Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

74 - QOC 2000-275 Question de Mmes Maryse LE MOEL, Michèle BLUMENTHAL et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Maire de Paris à propos de la restructuration des lycées municipaux

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2000


M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - La question orale suivante est posée par Mmes Maryse LE MOEL, Michèle BLUMENTHAL et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Maire de Paris à propos de la restructuration des lycées municipaux.
En voici les termes :
"Des travaux de restructuration de plusieurs millions de francs sont engagés pour les lycées municipaux alors que certains risquent d'être fermés d'ici à 2006.
En l'absence d'une carte adaptée et concertée des formations professionnelles, M. le Maire de Paris sera amené à gaspiller l'impôt des contribuables parisiens, puisqu'il aura fait effectuer des aménagements lourds sur des ateliers ou des salles de sciences qui seront abandonnés sitôt terminés.
Quelles dispositions M. le Maire de Paris compte-t-il prendre pour ouvrir en urgence une consultation large de tous les partenaires institutionnels et usagers, sur la carte des formations professionnelles à Paris ?"
Je donne la parole à M. Vincent REINA.
M. Vincent REINA, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.
Je voudrais répondre à Mme LE MOEL et à Mme BLUMENTHAL.
L'évolution des besoins de formation et la baisse des effectifs observée dans certaines spécialités de la filière technologique et professionnelle justifient à n'en pas douter une réflexion approfondie sur la répartition des formations professionnelles dans l'espace parisien.
La Ville a exprimé à plusieurs reprises, auprès de l'Académie et de la Région, compétentes en la matière, son souhait d'être informée très en amont et d'être largement associée à l'élaboration des mesures de carte scolaire relatives à l'enseignement technologique et professionnel.
Ainsi la Ville pourra-t-elle contribuer efficacement à la réflexion sur l'avenir du réseau des établissements technologiques et professionnels, aux côtés, notamment de la Région qui gère et entretient la plus grande partie de ce patrimoine, et surtout, de l'Académie de Paris, qui définit les contours de la carte scolaire, aux fins de rationaliser les implantations scolaires et les locaux notamment ceux dont la Ville garde pour l'instant la gestion.
Cette démarche, je l'ai signifiée encore une fois très récemment et je n'arrêterai pas de la signifier tant que nous n'aurons pas satisfaction.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Merci, Monsieur REINA.
Madame LE MOEL ?
Mme Maryse LE MOEL. - Ce n'est qu'un début de travail parce qu'en effet, dans le contrat de plan Etat-Région-Ville, il est prévu une transformation des établissements municipaux et il est vrai qu'il faut qu'on y travaille très sérieusement ensemble parce que je ne souhaiterais pas que les établissements municipaux soient fermés au nom du fait qu'on ait perdu des enfants dans les enseignements professionnels alors que l'emploi se développe.
Je trouve que ce serait une erreur de fermer des établissements quand il y a des niches d'emploi pour les jeunes. Je pense qu'il faut qu'on réfléchisse ensemble et que les questions d'économies budgétaires ne conviennent pas du tout sur ces points-là.
Je vois les choses se faire du côté Education comme on peut intervenir aussi des deux côtés, c'est simplement pour préciser qu'on est au début d'un chantier et que j'aimerais que le Conseil de Paris en prenne conscience.
Quand les établissements seront fermés, on ne créera pas de nouvelles filières professionnelles aussi facilement. Il est plus aisé de fermer des filières que d'en reconstruire. Ce serait vraiment dommage pour la population parisienne.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Je vous remercie, ma chère collègue.