Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

65 - QOC 2000-266 Question de MM. Bertrand DELANOË, Alain HUBERT, Patrick BLOCHE et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Maire de Paris au sujet du quartier "Convention" (15e)

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2000


Libellé de la question :
"MM. Bertrand DELANOË, Alain HUBERT, Patrick BLOCHE et les membres du groupe socialiste et apparentés souhaitent que M. le Maire de Paris détaille les mesures prises ou envisagées pour préserver la vitalité, gravement menacée, du quartier "Convention" (15e).
En effet, il semblerait que la Municipalité parisienne et la mairie du 15e arrondissement soient restées sans réaction face à la menace de disparition des 2 multisalles de cinéma installées au carrefour "Convention-Vaugirard" et qui contribuent fortement par leur fréquentation à l'animation de cet important quartier de Paris.
Plus grave encore, la Municipalité aurait accordé le permis de démolir de la salle "UGC" et la société "Gaumont", en dépit des engagements pris lors de l'implantation de 14 salles à "Aquaboulevard", serait en pourparlers pour céder son implantation du carrefour "Convention-Vaugirard".
Les habitants du quartier se mobilisent, à juste titre, contre ces éventuelles disparitions et de nombreuses pétitions circulent.
MM. Bertrand DELANOË, Alain HUBERT, Patrick BLOCHE et les membres du groupe socialiste et apparentés demandent donc à M. le Maire de Paris de faire état des informations dont il dispose sur cette affaire et des moyens qu'il compte mettre en oeuvre pour éviter un véritable sinistre urbain, dont le risque avait été évoqué lorsque la Municipalité approuvait, contre leur avis, l'implantation des 14 salles "Gaumont" à "Aquaboulevard"."
Réponse (M. LE MAIRE DE PARIS) :
"La Ville de Paris a fait du cinéma une de ses priorités culturelles, avec le souci tout particulier de préserver les salles de quartier et les salles d'art et d'essai.
Les grands réseaux ont un rôle essentiel à jouer dans cette affaire. On ne peut que se féliciter de l'ouverture de complexes comme l'"Aquaboulevard" dans le 15e arrondissement, "UGC Ciné Cité" dans le 12e, ou encore des salles "MK2" du quai de Seine dans le 19e et de la Z.A.C. "Paris-Rive gauche" dans le 13e. Ces quartiers en avaient besoin.
En revanche, sans méconnaître les réalités économiques, toute fermeture complète de cinémas existants doit être évitée. Or des menaces de fermeture existent, notamment dans le 15e, dans le 8e, dans le 7e arrondissement.
C'est pourquoi j'ai écrit aux présidents des trois grands réseaux, MM. Nicolas SEYDOUX pour "Gaumont", Jérôme SEYDOUX pour "Pathé" et Guy VERRECCHIA pour "UGC", pour leur faire savoir que la Ville ne saurait rester indifférente à une politique qui irait à l'encontre de l'aménagement du territoire parisien. Je leur ai proposé de les rencontrer pour engager sur ce point une concertation forte avec la Ville, en liaison avec l'Etat, dont je souhaite qu'il s'implique dans ce dossier.
Mon adjoint à la Culture, Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY, mon Cabinet et la Direction des Affaires culturelles s'en sont d'ailleurs entretenus dès le 18 janvier avec les responsables du Centre national de la cinématographie. A la suite de cette réunion, j'ai proposé au C.N.C. par courrier du 4 février, la signature entre l'Etat et la Ville d'une convention sur la politique du cinéma à Paris.
Je suis persuadé qu'une telle convention constituera un instrument nouveau et utile. J'attends donc avec attention la réponse de l'Etat."