Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

23 - 2000, DVD 49 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer avec la société "Paris auto lavage" un contrat d'occupation du domaine public pour l'aménagement et l'exploitation d'une station de lavage d'automobiles sur le terre-plein de l'avenue de la Porte-de-Clichy, sous le boulevard périphérique (17e)

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2000


M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération DVD 49 : autorisation à M. le Maire de Paris de signer avec la société "Paris auto lavage" un contrat d'occupation du domaine public avenue de la Porte-de-Clichy.
Je donne la parole à Mme BILLARD.
Mme Martine BILLARD, élue "Les Verts". - Merci, Monsieur le Maire.
L'implantation de cette station de lavage d'automobiles sur le terre-plein de l'avenue de la Porte-de-Clichy est ainsi justifiée dans l'exposé des motifs :
"Ce site d'une superficie appréciable est en effet situé sur un axe de circulation important et ne comporte pas de contrainte d'environnement ni de voisinage".
Or, depuis des années, les villes de Paris et Clichy expriment la volonté commune de procéder à la requalification de ce secteur dont la dégradation esthétique et les nombreuses nuisances sont fortement corrélées à la place intempestive de la voiture : trafic automobile très intense, implantation de deux stations-service, garage de poids lourds du service Propreté de la Ville de Paris, large zone d'entrepôts et de fret routier.
Une station de lavage automobile apporte beaucoup de nuisances à son environnement direct. Elle attire encore plus de circulation, génère du bruit à toute heure et surtout le week-end, de nombreux automobilistes y vidangent aussi leur véhicule alors que rien n'est prévu pour et divers détritus, contenus de cendriers, s'y retrouvent vite. Cette activité me paraît totalement en contradiction avec le projet d'amélioration du quartier.
Dire ainsi qu'il n'y a ni contrainte d'environnement ni de voisinage revient donc à nier la réalité.
Quant au peu d'installations de ce genre implantées à Paris, il est justement paradoxal d'en proposer une de plus là où il en existe déjà une. Il existe en effet une station de lavage Porte-Pouchet, à 500 mètres de la Porte-de-Clichy !
Le projet d'aménagement du quartier a été conçu de façon coordonnée entre la Ville de Paris, le Conseil général des Hauts-de-Seine et la Ville de Clichy. Le début des travaux d'aménagement de voirie est prévu pour décembre 2000.
Ce projet de délibération ne le rappelle à aucun moment et ne prévoit donc pas l'insertion de cette station de lavage dans ce projet. Pire, aucune exigence en matière de qualité de l'environnement n'est incluse.
Une fois de plus, les discours sur la réduction de la place de l'automobile en ville sont contredits par des décisions allant exactement en sens inverse.
Les élus Verts de Clichy se sont prononcés contre ce projet.
Les élus Verts de Paris en font de même et nous voterons donc contre ce projet de délibération.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Je donne la parole à M. LAFAY.
M. Philippe LAFAY. - Monsieur le Maire, lors du dernier Conseil du 17e arrondissement, j'ai approuvé bien sûr le projet de délibération concernant ce contrat d'occupation du domaine public pour l'aménagement et l'exploitation d'une station de lavage automobile sur le terre-plein de l'avenue de la Porte-de-Clichy, sous le périphérique, dans le 17e.
Le projet d'implantation de cette sorte d'activité commerciale à cet emplacement est très judicieux. Cette zone très passante voit défiler des milliers de véhicules par jour et de conducteurs demandeurs d'entretien rapide.
Cette activité de self-service pour les automobilistes contribuera au renouveau de cette partie du 17e, car souvent les nombreux automobilistes n'ont pour seule halte que les portes d'Asnières ou de Saint-Ouen ; d'ailleurs, j'ai observé qu'une expérience similaire a été mise en place porte Pouchet, à l'entière satisfaction des automobilistes.
Cette initiative sera appréciée comme une sorte de poursuite du projet des voituriers mis en place récemment par vous-même, Monsieur le Maire.
Je vous remercie.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Je donne la parole à M. Bernard PLASAIT pour répondre aux deux intervenants.
M. Bernard PLASAIT, adjoint, au nom de la 3e Commission. - Monsieur le Maire, je vous remercie et je remercie en même temps M. LAFAY, qui a donné l'essentiel des réponses aux interrogations ou plutôt à l'hostilité de Mme BILLARD.
Je voudrais ajouter que l'opposition de Mme BILLARD à ce projet au motif qu'il ne s'intègre pas dans le projet de réaménagement de ce secteur me surprend, parce que le projet d'installer une station de lavage pour automobiles remonte à plusieurs années.
La mairie de Clichy a été régulièrement informée de cette opération pour laquelle, d'ailleurs, M. Gilles CATOIRE, le maire de Clichy, avait donné un avis favorable par lettre adressée à M. le Maire de Paris en 1997, sous réserve que ses services techniques soient associés à l'élaboration du projet.
C'est bien évidemment ce qui a été fait et, lors de la consultation organisée par la Ville des différentes sociétés qui avaient manifesté le désir d'exploiter cette station de lavage, le cahier des charges sur lequel devaient répondre les candidats a tenu compte des observations de la mairie de Clichy, qui portaient notamment sur le rétablissement des cheminements piétonniers, le recalibrage des chaussées, la mise en place de plantations et l'éclairage.
Ce projet s'intègre, semble-t-il, parfaitement dans celui de réaménagement de l'espace public compris entre le boulevard périphérique et le bâti de Clichy. C'est une opération qui est menée à bien conjointement entre la Ville de Paris, la Ville de Clichy et le Conseil général des Hauts-de-Seine, projet qui sera présenté lors d'un prochain Conseil de Paris.
Je réponds ainsi, je crois, à l'inquiétude de Mme BILLARD relative à l'insertion de cette station de lavage dans l'environnement. Je voudrais ajouter que compte tenu du lieu de son implantation - c'est d'ailleurs aussi ce que disait M. LAFAY très justement tout à l'heure - une telle installation ne peut apporter de nuisances sensibles à l'encontre des riverains des immeubles situés en bordure de Paris sur la commune de Clichy, mais au contraire elle sécurisera par sa présence cette importante coupure provoquée par le boulevard périphérique.
(Applaudissements sur les bancs des groupes "Rassemblement pour Paris", "Paris-Libertés" et "U.D.F. et Modérés").
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Je remercie M. PLASAIT.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 49.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2000, DVD 49).