Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

82 - QOC 2000-287 Question de Mme Mireille MARCHIONI, MM. Jean WLOS, Michel VION et des membres du groupe communiste à M. le Maire de Paris au sujet de l'encadrement des élèves aux interclasses dans les écoles de la Ville de Paris

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2000


Libellé de la question :
"Les conditions d'encadrement des élèves durant l'interclasse du midi et du soir posent un certain nombre de problèmes dans les établissements scolaires de la Ville de Paris. De nombreux directeurs d'école, des parents d'élèves et des élus s'en inquiètent. La précarité du statut de la plupart des animateurs (800 titulaires et 1.100 vacataires pour 650 écoles publiques parisiennes) entraîne une difficulté de recrutement, des congés non remplacés, une absence de stabilité ou bien encore un manque de formation.
Les normes d'encadrement ne tiennent pas compte des spécificités : écoles "sensibles" avec besoins renforcés d'aide aux devoirs, de régulation des tensions, de l'âge des enfants avec, par exemple, la place des 2 et 3 ans en maternelle. La définition de ces postes est également restrictive. Ainsi, il est question d'un rôle de surveillance, mais non d'un rôle éducatif.
C'est toute la question du statut de ces personnels, de leur reconnaissance, de leur formation et de leur rémunération qui est ainsi posée.
En conséquence, Mme Mireille MARCHIONI, MM. Jean WLOS et Michel VION et les membres du groupe communiste demandent à M. le Maire de Paris que ce problème parisien puisse être débattu au sein de l'Assemblée.
Ils lui demandent, en outre, quelles mesures il entend prendre afin que soit fait un effort significatif de titularisation de ces personnels, sachant que le doublement dans un premier temps du nombre d'animateurs titulaires par école et, en priorité, dans les écoles situées en Réseau d'éducation prioritaire, est indispensable."
Réponse (M. Vincent REINA, adjoint) :
"La surveillance des cantines dans les écoles maternelles et élémentaires parisiennes est assurée par du personnel titulaire qui travaille également dans les services de garderie du soir, d'études surveillées, et dans les centres de loisirs que la Ville organise le mercredi et durant les petites vacances, enfin par du personnel vacataire qui complète le dispositif.
Un effort très significatif a été fourni dans ce secteur, puisque l'application à la Ville, en particulier au secteur de l'animation, notamment, des mesures de résorption de l'emploi précaire aura permis d'augmenter le nombre des titulaires de 250 en 3 ans. Ces titulaires viennent évidemment renforcer les écoles et la surveillance des cantines.
Les vacataires bénéficient lors de leur recrutement d'une formation rigoureuse et concrète sur les conditions d'hygiène, l'alimentation, le rythme des enfants, assurée par la section action éducative des circonscriptions des affaires scolaires.
Enfin, les normes d'encadrement tiennent compte pour toutes les activités périscolaires des spécificités des écoles, et principalement de leur situation éventuelle en Z.E.P. ou en R.E.P. Les services compétents de la Direction des Affaires scolaires sont également amenés à étudier la situation particulière des écoles (enfants difficiles, locaux, etc.) et à en tenir compte dans la détermination des postes d'encadrement.
Il est vrai cependant qu'il existe des difficultés de recrutement et de stabilité des effectifs dans le service de l'interclasse qui n'ont pas échappé à la Municipalité et que celle-ci trouve préoccupantes. Ce phénomène est lié à des causes extérieures à l'action municipale (emplois-jeunes, moindre intérêt pour ce type de travail, etc.).
Outre de nombreuses actions de publicité, des mesures ont d'ores et déjà été prises qui consistent à permettre à des agents vacataires, principalement à des animateurs de centres de loisirs, de cumuler plusieurs services dont celui de l'interclasse, afin de leur offrir un travail plus régulier et plus consistant, et une rémunération plus intéressante.
Conscient que ces efforts sont encore insuffisants, le Maire a demandé aux services concernés de lui faire des propositions visant à valoriser les tâches et à fidéliser davantage le personnel. Les besoins dans les différents services périscolaires étant inégaux, les difficultés ne sauraient cependant être aplanies par une augmentation supplémentaire de titulaires pour le seul service de l'interclasse. Des solutions sont actuellement à l'étude dont les éventuelles implications financières et statutaires devront se traduire par des décisions dans les mois à venir."