Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

62 - I - Questions du groupe socialiste et apparentés.QOC 2000-263 Question de MM. Bertrand DELANOË, François DAGNAUD et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Préfet de police sur la police urbaine de proximité

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2000


Libellé de la question :
"MM. Bertrand DELANOË, François DAGNAUD et les membres du groupe socialiste et apparentés interrogent M. le Préfet de police sur l'état de la réflexion sur les implications de la Police urbaine de proximité en matière d'adaptation des moyens aux besoins.
En effet, si l'objectif de la police de proximité est bien d'adapter les méthodes de travail de la police pour la rendre plus proche des citoyens et plus présente sur le terrain, elle rend nécessaire de repenser le déploiement des services opérationnels en fonction des rythmes de la délinquance et des incivilités, qui se concentrent sur les fins d'après-midi, les soirées, les débuts de nuit et les week-ends.
Par exemple, est-il efficace que les brigades d'îlotiers soient déployées sur le terrain aux heures ouvrables alors que l'essentiel des tensions se produit en fin de journée et en début de nuit ?
Ce décalage entre les moyens affectés et les besoins recensés dans les quartiers nuit à la lisibilité de la police de proximité et risque de compromettre sa réussite.
MM. Bertrand DELANOË, François DAGNAUD et les membres du groupe socialiste et apparentés demandent à M. le Préfet de police si cette réflexion est à l'ordre du jour et si elle lui paraît utile pour assurer le succès de la réforme engagée par le Gouvernement."
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"La réforme des services actifs de la Préfecture de police du 18 avril 1999, a conféré à la Direction de la police urbaine de proximité, l'autorité sur l'ensemble des structures de police territoriale à Paris, ainsi que sur des unités spécialisées afin d'assurer une véritable police de proximité au service des Parisiens.
Cette organisation se caractérise par une territorialisation de l'action de la police de proximité assurant une meilleure maîtrise de l'espace géographique parisien et qui poursuit trois objectifs complémentaires :
1 - un rapprochement des policiers avec la population grâce à un meilleur accueil dans les services et une présence plus visible sur la voie publique ;
2 - une réponse complète, tant sur le plan préventif que répressif, à la délinquance locale ;
3 - l'affectation de policiers exclusivement à des missions locales de lutte contre la délinquance et les incivilités, les tâches d'ordre public ou de garde statique étant confiées à une Direction spécialisée.
1 - La réforme des services locaux a été accompagnée par un effort sans précédent pour améliorer l'accueil du public, le soutien aux victimes ainsi que pour prendre en compte les doléances de la population. Le nombre de sites ouverts la nuit a été porté à 36 contre 20 antérieurement et les horaires de fermeture des unités de police de quartier ont été prolongés jusqu'à 20 heures.
En outre, l'application stricte de la charte de l'accueil et le traitement des plaintes en temps réel, mis en place dans chaque arrondissement (24 heures sur 24), facilitent les démarches des victimes. Celles-ci sont désormais mieux écoutées lors de leur déposition.
De plus, les actes délictueux dénoncés par les plaignants sont pris immédiatement en compte par les services d'accueil, de recherches et d'investigations judiciaires (S.A.R.I.J.) et les unités de police technique locales.
L'exploitation informatique de ces renseignements, par l'utilisation d'un logiciel spécialisé, permet d'adapter au mieux l'action des services de police à la réalité de la délinquance.
2 - en matière de prévention, la Direction de la police urbaine de proximité entreprend quotidiennement des actions de sécurisation, en collaboration avec les acteurs institutionnels tels que les bailleurs sociaux.
Une attention soutenue est portée à la protection des personnes particulièrement vulnérables que représentent les professions à risques (pharmaciens, bijoutiers, débitants de tabac, etc.), par l'organisation de rencontres informelles destinées à leur indiquer les mesures de sécurité élémentaires à prendre dans le cadre de l'exercice de leur activité, et, par la mise en place de plans de dissuasion.
Enfin, les actions de prévention destinées à la jeunesse se sont multipliées. Cette volonté s'illustre par des rencontres de policiers et de jeunes en milieu scolaire, par des opérations de prévention en matière de toxicomanie et par l'organisation d'activités culturelles et sportives à destination des jeunes des quartiers sensibles, dans le cadre des opérations "Ville-Vie-Vacances".
Complément indispensable de la prévention, l'aspect répressif de l'action des services de police demeure une constante et un élément incontournable de la police de proximité.
Outre le traitement des infractions qui représente une importante partie du travail des policiers, je souligne l'action importante des brigades anti-criminalité d'arrondissement et de secteur, dont les horaires sont désormais aménagés de façon à être en adéquation avec les périodes de fin d'après-midi et de soirée où la recrudescence des faits délictueux est constatée.
3 - dans le cadre de la politique de proximité, l'îlotage repose sur un quadrillage territorial traditionnel, renforcé depuis la mise en place de la réforme, par de nouvelles méthodes afin de répondre de manière pragmatique aux exigences locales :
- instauration des points de visibilité et de rencontre, actuellement au nombre de 200, consistant à mettre chaque jour et à heures fixes le même fonctionnaire en poste sur un point de la voie publique, ce qui permet à la population de le reconnaître, de le rencontrer ou de le solliciter ;
- mise en place progressive de groupes de soutien à l'îlotage dont le rôle est de prendre en charge certains secteurs ou de renforcer ponctuellement l'îlotage traditionnel grâce à une grande mobilité, à une capacité d'ajustement d'horaires et à une présence constamment visible ;
- développement des équipes des policiers à VTT qui exercent d'ores et déjà leurs missions dans les 7e, 11e, 12e, 16e, 18e et 19e arrondissements.
L'ensemble des mesures prises et les premiers résultats enregistrés attestent des efforts accomplis par la police urbaine de proximité pour adapter, au mieux et en permanence, sa doctrine d'emploi et ses moyens à la lutte contre la délinquance.
Soyez assurés que cet effort sera activement poursuivi."