qu'il est inadmissible que les impôts des contribuables parisiens servent à financer une association aussi directement liée à un élu et donc, à un parti politique. Nous considérons qu'il est plus que temps que de telles pratiques s'arrêtent. Nous voterons donc contre ces subventions et nous nous réservons toute possibilité de faire appel aux tribunaux pour juger de l'incompatibilité du versement de telles subventions.
Il y a d'autres cas qui existent encore à la Ville de Paris.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - M. Jean-Pierre PIERRE-BLOCH qui a été personnellement mis en cause souhaite répliquer.
Vous avez la parole, Monsieur.
M. Jean-Pierre PIERRE-BLOCH, adjoint. - Monsieur le Maire, je dois dire que je suis étonné par la question de Mme BILLARD. Car voici une association intelligente qui fait faire des économies aux contribuables parisiens du fait que je lui mets gracieusement des locaux à disposition, le téléphone à disposition et tout ce qu'il faut pour pouvoir fonctionner. Chère Madame, si je ne le faisais pas, cette association ferait comme d'autres, elle demanderait de l'argent à la Ville de Paris, c'est-à-dire aux contribuables parisiens pour avoir des bureaux, pour pouvoir fonctionner. Cette association est hébergée chez moi depuis 15 ans. Cela fait 3 ans que vous me posez la question, 3 ans que je vous réponds... Allez, chère Madame, je vous y encourage et si vous n'avez pas les moyens, on vous aidera à aller au Tribunal administratif déposer plainte si vous pensez qu'il y a des choses très louches dans cette association !
Pour tout vous dire, Madame, je suis propriétaire de ces locaux depuis 1972. Je ne sais pas ce que vous faites chez vous, mais moi, j'invite qui je veux chez moi et je suis ravi d'accueillir le Joyau d'Or, qui s'occupe parfaitement du 3e âge ! Venez ! Il y aura de place, dans quelques années, pour vous !
(Applaudissements et rires sur les bancs des groupes "Rassemblement pour Paris", "Paris-Libertés" et "U.D.F. et Modérés").
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Je donne la parole à M. BENESSIANO.
Mme Martine BILLARD, élue "Les Verts". - Donnez-moi l'appartement d'abord !
M. Hervé BENESSIANO, adjoint, au lieu et place de Mme Marie-Thérèse HERMANGE, adjoint, au nom de la 5e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.
Je vais ajouter peu de choses puisque M. PIERRE-BLOCH a donné une réponse transparente, qui montre combien cette association est utile pour les personnes âgées du quartier de la Goutte-d'Or.
Pour ma part, j'invite simplement Mme BILLARD à aller dans le 18e, à l'occasion, pour voir comment fonctionne cette association. Cela lui permettrait de voir l'utilité de l'association...
Mme Martine BILLARD, élue "Les Verts". - Ce n'est pas le problème.
M. Hervé BENESSIANO, adjoint, au lieu et place de Mme Marie-Thérèse HERMANGE, adjoint, rapporteur. - Ensuite, j'invite Mme BILLARD, puisqu'elle a l'air très portée sur la vie et l'action des associations, à s'intéresser très fortement à l'ensemble de la vie associative. Croyez-moi, il y aurait également du travail chez vos propres amis, vous auriez de quoi vous occuper largement, au lieu de vous intéresser au "Joyau d'Or" !
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération ASES 46.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2000, ASES 46).
M. Jean-Pierre PIERRE-BLOCH, adjoint. - Monsieur le Maire, je suis très étonné du vote des élus du 18e qui sont là ! Ils ont voté pour cette association à l'unanimité en Conseil d'arrondissement et ils se contredisent au Conseil de Paris... ou alors, Mme BILLARD les a peut-être influencés, je n'en sais rien !