Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

48 - 2000, DLH 136 - Autorisation à M. le Maire de Paris de consentir le dépôt par l'O.P.A.C. de Paris des demandes de permis de démolir et de permis de construire en vue de la réalisation d'une vingtaine de logements sociaux de type P.L.U.S. sur la parcelle située 59, rue de Lancry - 2-4, rue Legouvé (10e)

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2000


M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération DLH 136 concernant la réalisation d'une vingtaine de logements sociaux de type P.L.U.S. sur la parcelle située 59, rue de Lancry - 2-4, rue Legouvé (10e).
Madame SCHERER, vous avez la parole.
Melle Sylvie SCHERER. - Monsieur le Maire, vous soumettez à notre Assemblée les permis de démolir et de construire sur la parcelle du 59, rue de Lancry.
Ce projet de délibération est la dernière étape pour cet immeuble devenu insalubre et nous sommes satisfaits que cette situation trouve enfin une solution.
Cependant, le projet de délibération appelle quelques remarques.
Dans l'exposé des motifs, il est indiqué que cet immeuble bénéficie de la loi "Vivien". Or, à ma connaissance, notre Assemblée n'a jamais voté sur l'application de la loi de 1970. De plus, en 1998 l'immeuble appartenait déjà à près de 90 % à la Ville. Comment celle-ci pouvait-elle engager une telle procédure alors qu'elle était le propriétaire majoritaire ?
J'aimerais que vous indiquiez où en est la procédure de rachat des derniers lots que nous avions autorisée il y a maintenant 19 mois.
Lors de la mise en oeuvre de la D.U.P., le 22 septembre 1998, j'avais interrogé votre adjoint sur le parking prévu sur deux niveaux de sous-sol. J'avais signalé que celui-ci était instable en raison d'infiltrations. De plus, l'école maternelle Legouvé qui jouxte cet immeuble, livrée à la rentrée 1998, a été construite sur des pieux forés en raison de risques d'affaissement des immeubles riverains comme le 59 bis.
En 1998, M. BULTÉ m'avait répondu que cette question serait étudiée. Je souhaiterais savoir ce qu'il en est aujourd'hui.
Pour en finir avec cette question de parking, la sortie prévue sur les plans qui nous ont été présentés de construction sur cette parcelle débouchait sur la rue Legouvé qui aujourd'hui est piétonne du fait de la sortie de l'école et du réaménagement du secteur passage Desmarais - rue Legouvé.
Cette piétonisation va-t-elle être remise en cause par cette construction ?
En dernier lieu, je souhaiterais savoir où en est le relogement des habitants du 59. Quand pensez-vous que celui-ci sera terminé ?
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Je vous félicite pour la concision de votre propos et je donne la parole à M. BULTÉ pour vous répondre.
M. Michel BULTÉ, adjoint, au nom de la 6e Commission. - Je vais rassurer Mme SCHERER en ce qui concerne la zone piétonne qu'elle a évoquée, elle n'est pas remise en cause.
Ce que je propose à Mme SCHERER, si elle en est d'accord, c'est que concernant l'ensemble des problèmes techniques qu'elle a évoqués, qu'il serait long et fastidieux d'évoquer aujourd'hui, et pour lesquels je reconnais ne pas avoir l'ensemble des réponses qu'elle souhaite, dans le détail, nous puissions provoquer une réunion très rapidement, notamment avec M. HANSEBOUT et M. LOURDIN afin de faire un point technique sur l'ensemble de l'affaire.
Je ne pourrai pas aujourd'hui répondre sur l'évolution des choses, notamment en ce qui concerne les parkings. La philosophie du projet a été maintenue largement et nous nous sommes efforcés de conserver les façades en place. Mais, encore une fois, je propose une réunion technique avec Mme SCHERER si elle en est d'accord.
Melle Sylvie SCHERER. - J'accepte bien volontiers la proposition de M. BULTÉ. Néanmoins, j'aimerais que dans cette Assemblée il soit acté que la piétonisation de la rue Legouvé ne sera pas remise en cause par l'opération.
M. Michel BULTÉ, adjoint, rapporteur. - Il n'y a pas de problème en ce qui me concerne.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Nous interrompons cet échange et nous passons au vote.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DLH 136.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2000, DLH 136).